carte de Tokyo

OOPS!

Sorry, it appears we have still a lot of work to do on this website and we have not yet written those parts in english.
That is a shame and rest assured we are not proud of that.

Nevertheless, if you want to know more about us, there are two ways: either you wait some time because we are bound to write this page in english OR (and I think it is the best solution) you learn french and start reading superwanchan.org in its original form!

JEUNE COUPLE AVEC CHIEN ADORABLE CHERCHE UN TOIT POUR DORMIR CETTE NUIT ET LES SUIVANTES SI AFFINITÉS

(jeudi 4 nov 2010)

Le jour de notre arrivée à la capitale est donc le moment de trouver un appartement. Nous avons rendez-vous avec M. Kiyomura pour louer un petit studio avec salle de bain (et cuisine?) partagée pour ¥80000/mois (soit moins 800€). L'appartement fait partie d'une résidence qui s'appelle MAYFLOWER HOUSE et se situe près de la station de métro 曙橋Akebonobashi. (cf. carte)

Nous avons versé un acompte de ¥30000 il y a 2 jours pour réserver. Nous espérons que Carlo sera le bienvenu car les autres agences ont, pour la plupart, répondu négativement à nos demandes à cause du chien.

Nous arrivons, avec le moyen de locomotion le plus cher du coin (le taxi), puis nous prenons un train et un métro. Même si nous n'avons pas commencé cette journée avec un trait de génie, le principal c'est d'être à l'heure à notre rendez-vous. Mais même ça, on n'y arrive pas! On prend le bon métro mais c'est un express qui ne s'arrête pas là où nous souhaitons descendre. Bref, nous prévenons l'agence et nous déplaçons le rendez-vous. Ca nous laisse 1h à passer aux alentours de 曙橋Akebonobashi. Nous en profiterons pour boire un Coca et se reposer (nous avons toujours environ 25kg sur le dos...). A ce moment là, nous faisons notre première rencontre insolite: celle de la dame à glace à la citrouille.

À 15h nous arrivons à la résidence: entrée ombragée avec quelques arbres, petite allée au milieu du gazon bien vert, véranda puis salon cosy avec un escalier en colimaçon qui descend à la salle internet en libre service. C'est vraiment super joli. Nous rencontrons M. Kiyomura qui refuse tout d'abord la présence de Carlo, même s'il le trouve super mignon. Il le caresse, propose de le garder chez lui (et il est sérieux), d'ailleurs il a 2 gros chiens. Il nous explique qu'il est difficile de trouver un logement avec un chien. Nous lui répondons que nous avons d'autres offres (c'est vrai, enfin juste une) et que nous devons partir. Bref il nous dit finalement que la chambre que nous avions réservée est trop petite pour nous 3. Il peut néanmoins nous proposer une alternative: un studio plus grand, entièrement privé, à ¥155000. Nous le visitons et tombons sous le charme. D'autant plus qu'il est bientôt 16h : il sera donc difficile de louer un autre appartement avant la fin de la journée et nous n'y resterons de toutes façons qu'un mois.

Après avoir payé d'avance, sans oublier de donner une caution de ¥10000, nous emménageons (c'est un bien grand mot pour dire que nous déposons nos 2 sacs et la cage de Carlo!). L'intendant de la résidence nous apporte de la vaisselle (et du papier toilette), enfin bref tout ce qu'il faut pour démarrer! Nous avons une box pour la TV et internet mais il n'y a pas de wifi. Nous avons par contre un câble de 10m de long...

NOTRE VOISIN 新宿Shinjuku

(samedi 6 nov 2010)

La balade de ce samedi nous a menés jusqu'à 新宿Shinjuku (cf. carte), quartier très animé avec des centres commerciaux, des marées humaines à chaque feu tricolore, des restos (bien sûr il y en a partout), des salles de jeux et des clubs à hôtesses. Ce quartier est suffisament près de notre appart pour y aller à pied. Nous passons à l'office de tourisme et nous nous renseignons sur les magasins de vélos qui existent dans le coin. En effet nous souhaitons acheter 2 vélos pour se balader à 東京Tokyo mais aussi pour le reste de notre voyage (traversée du Japon et plus si affinités!).

Sanctuaire 花園Hanazono et son marché

Au hasard d'une ruelle (bondée, c'est 新宿Shinjuku), nous découvrons un temple. Il faut faire la queue pour aller prier! Tout autour du temple sont installés des petits stands (équivalent à ceux qu'on trouverait chez nous au marché de Noël). On trouve bien sûr à manger: des brochettes de viande grillée, de poisson séché, des boulettes de poulpes たこ焼きtakoyaki, des mini omelettes お好み焼きokonomiyaki, des pommes d'amour aussi (eh oui), etc. Les plus grands stands sont ceux où on peut acheter des décorations florales, qui portent chance. Il y en a de toutes les tailles et à tous les prix. On ne peut pas dire que ce soit beau mais c'est traditionnel.

S'il y a tant de monde aujourd'hui, c'est parce que c'est un jour de fête apparement, selon ce qu'on a pu comprendre des affiches. L'ambiance nous plaît beaucoup. De la grande artère de 新宿Shinjuku, on ne se doutait pas qu'on trouverait un endroit pareil. Nous y retournerons, c'est sûr, dans 2 semaines environ, le fête sera de retour!






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

ACHAT DES VÉLOS

(dimanche 7 nov 2010)

Nous avons fait le tour de plusieurs magasins :

Pour notre voyage, nous souhaitons avoir 2 vélos avec un panier à l'avant car c'est la place de Carlo. Nous préférons aussi ne pas acheter un vélo pliable, même si ce n'est vraiment pas cher ici (moins de 100€), car les roues sont petites, ce qui veut dire plus de pédalage et là, non merci! Ces critères nous conduisent ainsi à choisir un ママチャリmamachari.

Enfin, pour sélectionner celui qui sera notre moyen de transport pendant plusieurs mois, nous avons choisi d'autres options, telles que le porte-bagages à l'arrière, les 6 vitesses et le phare avant LED placé dans le moyeu de la roue (remplace la toujours actuelle dynamo et permet d'une part d'avoir de l'éclairage même sous la pluie ce qui n'est pas toujours le cas avec la dynamo, et d'autre part ne demande pas un effort supplémentaire lorsque les phares fonctionnent, d'ailleurs les phares fonctionnent tout le temps).

Nous avons acheté nos 2 vélos chez Don Quichotte à 新宿Shinjuku pour ¥19800 chacun. Les voici, celui de François en vert et le mien en marron:

vélo de François vélo de Sandrine

Au Japon, les vélos possédent une immatriculation. Moyennant ¥500 par vélo, les employés de Don Quichotte s'en chargent. En plus des 40 autocollants ワンピースONE PIECE collés sur le vélo de François (pleins de petits pirates), il y a désormais une étiquette dorée portant la référence d'immatriculation.

DÉCALAGE HORAIRE

(lundi 8 nov 2010)

Pour certains le décalage horaire a fait quelques ravages. Les premiers jours ont été rythmés de façon différente pour chacun de nous. Choses bizarres: moi grande dormeuse, je me couchais très tard alors que François lui s'endormait plusieurs heures avant... Le matin, même décallage, à l'inverse bien sûr. Ce week-end nous pensions avoir trouvé un rythme commun et là, c'est le drame... Ce lundi nous nous réveillons vers... 15h! Le temps d'émerger de ce sommeil réparateur, le soleil se couche déjà... Tant pis, 東京Tokyo ne nous aura pas beaucoup vu aujourd'hui mais il y a aura d'autres occasions...

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

LES CANAUX DE 品川Shinagawa

(mardi 9 nov 2010)

Bien reposés, nous décidons de faire une balade à vélo avec si possible à l'arrivée un endroit sympa pour promener Carlo. Sur des prospectus de l'office de tourisme, nous repérons un site agréable: 品川Shinagawa, au sud de 東京Tokyo. Après 3h de vélo, on y arrive enfin. 品川Shinagawa est un quartier de 東京Tokyo situé au sud de la capitale, le long de la baie (cf. carte). On ne s'était pas vraiment encore rendu compte de la distance à parcourir depuis chez nous, ni de la taille de la capitale... Là c'est fait ! Il y a normalement 20km à parcourir pour aller jusque là (on a du en faire quelques-uns de plus...).

Entre la terre ferme et l'océan, il y a plusieurs petites presqu'îles, entre chaque des canaux sur le bord desquels nous pouvons nous promener. Nous rencontrons des chiens tenus en laisse par leur maître (comme d'habitude, au Japon comme en France) et Carlo est bien sûr le seul à goûter l'eau de la baie... même si nous n'étions pas rassurés au début de le laisser se baigner au milieu d'une armée d'énormes poissons autochtones. Mais la cohabitation s'est bien passée. Je ne suis toujours pas certaine que Carlo voie une différence avec l'eau de la Seine...

Nous déposons Carlo à la maison après quasiment 6h de vélo. Nous avons bien mérité: pour Carlo une extra dose de croquettes et nous un bon petit resto.

BALADE À 神楽坂Kagurazaka

(mercredi 10 nov 2010)

L'idée de cette promenade vient de mon guide (Lonely planet)! Ce n'était donc pas une grande surprise d'apprendre par la suite que ce quartier est très prisé par les Français exilés à 東京Tokyo. Ce quartier regorge de restaurants italiens et proposent aussi quelques adresses francophones (ou presque!). (cf. carte)

J'ai bien aimé une boutique (très typique) qui vend des cartes, enveloppes et dessins. Les motis sont très fins, représentent des chats, des lapins, des geishas ou des ponts et des cerisiers. On se demande à quoi peuvent bien servir toutes ces sortes de cartes. En tous cas c'est très joli et pas vraiment bon marché.

A 神楽坂Kagurazaka nous prenons notre première pirogue de たこ焼きtakoyaki chez 銀だこGindako. Ces boulettes de poulpes sont énormes et délicieuses.

RECHERCHE DU BUREAU DES WORKING HOLIDAY ou COMMENT TROUVER UNE AIGUILLE (QUI N'EXISTE PAS) DANS UNE BOTTE DE FOIN DE LA TAILLE DE TOKYO...

(jeudi 11 nov 2010)

La bonne idée du jour vient de moi... L'ambassade du Japon à Paris nous avait conseillé d'entrer en contact avec l'association pour les Working Holiday (type de visa que nous avons reçu pour rester 1 an au Japon). Cette association propose des cours de Japonais débutant à 東京Tokyo chaque vendredi. Elle propose aussi des offres d'emploi et de logement au Japon.

Nous partons donc à la recherche de leur bureau, pas très loin de chez nous... heureusement car je suis partie sans l'adresse... Retour à l'appart, je prends l'adresse avec moi, une photo du plan trouvé sur internet et c'est reparti. C'est là que nous découvrons la joie de chercher une adresse précise au Japon. Nous avons le nom de la rue (ce qui nous serait très utile si les noms des rues étaient indiqués sur place), le numéro du bloc et même le nom de l'immeuble et l'étage. Même avec tout ça, ce n'est pas évident! Nous arrivons au 5ème étage du building mais les portes sont fermées à clé, il n'y a aucune indication. Bref, après quelques hésitations, détours dans les escaliers, les ascenseurs, les immeubles alentours, nous demandons à l'étage inférieur et on nous répond que l'association a déménagé il y a quelques mois...
Nous rentrons bredouilles. Décidément quelle journée productive...

Sans me démonter, je cherche sur internet la nouvelle adresse de l'association mais je ne trouve rien de plus, pas même une adresse email pour les joindre. Je fais donc appel à l'association des Français au Japon (Merci NAZMA et merci STÉPHANIE!!) et leur réseau de petites annonces à 東京Tokyo. D'autres personnes s'étaient posé la même question et j'ai enfin pu avoir une réponse. L'association a fermé ses portes, faute de moyens, cet été.

Lien vers l'AFJ (Association des Français au Japon)
Lien vers Tokyo petites annonces

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

BALADE À 上野Ueno

(vendredi 12 nov 2010)

Ueno est un quartier qui regroupe de nombreux musées. Il y a aussi un grand parc, plusieurs temples et une grande artère commerçante. Le parc contient un lac rempli de nénuphares géants qui forment une forêt de 2m de haut! Nous y retournerons certainement pour visiter quelques musées lorsque Carlo sera resté à la maison.

BALADE À 秋葉原Akihabara

Non loin de là se trouve le quartier d'Akihabara, connu pour ses très nombreux magasins d'électronique. On le compare à Montgallet à Paris pour l'informatique mais c'est beaucoup plus grand et les magasins sont en général de grandes enseignes, sur plusieurs étages, et il y a bien sûr des néons et des écrans géants partout.
Nous achetons une carte mémoire 2Go à 5€ pour notre appareil photo.

Une autre particularité de ce quartier est la présence de jeunes filles habillées en soubrette ou cosplay le long des trottoirs pour attirer les passants dans les maids cafés. Dans ces cafés les serveuses sont habillées en soubrette, elles chantent parfois sur scène et animent des jeux avec les clients. Tout ce que nous en savons se limite à ce qu'on a lu dans des guides ou sur internet. Nous comptons bien y aller un de ces jours (quand Carlo ne sera pas avec nous).

Définition wikipedia des maid cafés

TOKYO DOME: UN PARC D'ATTRACTIONS COMMERCIALES

(samedi 13 nov 2010)

La journée d'hier a épuisé notre Carlo donc nous n'avons pas de scrupules à le laisser à la maison aujourd'hui! Nous en profitons pour aller... au centre commercial... un samedi après-midi... et c'est une idée de François! Eh oui! Vous n'y croyez pas, moi non plus au début.
Nous nous rendons à Tokyo Dome City: un centre commercial couplé avec un parc d'attractions. Il s'agit d'un complexe composé de plusieurs parties, certaines couvertes, d'autres en extérieur. Il y a de nombreux magasins de vêtement, jeux vidéos, décoration mais aussi des restaurants et surtout une grande roue, un grand huit qui passe autour des batiments et à l'intérieur de la grande roue, un river splash (on appelle ça des bûches chez moi), un lâcher du haut d'une tour de 80m de haut et pleins d'autres attractions pour adultes et pour enfants.

Tokyo Dome

François se laisse tenter par ユニクロUNIQLO! Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un magasin de vêtements homme/femme/enfant qu'on trouve de plus en plus en France. C'est devenu très à la mode chez nous et pourtant les collections et les prix sont bien différents de ce qu'on trouve au Japon. Ici tout est très coloré et les prix sont très abordables. Le premier à faire du shopping au Japon ne sera pas celui qu'on croit: ce sera donc François qui craque pour une veste "moumoutée" intérieur/extérieur, couleur Carlo (<15€) et un sac à dos assorti (comprendre moumouté) vert (<20€)!

Sac à dos moumouté vert Veste moumoutée couleur oeil de Carlo

Quant à moi je préfère goûter une crêpe chocolat banane. Bon ok ce n'est pas vraiment typique mais c'est tellement bon... Et puis ici on mange les crêpes roulées en cornet (comme les cornets de frites en Belgique) alors ça n'a pas le même goût, c'est sûr...

Finalement les magasins ne sont pas pris d'assaut comme on pourrait le voir en France un samedi après-midi. Il y avait beaucoup de monde mais on ne faisait jamais la queue bien longtemps et on ne sentait pas du tout oppressé. Cette journée était très agréable.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

BALADE À 浅草Asakusa ET SON TEMPLE

(dimanche 14 nov 2010)

浅草Asakusa se trouve un peu plus à l'Est de 上野Ueno. C'est un quartier qui reste assez traditionnel. On y trouve un des plus grands temples: le temple bouddhiste Sensoji, dédié à la déesse Kannon. Une pagode à 5 étages domine l'ensemble. On y accède par une rue commercante: de petits stands sont collés les uns aux autres et vendent des articles tels que des baguettes, des éventails, des cartes, des porte-clés, des cloches, etc.
En bons touristes, on y achète une cloche et un porte-clés.

Notre cloche anti-ours et pro-Lulu Porte-clé singe

Il y a de nombreux stands alléchants... Je goûte une banane trempée dans du chocolat avec des vermicelles sucrés colorés et un biscuit en forme de koala. Il y a aussi des petites boules bien brillantes, au café, à l'orange, au thé vert ou au haricot... mais je ne les conseillerais qu'aux estomacs bien accrochés...

Plus d'infos sur ce qu'on a mangé sur notre page spéciale cuisine japonaise.

REPOS DES GUERRIERS

(lundi 15 nov 2010)

Chaque semaine de labeur doit avoir sa journée de repos. Pour nous c'est aujourd'hui! Au programme: grasse matinée, création de notre site web, ménage, lessive, sieste et resto!

銀座Ginza ET LA GARE DE 東京Tokyo

(mardi 16 nov 2010)

Aujourd'hui, pour joindre l'utile à l'agréable, nous partons à l'Est vers le quartier de 銀座Ginza et de la gare de 東京Tokyo (gare 新幹線shinkansen). Nous profiterons de cette balade quotidienne pour passer à la banque de François (HSBC) et retirer de l'argent. On mettra finalement 3h pour y arriver...
Arrivée en bas de notre quartier, je me rends compte que ma roue avant est à plat... bien à plat. Vraisemblablement j'ai du crever. Pendant que François retourne à l'appartement chercher du matériel, je pars m'installer avec Carlo dans un parc à côté. De retour, nous retournons le vélo et là, pas besoin de chercher bien loin la position de la crevaison, nous trouvons la responsable encore plantée dans ma roue: une punaise.
Celle-là a fait bien des dégats. À première vue, nous n'avions besoin que de 2 rustines (quand même) mais il s'est avéré que nous avons utilisé presque toute la boite de rustines de François. Regardez la photo ci-dessous si vous ne me croyez pas:

François répare ma roue montagne de rustines

La punaise avait réussi à faire des micro trous sur au moins 6 cm de long et 3 cm de large (au fur et à mesure que la chambre se dégonflait, la position du pneu et de la punaise a dû évoluer...). Bref il nous a fallu presque 2h avant de pouvoir repartir, et pourtant j'avais un as du vélo avec moi (heureusement!).

Comme le parc était situé face aux chemins de fer, Carlo n'a pas trouvé le temps long. Il a passé 2 h à courir après chaque train qui passait... Ça a donc fait au moins 1 heureux!

Nous sommes arrivés à Ginza peu de temps avant que le soleil ne commence à se coucher. Ce quartier regroupe les magasins les plus chics (Chanel, Mont Blanc, Gucci, Rolex, Breitling, etc). On y trouve aussi un magasin qui s'appelle "MANNEKEN" et qui vend des gauffres belges (que nous avons goutées évidemment).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

池袋Ikebukuro, 高田馬場Takadanobaba et 新宿Shinjuku

(jeudi 18 nov 2010)

Ce jeudi nous partons à la découverte d'une autre partie de Tokyo: 池袋Ikebukuro ainsi que 高田馬場Takadanobaba, 2 quartiers proches, situés au Nord Ouest de notre appartement (cf. carte). C'est dans ces quartiers que François avait son école lorsqu'il est venu à Tokyo il y a quelques années. On y trouve des immeubles bas et des petits commerces. C'est un peu moins extravagant que les quartiers électriques qu'on a visité jusque là et c'est très agréable de s'y promener. Non loin de là sont implantés malgré tout deux gros centres commerciaux, un à la station Takadanobaba et l'autre à Ikebukuro.
Vers 池袋Ikebukuro, nous passons par hasard devant un "animal memorial hospital", titre peu racolleur me direz-vous, et pourtant nous choisissons de nous y arrêter pour poser quelques questions concernant Carlo. Nous prenons finalement rendez-vous pour le lendemain. Affaire à suivre.
A 高田馬場Takadanobaba se trouve un énorme complexe: Sunshine City qui comporte un musée, un planétarium, un aquarium, un centre commercial, et au 60ème étage du building, une vue imprenable (et payante) sur la ville.
Le soir venu, nous passons par 新宿Shinjuku avant de rentrer à l'appartement. Nous n'avions pas oublié que le sanctuaire y était en fête ce jour et vendredi. Au détour d'un passage au milieu des arbres, très peu éclairé et étonnament calme, on se retrouve au milieu d'une foule de gens, serrés les uns contre les autres pour essayer de circuler dans les mini ruelles (c'est dire si elles sont petites) qui bordent le sanctuaire. Les 3/4 des stands présents vendent à manger et à boire: des brochettes de viande, des brochettes de poissons séchés, des omelettes, des たこ焼きtakoyaki, des nouilles, des pancakes, des チョコバナナbananes au chocolat.

Crise d'adolescence et téléphone portable...

(vendredi 19 nov 2010)

Cette journée commence par notre rendez-vous chez le vétérinaire à 14h. Nous souhaitons nous renseigner sur l'existence de maladies spécifiques au Japon et sur les moyens de les prévenir (vaccins par exemple).
Nous aimerions aussi savoir si les boutons que Carlo a depuis quelques semaines (le premier est apparu avant notre départ de France) sont bénins ou pas. Il s'agit de boutons de couleur rose, de l'ordre de 5 ou 6 millimètres de diamètre.
Hier nous avions rencontré deux assistantes dont une connaissait quelques mots anglais. Celle-ci nous avait donc demandé de revenir avec le passeport de Carlo, principalement pour vérifier quels étaient les vaccins qui avaient déjà été faits. Après lecture et explications des documents (en Japonais, merci François!), elle nous conseille d'utiliser tout simplement un répulsif contre les tiques, 1 fois par mois, de mai à novembre lorsque nous serons à Kyushu (région infectée alors que Honshu ne l'est pas). A priori il s'agit du même type de produit que celui qu'on trouve aussi en France (type Advantix).
Nous lui montrons ensuite les (2) boutons de Carlo. C'est à ce moment là que nous rencontrons le vétérinaire. Il observe, pose quelques questions et nous lui donnons toutes les infos que nous avons (en Japonais principalement, quelques mots d'anglais glissés de-ci, de-là). Il effectue des prélèvements et reviens quelques minutes plus tard pour nous livrer ses analyses. Il s'agit de petits boutins totalement bénins apparement. En anglais il compare cela à de l'acné juvénile! Nous sommes rassurés. Carlo qui fait une crise d'adolescence, on ne s'en serait pas douté et pourtant... La solution: une pommade à mettre 2 fois par jour pendant 1 semaine. Encore une fois, affaire à suivre!

Le coeur plus léger, nous partons visiter le quartier de 六本木Roppongi. Situé au sud de notre appartement, c'est un quartier qui compte de nombreux bars. Pourtant notre premier arrêt ne sera pas le Hard Rock Café, mais le SoftBank du coin. SoftBank est le 3ème opérateur de téléphonie mobile du pays (après NTT DoCoMo et KDDI). Nous y allons pour acheter un téléphone portable qui nous servira pour effectuer des appels locaux. En effet pour les appels internationaux, il n'y a pas mieux que Skype et Messenger en terme de coût. Dans cette agence, nous y rencontrons totalement par hasard Mathew. Il nous conseille habilement et nous finissons par acheter 2 cartes SIM et 1 seul téléphone portable. Là vous vous dites qu'il s'est bien moqué de nous mais en fait pas du tout: nous avons apporté 2 iPhone français ici avec nous. SoftBank nous dit qu'il est impossible de les faire fonctionner avec une SIM japonaise. Mathew (et de nombreux sites internet) nous affirme le contraire. Il suffirait de "jailbraker" nos iPhone (terme utilisé par les hackers de iPhone) ou les "désimlocker" (terme officiel utilisé par Orange, manip tout à fait légale dans ce cas). En attendant de réussir cette manip et comme SoftBank n'est pas prêt à nous donner 2 cartes SIM (gratuites) sans nous vendre de téléphone, nous achetons un portable japonais, le moins cher disponible.
Résultat aujourd'hui: nous avons un portable japonais fonctionnel permettant d'effectuer des appels locaux. Nous essayons actuellement les 2 méthodes possibles pour débloquer nos iPhone. Si nous y arrivons, nous aurons ainsi 2 lignes de téléphone portable japonais, pratique pour s'appeller entre nous lorsqu'on est séparé. Et si nous n'arrivons pas à débloquer nos iPhone, il nous suffira de trouver un autre portable japonais (il existe des magasins d'occasions qui nous ont été conseillé par Mathew et SoftBank).

Cosplay ou un dimanche à 東京Tokyo

(dimanche 21 nov 2010)

Sur les conseils de mon guide et de Mathew, nous nous dirigeons vers les quartiers de 原宿Harajuku et 渋谷Shibuya. Ces quartiers regorgent de magasins de vêtements et d'accessoires de mode. Il y a les marques telles que Birkenstock, Camper, Lafuma, North Face, Diesel, Element qu'on connaît et d'autres qu'on ne connaît pas. Mais il y a aussi pleins de petites boutiques à la mode, très sympas dans des petites ruelles autour des grandes artères. Aujourd'hui dimanche, les trottoirs sont surchargés. Lorsque le feu passe au vert pour les piétons, ce sont des flots énormes de gens qui se croisent. Toutes les boutiques sont bien sûr ouvertes, les restaurants également. A l'extérieur de certains, la file d'attente atteint 50m!
François avait repéré par ici une boutique pour chiens (parmi beaucoup d'autres, ici, même les chiens sont à la pointe de la mode!). Au premier étage d'une grande bicoque blanche, on trouve un "animal museum", un ovni au milieu des ovnis, où nous faisons la connaissance d'une dame étrangement sympathique qui fera le bonheur de Carlo.
Si nous sommes venus ici, c'est aussi pour y voir des adeptes du cosplay. Ceux qui sont très au fait de la culture jaonaise connaitront sûrement mais voici quelques explications pour les autres. Le terme COSPLAY vient de l'association des mots COStume et PLAYing. C'est une pratique qui consiste à jouer le rôle de son personnage préféré (manga, anime, jeux vidéo ou autre). Les cosplayers s'habillent, se coiffent et ont des accessoires similaires à leurs idoles. C'est très courant au Japon, mais ça existe en Europe et aux Etats-Unis aussi. Quand on se promène ici le week-end, on croise donc des cheveux roses, des costumes gothiques et d'autres tenus invraisemblables. Néanmoins nous avons peu de photos à vous montrer pour l'instant. Nous tentons de mettre au point une tactique d'approche en utilisant Carlo pour pouvoir prendre en photo les gens que nous croisons sans les faire passer pour des bêtes de foire! Surtout dans certains cas délicats où on ne sait pas s'il s'agit de leur tenue de tous les jours ou si c'est du cosplay.. Héhé oui la mode japonaise n'est pas à la portée de tous!
Le soir retour à l'appartement pour laisser Carlo profiter de son dîner pendant que nous partons à la recherche d'un resto à côté de chez nous. Même si de nombreux restaurants sont fermés aux alentours en ce dimanche 21h, nous trouvons une enseigne qui propose entre autres des 鉄板焼teppanyaki. Littéralement on traduirait cela par "grillé sur une plaque en fer". Ici, s'installe au bar pour manger et pendant qu'on sirote de l'eau et une espèce de soupe chaude, on regarde le cuisinier s'affairer à la préparation de nos plats. Cette adresse qui ne paie pas de mine de l'extérieur comme de l'intérieur d'ailleurs (!) est à conserver car c'est vraiment délicieux et comme souvent bon marché (<7€/personne).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Les bons plans de Sandrine

(lundi 22 nov 2010)

La météo annonce de la pluie pour aujourd'hui alors nous laissons les vélos (et Carlo) à la maison et nous prenons le métro. Nous profiterons de cette journée maussade pour visiter un petit musée gratuit sur l'artisanat d'江戸Edo, situé dans le quartier de 浅草Asakusa, conseillé par mon incontournable guide... On y a vu des exemples de menuiserie traditionnelle, des échantillons de tissus, des lampions et autres articles de fête, des couteaux, différents outils des artisans, etc.
Suite à cette courte visite, nous décidons de pousser la balade un peu à l'écart du quartier animé, si bien qu'on se retrouve dans un endroit aux allures de ville fantôme: les enseignes sont défraîchies, les passants sont rares. Et juste à côté, de nombreux hôtels de passe ont pignon sur rue. Chouette balade!
Pour égayer un peu cette journée, on s'arrête à 秋葉原Akihabara. La dernière fois les rues étaient pleines, les magasins tous ouverts et là, en ce lundi soir pluvieux, il y a beaucoup moins d'animation. Même les jeunes maids sur les trottoirs sont moins nombreuses. Nous rentrons finalement à la maison, non sans avoir diné dans un petit resto avant. J'ai écrit petit resto mais j'aurai dû écrire minuscule resto. On avait l'impression d'être dans une caravane! Nous y avaons mangé des teppanyakis (comme hier mais c'est tellement bon!).

代々木公園Le parc Yoyogi

(mardi 23 et mercredi 24 nov 2010)

Aujourd'hui il fait beau alors direction le parc Yoyogi, situé à 原宿Harajuku, c'est-à-dire vraiment pas très loins de chez nous. La petite dame du musée des animaus noux avait conseillé de venir ici avec Carlo car il y a un "dogrun" dans lequel on peut lâcher officiellement Carlo à condition de montrer patte blanche (=certificat de vaccination).
Nous nous faisons tout d'abord refuser l'accès par un gardien peu communicatif: c'est interdit aux vélos et aux chiens! Par contre les voitures peuvent passer! Incroyable mais nous ne nous décourageons pas: nous faisons le tour du parc et cherchons une autre entrée!
Finalement un peu plus loin, nous trouvons un parking à vélo, une entrée sans gardien et pleins de chiens à l'intérieur du parc, avec ou sans laisse. Parfait! A priori la première entrée qui nous a été interdite menait à un sanctuaire ou quelque chose comme ça. Ici c'est le parc avec un chemin goudronné, des grandes étendues d'herbe, un jardin de rosiers, des parties boisées, un lac, des jets d'eau et des petits ponts. C'est super joli. Nous pouvons laisser Carlo sa balader à sa guise. Il va bien sûr aller se baigner (il n'a même pas attendu notre autorisation cette fois, c'était trop tentant). Il a pu aussi jouer avec d'autres chien, jouer à la balle, se faire caresser par de jeunes enfants, se faire prendre en photo, etc. Quant à nous, nous étions très heureux d'avoir trouvé cet endroit d'une part sans gardien, c'est beaucoup plus agréable de ne pas avoir à se cacher des gardiens quand on se promène dans un parc, et d'autre part plein de couleurs: les arbres sont principalement jaunes mais certains demeurent verts, les autres sont déjà rouge et rouge foncé. Comme il fait nuit tôt nous prévoyons de revenir le lendemain, plus tôt, pour faire plus de photos, Sauf que le lendemain nous avions oublié de recharger la batterie de l'appareil photo donc nous avons été forcé de les prendre avec nos téléphones portables...

En ce mardi 23 nov, jour férié, c'est le jour de la fête 勤労感謝の日Kinrō Kansha no Hi. Les gens sont très nombreux et on ne se lasse pas de les regarder s'adonner à des activités très diverses. Malgré les panneaux à l'entrée du parc interdisant les jeux de ballon, les jeux de raquettes, les frisbee (et les chiens sans laisse), on voit des groupes de 15 personnes jouer au frisbee, d'autres qui jonglent avec des balles, des poids ou des assiettes, des joueurs de djembes et d'autres de didgeridoo. On trouve aussi beaucoup de petits groupes de jeunes qui font des chorégraphies kitchissimes sur de la musique: des futurs boys band à mon avis! Il y a aussi quelques jeunes qui répètent des comédies musicales, des chants, etc. A chaque petit bosquet son activité insolite, c'est super sympa.

Le soir nous décidons de manger dans un restaurant à côté de chez nous: MOGAMI. Sur sa devanture se trouve un drapeau italien et pourtant il propose des お好み焼きOkonomiyaki, des 鉄板焼Teppanyaki et des 焼きそばYakisoba. Cela nous intrigue depuis quelques jours alors ce soir c'est décidé on y va. Ce petit resto de quelques tables seulement a une cuisine ouverte et nous voyons donc le cuisinier (qui est aussi le serveur et le responsable, bref le seul maître à bord) s'affairer pendant que nous sirotons une eau citronnée gracieusement offerte. Nous avons commandé une お好み焼きOkonomiyaki tomate fromage bacon et un 鉄板焼Teppanyaki crevette céleri. Celui-ci nous est d'ailleurs offert car il n'y a plus de céleri. Et plutôt que d'avouer cette situation au moment de notre commande, le chef prépare un plat, nous le sert et nous l'offre! Les quantités servies n'ont pas réussi à combler nos estomacs de grands marcheurs (je justifie ça comme je veux d'abord c'est notre site) donc nous commandons ensuite des 焼きそばYakisoba puis nous cédons à la tentation de la carte des dessert, inexistante dans la majorité des restaurants japonais (les gateaux sont plutôt appréciés l'après-midi dans un salon de thé spécialisé) et nous goûtons le french toast vanille orange cannelle: un délice... C'est une sorte de pain perdu de 4 ou 5 cm de haut légèrement grillé et encore chaud et moelleux, saupoudré de cannelle sur lequel on dépose une rondelle d'orange et une boule de glace à la vanille.

Teppanyaki et Okonomiyaki French toast

Sur l'addition le chef nous offre encore ¥100 (0.90€), sans qu'on sache vraiment pourquoi. Alors que nous partons il n'y a qu'un seul autre client à table, on se demande comment il réalise un chiffre d'affaire suffisant. En tous cas, nous sommes ravis, le chef est adorable, la cuisine est délicieuse, les plats joliment présentés et l'addition raisonnable (¥2200, soit moins de 20€).

La baie de 東京Tokyo et お台場Odaiba

(jeudi 25 nov 2010)

Nous partons au sud, dans la baie de 東京Tokyo, sur l'île d'Odaiba. Cette île artificielle a été construite au 19ème siècle pour protéger la ville. Quand on y arrive, il y a de grands immeubles, le métro aérien, des terrains vagues, des autoroutes, quasiment aucun piéton, bref ça ressemble à une zone industrielle. Une fois sur l'île, c'est différent. On y retrouve des centres commerciaux, un parc d'attraction (en intérieur), une grande roue, des buildings remplis de bureaux et leurs occupants en costard cravatte. Sur cette île se trouve le siège de la chaîne de télévision Fuji: un immeuble énorme dont l'architecture fait penser à un # (difficile à imaginer et pourtant) avec une grosse boule.

Nous nous dirigeons vers le musée des sciences nouvelles et de l'innovation, autrement connu sous le nom de Miraikan. La première partie est sous forme de questions/réponses/exemples avec des maquettes ou des photos sur le thème des inventions et des innovations: l'inventeur de la pénicilline, comment récupérer de l'énergie à partie des pas de centaines de personnes, etc. La seconde partie de l'expo est consacrée aux robots. Il y a un chien robot (qui obéit moins bien aux ordres que Carlo, il faut le dire), un robot à 8 roues capable d'éviter des obstacles ou de les franchir, selon son propre choix. La dernière partie que nous avons visitée concernait l'environnement: comment faire pour qu'une plante produise du plastique... Drôle de façon de préserver l'environnement à mon avis... Il restait encore un espace que nous n'avons pas eu le temps de voir car le musée ferme ses portes à 17h! Dommage, mais ce que nous avons vu nous a quand même plu: à peu près tout était traduit en anglais et les expositions étaient interactives.

A la sortie du musée, nous rejoignons la plage! Il fait nuit bien entendu et on a une très jolie vue sur le Rainbow Bridge: célèbre pont suspendu qui relie お台場Odaiba à 東京Tokyo sur 570m. En contrebas, il y a plusieurs péniches (tels les bateaux-mouche à Paris en plus jolis), éclairés avec des lampions de couleurs variées. Sur le côté se trouve une réplique miniature de la Statue de la Liberté. Alors que nous nous attardons à prendre des photos de ce joli panorama, François se rend compte qu'il a laissé son sac à dos (incluant papiers d'identité et argent liquide entre autres) dans le panier du vélo et moi que je n'ai pas fermé l'antivol du mien. Petite montée d'adrénaline alors qu'on revient au pas de course au parking à vélos: les vélos sont toujours là, le mien est d'ailleurs bien verrouillé et le sac à dos n'a pas bougé non plus. Une bonne chose de faite: tester l'honnêteté des Japonais: validé maintenant on passe à autre chose... Une balade sur le sable avant de rentrer à la maison par exemple?

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

J-4

(samedi 26 nov 2010)

Nous préparons depuis quelques jours déjà notre départ de 東京Tokyo et notre voyage vers 清水Shimizu (préfecture de 静岡Shizuoka). Sur la carte du Japon visible à la page "notre voyage" de notre site, vous pourrez retrouver Shizuoka, à l'Ouest de Tokyo, situé dans une baie, au pied du Mont Fuji. Nous aurons environ 170km à faire (à vélo) pour rejoindre Shimizu, où nous attend Hiro, un ami de François, avec qui nous allons récolter des oranges dans la plantation de ses parents.

La première chose dont nous avons besoin est une carte bien détaillée de notre itinéraire. Nous avons donc passé quelques heures à la librairie pour faire le tour de ce qui existe et choisir la carte la plus adaptée à nos besoins: c'est-à-dire une échelle suffisante pour voir toutes les routes, surtout les petites, un index des villes et préfectures facilement compréhensible et si possible des indications quant au dénivelé. Notre choix se porte sur un atlas à spirale (accompagné d'une carte) réalisé pour les voyages en moto, très précis, totalement en Japonais (même la légende bien sûr et là ça va pas être simple, on va quand même essayer d'éviter les autoroutes si possible!). Les dénivelés sont indiqués par des lignes d'altitude. Avec cet ouvrage et notre boussole de l'armée américaine (eh oui), nous pensons pouvoir trouver notre chemin.

Nous devons aussi penser à équiper nos vélos pour porter nos sacs de plus de 25kg (cage comprise). Nous conservons la cage surtout parce qu'elle va nous permettre de maintenir en place les sacs sur le vélo. Ainsi, sur chaque vélo, nous pensons poser une moitié de la cage sur le porte-bagages, la fixer avec des sangles puis poser le sac dedans, emballer le tout dans une housse imperméable et sangler à nouveau. Nous achetons donc des sangles et de la corde.

La météo ne nous aide pas vraiment à prévoir le temps qu'il fera puisqu'elle change ses prévisions tous les jours. Nous devons donc nous préparer à voyager sous la pluie (ou pas). Nous achetons 2 bâches imperméables pour les sacs qui nous permettront aussi de protéger les vélos de la pluie lorsqu'ils passeront la nuit dehors.
Nous avons des ponchos qui descendent jusqu'en bas des jambes.
Et il faut aussi penser à Lulu: nous achetons une protection contre la pluie destinée au siège enfant placé à l'avant des vélos. Le vendeur nous prend pour des fous car nous n'avons pas de siège enfant sur notre vélo et pense que nous ne pourrons pas le fixer (j'ai pensé un moment qu'il ne voudrait jamais nous le vendre...). Mais il ne savait pas qu'on était des vrais MacGyver alors le soir même nous avons installé la protection de pluie pour Carlo: une bulle en plastique rétractable au dessus du panier avant. Carlo possède aussi un tapis de mousse installé dans sa cage la nuit et dans le panier à vélo le jour. On lui a même trouvé une belle moumoute jaune dans un magasin de tissu à Shibuya pour être au doux, au chaud et à la mode en toutes circonstances...

Les derniers accessoires manquants sont des lampes arrières pour les vélos, des chambres à air, des rustines, des câbles de frein, etc. Comme les magasins d'articles de vélos ne manquent pas ici, nous aurons vite fait le reste des courses.

Le départ aura lieu mardi matin (30 novembre) et nous sommes attendus le vendredi 4 décembre à Shimizu. Nous ferons un état des lieux de l'appartement lundi soir. Notre première étape se fera normalement à Kamakura après 60 à 70km, sans trop de dénivelé pour commencer. Ensuite il faudra passer entre les montagnes pour rejoindre Shimizu mais je ne me fais pas trop d'illusions, on ne pourra pas les éviter...!

Notre dernière balade

(dimanche 28 nov 2010)

Avant de quitter la capitale, nous faisons une dernière fois une balade dans le quartier agité d'原宿Harajuku. Aujourd'hui, on croise de nombreuses jeunes filles habillées en cosplay. Certaines sont poursuivies par des appareils photos. Je suis moi-même allée leur demander la permission de les photographier et vu leur expression gênée à la limite de l'agacement j'ai renoncé. Tant pis... pour vous!
Nous souhaitions entrer dans le fameux temple dont l'entrée nous avait été interdite quelques jours auparavant. Nous préparons donc une entrée discrète: vélos garés à la bouche de métro la plus proche, Carlo dans un petit sac en toile (comme il est demandé de le faire dans nombre de magasins), nous passons devant le gardien avec un pas décidé, au milieu de la foule, l'air de rien. Une fois à l'intérieur, il y a tellement de gardiens que nous n'osons pas laissé Carlo se promener, qui plus est, sans laisse. Nous le gardons sous le bras, tel le petit chien de Paris Hilton... Nous accédons ainsi au site immense. Il y a bien un temple au fond du parc. On y célèbre apparement des fêtes telles que mariages puis qu'on croise des groupes de gens habillés de façon traditionnelle. Une des femmes en 着物kimono avec sa fille a repéré Carlo et s'approche de nous pour le caresser. Ca y est, nous sommes repérés! Mais tant que ce n'est pas par un gardien, nous sommes saufs! Cela attire l'attention d'un homme avec qui nous allons passer le reste de l'après-midi à discuter: Hikaru. Et peu de temps après l'inévitable se produit: un gardien a vu Carlo et il se dirige vers nous. Il nous explique que c'est interdit aux animaux. Nous faisons mine d'être très étonnés et totalement confus. Nous partons tranquillement avec Carlo sous le bras!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!