清水ー名古屋Shimizu-NagoyaShimizu-Nagoya
221Km - 5 jours days

OOPS!

Sorry, it appears we have still a lot of work to do on this website and we have not yet written those parts in english.
That is a shame and rest assured we are not proud of that.

Nevertheless, if you want to know more about us, there are two ways: either you wait some time because we are bound to write this page in english OR (and I think it is the best solution) you learn french and start reading superwanchan.org in its original form!

Notre premier hôtel de passe... et certainement pas le dernier!

(mercredi 8 déc 2010)

Aujourd'hui nous devons reprendre la route à vélo pour aller en direction de 大阪Osaka. Notre voyage se fera en plusieurs étapes: étape 1 à 浜松Hamamatsu chez なおやNaoya, étape 2 à 名古屋Nagoya chez まさしMasashi et l'arrivée est prévue à 大阪Osaka le 20 décembre au plus tard.

Levés à 7h après seulement 5h de sommeil, nous déjeunons puis quittons なおやNaoya pour retourner à 清水Shimizu. Nous lui avons laissé nos gros sacs puisque nous repasserons par ici à vélo dans deux jours. なおやNaoya nous a en effet proposé de rester dormir une nuit sur notre route. Aujourd'hui, la maman de ひろHiro nous a préparé des 弁当Bento pour le déjeuner! Nous partons à 12h avec nos vélos chargés (enfin un peu moins que d'habitude puisque nous avons perdu 7kg). Sur la route, nous nous arrêtons chez ユニクロUNIQLO et François achète une super doudoune ultralégère bleu turquoise. Lors de notre trajet, nous repérons plusieurs hôtels ルートインRoute Inn. Il s'agit d'une chaîne d'hôtels présente dans tout le pays. Nous récupérons le guide de tous les hôtels: ça peut toujours servir. Ce soir, François et Carlo ont eu un petit accident de vélo: j'ai voulu alerter le cycliste à côté de François qu'il n'était pas tout seul sur la route (il était au téléphone...) en donnant un coup de sonnette. Résultat il s'est rangé sur le côté mais sur le mauvais côté: il heurte le vélo de François et là: c'est le drame. Tout le monde par terre. Carlo a sauté du panier il va bien et François s'est égratigné la main et le genou. De plus le panier du vélo est de travers et la roue avant est complètement voilée... Pas fière, j'accepte donc sans broncher de dormir à l'hôtel ce soir pour que les blessés puissent dignement se reposer.

En fin de journée (il fait déjà nuit), nous trouvons un hôtel très bon marché. Il n'y a pas de réception. Les chambres ont toutes une entrée indépendante et 2 places de parking face à l'entrée. On entre dans celle qu'on a choisi (une lumière est allumée à l'entrée si la chambre est disponible) puis le téléphone sonne: on nous demande si la chambre convient. Nous répondons par l'affirmative et on nous demande alors de préparer le montant à payer et de nous rendre dans le couloir.
Il y a en effet une porte dans la chambre qui donne sur un minuscule couloir au fond duquel se trouve une seconde porte munie d'une trappe. La trappe s'ouvre et nous glissons l'argent. La chambre est immense! Elle est composée d'une chambre, d'un salon, d'une salle de bain et de toilettes séparés. Il y a pleins de petites choses telles que brosse à dent, filet à cheveux, crème pour le visage mais aussi des préservatifs! On dispose aussi de 3 pièces de 100 yens pour visualiser une K7 vidéo au choix. Il s'agit en fait de films X.
Plus bizarre: on ne peut pas verrouiller la porte si on quitte la chambre, on ne peut verrouiller que de l'intérieur. Nos doutes sont peu à peu dissipés: nous sommes en réalité dans un love hôtel. C'est très courant au Japon. On peut y rester quelques heures en journée ou toute la nuit. Les prix sont très abordables. Les chambres sont très bien équipées et surtout c'est la discrétion assurée dans ce genre d'établissement. On ne rencontre pas directement le personnel de l'hôtel (paiement par la trappe, coup de téléphone dans la chambre, entrée indépendante, même les voitures sont à l'abri des regards derrière des palissades).
Bref pour nous c'est génial: pas cher et pratique pour entrer et sortir discrètement avec Carlo. D'ailleurs, après 78km de vélo, on n'en demandait pas tant! Nous ne tardons pas à nous coucher après un McDo et un bain japonais réparateurs...






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Du vent, du vent!

(jeudi 9 déc 2010)

Nous libérons la chambre à 10h et partons vers 10h30. Ce soir nous devons arriver chez なおやNaoya, il ne nous reste que 35km à faire. Mais il y a un vent de dingue. C'est très difficile d'avancer et pourtant c'est François qui porte tous les sacs sur son vélo. Je mets la genouillère de ともみTomomi et j'ai ajusté ma selle: cela me permet d'économiser mes genoux. Malgré tout c'est très difficile aujourd'hui. Nous décidons de ne pas prendre la route qui longe l'océan de peur d'avoir encore plus de vent. Pour parcourir ces 35 derniers km, nous mettrons 5h ! Nous arrivons à 16h chez なおやNaoya mais il ne sera pas chez lui avant 18h donc nous partons nous promener aux alentours. Nous entrons par exemple dans une boutique de pâtisseries dans laquelle on peut goûter la plupart des gâteaux en vente. On nous sert aussi du thé et il y a des tables et des chaises pour s'installer confortablement lors de la dégustation. François qui attendait dehors avec Carlo a lui aussi eu droit à son verre de thé que lui a apporté gentiment une des vendeuses. Vers 18h30, nous avons retrouvé notre ami なおやNaoya et nous partons manger des 焼きそばyakisoba avec lui. C'est chouette de pouvoir dormir ici cette nuit. Après cela, nous aurons environ 100km à parcourir pour atteindre 名古屋Nagoya, où nous attend un autre ami de ひろHiro: まさしMasashi.

Naoya, son papa, François et Carlo avant le départ

24h dans la peau de fugitifs
(François tient à préciser qu'il ne choisit pas les titres)

(vendredi 10 déc 2010)

Tout commence très bien ce matin: debouts vers 8h, petit déjeuner, chargement des vélos, discussion avec le papi du coin. On ne comprend pas tout ce qu'il dit mais on a une vague idée de l'anecdote qu'il essaie de nous raconter. Il vérifie l'état de nos vélos puis nous souhaite un bon voyage. Nous partons vers 10h.

La route longe l'océan. D'ailleurs on doit passer plusieurs ponts pour traverser les fleuves qui se jettent dans l'océan. Par ici, on trouve beaucoup de cultures, notamment des choux, des fraises, du thé, et des serres de fleurs. Le temps est clément: soleil et vent léger. Il fait bon pédaler jusqu'à environ 15h30, quand le soleil commence à faiblir. Ensuite on se couvre un peu plus et c'est encore très supportable avec un bonnet, des gants et une écharpe.
Sur la route 23, une route très fréquentée, alors qu'on traverse un fleuve, je me fais escortée par un camion de police ! François est (loin) devant. Le camion ne me dépasse pas, me suit et bloque ainsi tout le traffic derrière nous. Les girophares sont activés et on me parle au haut-parleur. Je ne comprends rien ! Je m'arrête mais ils me disent de continuer. Je retrouve François, alerté par les girophares et l'absence soudaine de voitures. Oui, nous avons une voiture balai, rien que pour nous ! On nous demande de prendre la première sortie. Apparement ce pont est interdit aux vélos. Nous nous excusons plusieurs fois du haut de notre vélo et repartons soulagés de ne pas avoir à souffrir un autre contrôle d'identité et fouille de nos sacs (bien plus nombreux cette fois).
Nous continuons notre route jusqu'à 16h environ, il est temps de chercher un endroit pour dormir cette nuit. Nous allons planter la tente ce soir car le temps nous le permet encore. Demain par contre... Nous avons d'abord repéré un endroit sous un pont (nombreux par ici) mais nous avançons un peu plus loin jusqu'à apercevoir une presqu'île très boisée. L'emplacement a l'air idéal. Nous nous approchons et découvrons un grand bois avec des arbres et des grands prés. Nous installons, à la lumière du jour qui se termine, notre tente à la lisière du bois. A proximité, il n'y a pas grand chose mais on trouve néanmoins un super resto de pâtes, indispensable pour se réchauffer et se remplir le ventre avant d'aller se coucher (tôt, c'est notre habitude désormais!).

Nous ne pensions pas écrire davantage sur cette journée mais la nuit nous réservait en fait encore quelques surprises... Vers 1h du matin, François me réveille: il y a des échanges de coups de feu qui durent depuis quelques minutes. Ils sont très vite suivis par le bruit des sirènes de voitures de police qui sillonent les alentours, très probablement à la recherche des auteurs des coups de feu. Les allers-retours des policiers durent presque 2h! Ils sont très proches: la route est à une vingtaine de mètres de notre tente... Nous ne bougeons plus un seul orteil à l'intérieur de la tente. Nous nous demandons plutôt qui des bandits ou de la police va nous trouver en premier et quel serait le scénario le moins pénible... Finalement après avoir entendu des chiens aboyer dans la forêt et des sifflets, les bruits s'arrêtent et nous nous rendormons peu à peu. Sur le matin, j'entends des dérapages répétés de voiture sur le bitume puis rien. Le réveil sonne à 7h. Trop contents d'avoir une excuse pour le décaler, nous nous recouchons 1h. Quand nous levons le camp vers 10h, il n'y a aucune trace de ce qui a pu se passer dans la nuit. Cela reste un mystère encore pour nous aujourd'hui. Tout ce qu'on sait, c'est qu'on était plutôt bien caché finalement...

voir toutes les photos de ce périple

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Arrivée à 名古屋Nagoya

(lundi 13 déc 2010)

Avant-hier samedi nous avons pédalé jusqu'à 15h environ et nous étions déjà arrivés à 15km de la maison de まさしMasashi, à 名古屋Nagoya. Or celui-ci ne nous attendait pas avant dimanche, nous avons donc décidé de nous arrêter tôt, dans un hôtel. Nous avons bien mérité du repos au chaud et au calme après la nuit précédente très mouvementée... Au réveil dimanche matin, nous avons profité d'un super petit déjeuner puis nous nous sommes mis en route tranquillement: il ne nous reste que 15km avant d'arriver à destination. Nous y arrivons vers 13h.
Comme il est tôt et qu'il fait beau, nous profitons de l'après-midi à peine entamé pour aller visiter la ville de 名古屋Nagoya, en voiture cette fois. Notre premier arrêt se fait au temple 熱田Atsuta: un grand temple de la religion Shinto. まさしMasashi nous montre comment on prie: on jette d'abord une pièce dans un coffre en bois (pas fous ces shintos), ensuite on tape 2 fois dans ses mains, puis on les joint en signe de prière, on baisse la tête et on prie.
J'espère avoir l'occasion de le développer plus tard mais en attendant cela, notons que le Japon concilie les trois religions bouddhiste, shintoiste et catholique. Chacun pioche un peu dans les trois religions et aucune n'est vraiment prépondérante.
Bref, la visite de ce temple et la balade dans le parc ombragé sont très agréables. Après cela, nous partons plus au nord de la ville pour découvrir le château de la ville. Il est composé d'un grand et d'un petit donjon, d'un palais, un grand parc et de nombreuses autres bâtisses. Dans les douves pleines d'herbe, des chevreuils se baladent l'air de rien. Ce château date de 1640. Il a été presque entièrement détruit lors de la deuxième guerre mondiale. Il a été reconstruit depuis et fait partie du patrimoine historique du Japon.

Grand donjon du château de Nagoya

De retour à la maison, on nous prépare un bain (trop bien!). Ensuite nous mangeons des 刺身sashimi délicieux: une grande assiette de riz recouverte de saumon fumé (eh oui), d'algues, d'herbes, d'omelette en petits morceaux. C'est accompagné de soupe et de thé vert, évidemment. C'est aussi bon que beau. En dessert, la maman de まさしMasashi nous a préparé une soupe chaude à base de haricots. C'est bizarre mais pas mauvais, bien que très lourd...
Après dîner, la maman de まさしMasashi, qui possède une boutique de vêtements traditionnels, me fait essayer un 浴衣yukata: long peignoir qu'on noue avec une large ceinture qui se termine en noeud imposant dans le dos. Il y a une technique très précise qui permet de nouer la ceinture. Elle me la montre plusieurs fois et François immortalise ce moment avec une vidéo. C'est quand elle m'explique comment le laver et le plier que je comprends qu'elle est en train de me l'offrir. C'est trop génial!

Essayage du yukata

Lundi matin, réveil à 9h, c'est comme une grasse matinée pour nous en ce moment! Nous partons en train en centre ville. Il pleut et c'est tout gris mais ça ne va pas nous empêcher de continuer à visiter la ville. En quelques minutes, on passe d'un quartier très animé, très chic avec des boutiques Dior (entre autres) à un quartier totalement hors du temps avec un petit pont, des petites maisons en bois foncé aux allures très traditionnelles. L'atmosphère y est complètement différente.
Nous passons devant le théâtre de et c'est notre jour de chance apparement car aujourd'hui (seulement?) il ouvre ses portes au public gratuitement. Nous pouvons donc entrer dans la salle de spectacle, profiter d'une exposition de photos et de masques. Le est un style de théâtre traditionnel japonais. C'est du théâtre chanté, dansé, stylisé.
Après cette visite culturelle, nous rencontrons une amie japonaise de まさしMasashi et de sa soeur. Elle parle français et nous allons déjeuner ensemble.
Nous passons l'après-midi à nous balader dans le quartier Sakae, le centre ville. Il y a tout un passage commerçant sous des arcades (pratique quand il pleut comme aujourd'hui). Nous prenons un café avec des gauffres et des pancakes dans un petit salon de thé. Nous passons aussi voir la 名古屋塔Nagoya Tower, dont la forme fait fortement penser à la Tour Eiffel, en plus petit.

Nagoya Tower

De retour à la maison, nous prenons un bon bain japonais, Carlo en profite aussi. Puis nous passons à table. C'est délicieux, comme d'habitude ! Ce soir nous mangeons des ailes de poulet grillées avec une sauce sucrée et des graines de sésame, accompagnées de riz, de soupe et de nouilles! En dessert, on nous sert des choux à la crème. La crème est différente de celle qu'on a en France: elle est plus légère, moins sucrée, délicieuse.
Après le repas, la maman de まさしMasashi tient absolument à m'offrir des 下駄geta. C'est très joli et je pourrai ainsi porter un parfait ensemble traditionnel dès que l'occasion se présentera mais par contre, c'est affreusement douloureux !
Ce soir nous préparons à nouveau les sacs car demain nous reprenons les vélos: il nous reste environ 200km à parcourir pour atteindre 大阪Osaka. Là-bas, nous pourrons dormir chez ひろHiro le premier soir, le temps de trouver un appartement.

voir toutes les photos de ces trois jours

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

名古屋ー大阪Nagoya-OsakaNagoya-Osaka
209Km - 5 jours days

L'hiver arrive au Japon aussi... glaglagla

(mardi 13 déc 2010)

Hier mardi nous partons à 11h de chez まさしMasashi. Nous traversons 名古屋Nagoya du sud-est au nord-ouest. Notre journée s'achève à 海津Kaizu où nous repérons un hôtel. Je reste en retrait avec Carlo qui charme, une fois encore, une femme qui passait par là, tandis que François part se renseigner sur le prix des chambres. Il s'agit en fait d'un love hotel, tant mieux! Mais comme nous ne pouvons pas y entrer avant 20h pour bénéficier du tarif nuit complète, nous patientons à quelques mètres de là dans un internet café. Nous louons un box pendant 3heures: nous avons un PC avec internet, 2 banquettes, un bureau rien que pour nous. Comme le box est fermé, nous pouvons y amener Carlo discrètement (grâce à son sac de sport dont on ne se sépare plus), bien content de pouvoir faire la sieste au chaud. Dans cet internet café, il y a aussi des mangas, des jeux vidéos, des machines à sous, des petits salons pour lire, des tables et des banquettes pour boire un verre et discuter, etc. Il y a aussi des boissons froides et chaudes à volonté et des chips. Bref, pour nous c'est le rêve.
A 20h nous entrons dans notre chambre du love hotel pour déposer Carlo. Il n'y a pas de réception (comme d'habitude) mais à la place il y a une machine automatique dans l'entrée de chaque chambre. C'est ici qu'on paie pour la chambre, encore faut-il comprendre ce qui es écrit sur les boutons... Nous espérons que nous aurons juste à glisser les billets demain matin en quittant la chambre. Quand nous voulons ressortir pour aller chercher les sacs qui sont toujours sur nos vélos, nous comprenons que nous sommes enfermés dans la chambre. Il y a bien un dispositif de sortie d'urgence mais à réserver pour des cas d'urgence à priori. Mais nous n'avons pas vraiment le choix en fait donc après maintes réflexions, nous décidons d'utiliser la sortie d'urgence. Pas terrible quand on cherche à cacher un chien dans sa chambre d'hôtel mais bon. François va chercher les sacs et garer les vélos à l'abri pendant que je cache Carlo dans la salle de bain et maintiens la porte de la chambre ouverte. Deux employés de l'hôtel sont alertés de voir notre porte ouverte et frappent. Ils ne parlent pas très bien anglais mais suffisament pour que je comprenne qu'il ne faut plus utiliser la sortie d'urgence. Je leur explique que nous nous sommes retrouvés enfermés à l'aide de grands gestes et que nos bagages étaient à l'extérieur. Ils comprennent vite que nous ne sommes pas des habitués. Je leur explique que nous voyageons à vélo, que nous sommes français, etc. Finalement ils m'expliquent comment faire pour payer et quitter la chambre le lendemain et ils repartent. François arrive avec les sacs. Nous ne pourrons plus ressortir de la chambre désormais mais ce n'est pas si grave. De toutes façons nous sommes crevés, nous avons de quoi manger si besoin (je ne me sépare jamais de mon petit sac de provisions).
La chambre est vraiment énorme. Il y a un salon avec table basse, coussins, mini four, frigo, TV, karaoke et machine à sous. Il y a une chambre (évidemment) avec toutes les commandes à la tête du lit (lumière tamisée, musique, réveil, téléphone et préservatifs). La salle de bain est incroyable: il y a des toilettes séparées avec tout l'électronique nécessaire, un grand lavabo avec pleins de crèmes, soins et autres accessoires et une salle de bain très grande avec une baignoire à bulles et avec des lumières! Ouahhhh... C'est super agréable surtout après cette journée qui n'était pas si facile que ça. Il y a avait pas mal de vent et la motivation n'était pas au rendez-vous!

Au réveil le lendemain, nous découvrons un petit paquet dans le sas d'entrée de notre chambre. Les deux employés rencontrés la veille nous avait laissé un petit mot et des カイロkairo. Sur le mot ils nous souhaitent bonne route et nous offrent ces カイロkairo car la journée s'annonce froide. C'est trop gentil sauf qu'on ne sait pas ce que sont des カイロkairo et on ne comprend pas comment ça fonctionne. Merci quand même, c'est très gentil!
Nous hésitons à rester une nuit supplémentaire dans cet hôtel si confortable et bon marché. Nous préférons continuer à avancer car il nous reste encore 165km à faire. Malheureusement aujourd'hui il y a encore beaucoup de vent. C'est très difficile. Dès qu'on s'arrête, il fait froid! Il doit faire environ 5°C. En plus, nous suivons pendant longtemps une route très fréquentée par des camions, sans trottoir et assez étroite. Heureusement on trouve une parallèle un peu plus longue, mais dans des touts petits villages, un peu à l'abri du vent. Par contre ça monte et ça descend tout le temps. Qu'à cela ne tienne, je préfère encore ça à la monotonie de la route précédente. Et puis les alentours sont très jolis par ici: on se balade au milieu de maisons typiques japonaises, très grandes. On s'arrête après maintes hésitations à la poste pour envoyer mon sac à dos à 大阪Osaka. En étant moins chargée, j'avancerai peut-être plus vite et je fatiguerai moins mes jambes et je retrouverai peut-être ma bonne humeur..! En plus l'envoi de mes 15kg environ est très rapide (24h) et bon marché (13€).
Nous posons notre tente juste un peu plus loin, il est 16h. Nous trouvons une forêt au dessus d'un temple. François a repéré un emplacement assez haut dans la montagne, on sera tranquille. Après avoir planté la tente, nous redescendons faire quelques courses pour manger ce soir. Sur le retour nous croisons l'employée de la poste qui rentre chez elle. Elle nous propose de venir manger chez elle! Génial, un repas chaud avant de dormir sous la tente, ça fait plaisir!
Avant de nous séparer, elle aussi nous offrira des カイロkairo et elle nous expliquera ce que c'est. En gros, ce sont des petits sachets de poudre qu'il faut frictionner quelques secondes et qui dégage ensuite de la chaleur pendant plusieurs heures, voire dizaines d'heures. C'est parfait pour mettre dans les chaussettes pour dormir par exemple.
La nuit sous la tente s'annonce calme et pas trop froide. Avant de nous coucher, nous préparons une carte de remerciement que nous mettrons dans la boîte aux lettres de cette famille demain matin.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

L'hôtel ultra chic qui n'avait même pas de salle de bain

(jeudi 16 déc 2010)

Nous sommes tellement bien dans notre tente que nous faisons une belle grasse matinée jusqu'à 10h! Nous déposons la carte postale dans la boîte aux lettres de la famille qui nous a invité hier et nous prenons la route. Il n'y a plus de vent mais les températures sont basses: 5°C environ. Le ciel est couvert mais quelquefois le soleil pointe son nez et ça fait plaisir. On a troqué nos tee-shirts contre les polaires, vestes imperméables, gants et bonnets. Nous faisons bonne route jusqu'au 琵琶湖lac Biwa. Ce lac est le plus grand lac d'eau douce du Japon et le troisième plus vieux lac au monde (4 millions d'années). Il mesure 63km de long sur 22km de large (merci wikipedia)! Et il est magnifique! Nous allons le longer et même le traverser mais ça c'est pour demain. AUjourd'hui nous décidons de pousser jusqu'à un hôtel qui est indiqué sur notre carte. Les derniers kilomètres sont les plus durs. Surtout lorsqu'on se rend compte qu'on s'est trompé de route il y a environ 6 ou 7 km... Il fait noir, il fait froid et nous sommes ko. Avec cette mauvaise nouvelle, nous sommes aussi dégoutés! En plus, il faut faire demi tour. Il existe bien une autre route plus courte mais le policier du 交番koban auquel nous avons demandé notre route nous explique que la route est étroite, non éclairée, surplombe le lac et qu'il y a des sangliers... Alors demi-tour... Nous arrivons enfin à destination, en bord de lac, un peu à flanc de montagne. On s'arrête à l'hôtel malgré le prix excessif des chambres: 160€ ! Mais le pire n'est pas vraiment le prix: nous espérions trouver une chambre confortable et ce n'est pas vraiment le cas. D'abord il n'y a pas de salle de bain et après une journée de vélo comme celle-là c'est le strict minimum! Il y a juste un lavabo et des toilettes mais pas de douche ni de baignoire. Il faut en fait se rendre aux bains publics (温泉onsen). Donc pas de douche tranquille ce soir, il faudra descendre 5 étages pour aller se laver! La chambre est de style japonais: une table basse et des coussins et des futons en guise de lit. Ca ne nous changera pas beaucoup de la tente... Il n'y a pas d'accès internet dans la chambre mais un seul PC en libre service dans le hall de l'hôtel! Bref, nous sommes très déçu de cet hôtel. On se rend compte que les standards japonais sont bien différents des nôtres et aussi que cet établissement ne correspond pas du tout à nos besoins. Cela conviendrait plutôt à des amies qui décident de passer un week end de détente ensemble ou à une sortie en famille.
Passé ce moment de déception, nous décidons quand même d'aller prendre un bain. Pour y aller, nous nous équipons de 浴衣yukata: peignoir, ceinture de tissu, gilet et sandales ouvertes. C'est la tenue de rigueur dans ce genre d'établissement. Malgré tout, nous ne nous sentons pas vraiment à l'aise! Notre serviette à la main, nous descendons aux bains. On se sépare bien sûr à l'entrée puisque ce n'est pas mixte. Cela ressemble fortement à l'温泉onsen que nous avions fait avec ひろHiro et ともみTomomi mais c'est un peu moins joli. Il faut dire que l'autre était en pleine nature, ici nous sommes dans un hôtel. Dans les douches il y a pleins de produits pour le corps et les cheveux très sympas (gommage à base de thé vert notamment). Ensuite il y a un bassin à 42°C en intérieur et un bassin plus chaud à l'extérieur avec vue sur le lac et les étoiles. Ca c'est vraiment chouette. Je commence à me détendre et à oublier cette journée de vélo finalement... Il y a aussi un sauna mais je n'y reste que quelques minutes et ressors, tel un homard bien cuit. Nous sommes quand même bien contents et nous nous couchons tôt.

En yukata pour aller aux bains

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

琵琶湖lac Biwa

(vendredi 17 déc 2010)

Réveil à l'hôtel face au 琵琶湖lac Biwa, magnifique. La grande baie vitrée face à notre lit nous offre une vue incroyable sur le lac, avec en prime un ciel bleu splendide. Je profite seule du petit déjeuner pendant que François fait une mini grasse matinée. Nous devons libérer la chambre à 10h mais on frappe déjà à notre porte à 9h45! Décidément cet hôtel... Bref en sortant on se retrouve sur la plage. C'est super joli. Carlo apprécie aussi et ne tarde pas à se jeter à l'eau. On profite un peu de ce petit coin de paradis avant de reprendre la route.
Pour commencer, nous longeons le lac sur la route sans trottoir et bien connue des sangliers. C'est boisé, étroit, ça monte et ça descend mais c'est super joli. Un peu plus loin, on croise un vendeur de たこ焼きtakoyaki. Il est 11h et c'est l'heure pour un petit casse-croûte au soleil... ça tombe bien! La suite de la route est à peu près plate, toujours le long du lac. Il y a des pins, de jolis parcs et des campings. Nous avons modifié l'itinéraire initial pour traverser le lac par le Rainbow Bridge, long de 2 km. Ca vaut le coup! De l'autre côté, on se retrouve en ville. On continue jusqu'à la ville d'大津Otsu. On y a repéré des hôtels grâce à notre carte. Mais cette fois-ci, pas question de se faire avoir. Il est encore tôt (15h) et nous avons le temps d'aller voir plusieurs hôtels avant de décider où passer la nuit.

Sur la route qui longe le lac Vue du lac depuis notre chambre

Nous choisissons un hôtel proche du centre ville et de la plage, bon marché, avec internet et salle de bain! Le vieux couple qui tient l'hôtel est adorable. La chambre est petite et moche mais pour nous c'est beaucoup mieux qu'hier, et cela même s'il n'y a pas de petit déjeuner...
Aujourd'hui nous avons parcouru 42km. Nous faisons des étapes assez courtes étant donné que nous avons 6 jours pour parcourir 200km. Quand on peut se permettre de faire des petites journées comme celles-là, c'est très agréable. D'autant plus que la température a bien baissé depuis le début du voyage et ce n'est plus tellement agréable de pédaler après le coucher du soleil. Nous serons donc en forme demain pour franchir la dernière (petite) montagne.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Arrivée à 大阪Osaka

(samedi 18 déc 2010)

Samedi check out à 10h. Nous prenons notre petit dej dehors le long de la voie ferrée et c'est l'occasion de faire ou nouvelle rencontre insolite. Nous partons ensuite nous balader au bord du lac dans un parc agréable. vers 11h nous reprenons la route. Nous devons atteindre 193m d'altitude aujourd'hui. La montagne est juste à la sortie de la ville et l'ascension se passe beaucoup mieux qu'on ne le pensait. Je reste presque tout le temps sur mon vélo, c'est pour dire! Après cela, ça descend un long moment. On trouve toujours des trottoirs ou des routes parallèles tranquilles donc la route se passe très bien. Finalement vers 15 ou 16h, il ne nous reste que 20km à faire avant d'arriver chez ひろHiro à 大阪Osaka avec un jour d'avance. Nous essayons de joindre ひろHiro, qui ne nous attend pas avant le lendemain soir, pour savoir si nous pouvons dormir chez lui le soir même. Sans résultat. Il travaille probablement. Nous continuons malgré tout la route tout doucement. A quelques kilomètres de notre destination, toujours sans nouvelle de ひろHiro, nous cherchons un love hotel. Nous en trouvons un pas trop cher et dans lequel on peut entrer à partir de 19h. Parfait. Après quelques courses rapides pour manger, nous entrons à l'hôtel avec tous nos bagages. Nous sommes bien décidés à passer inaperçus cette fois, tels de vrais habitués des love hotels japonais. C'est encore raté. une employée nous accoste dans le parking et nous escorte jusqu'à la réception. Nous payons la chambre et montons nous installer. La chambre est plus petite que d'habitude: il n'y a pas de salon. La salle de bain est assez grande: pas de lunière dans la baignoire, dommage, mais il ya des bulles néanmoins! Dans la chambre il y a même une playstation! On n'en demandait pas tant. Autre avantage, le chek out demain est à midi! Génial, grasse matinée en perspective. Nous recevons une réponse de ひろHiro vers 22h, alors qu'il rentre du travail. Nous irons chez lui demain, mais pas avant 18h car lui et ともみTomomi travaillent le dimanche aussi...
Peu importe, nous sommes arrivés à destination après une vingtaine de jours de vélo. Nous avons parcouru 980km depuis que nous avons acheté nos vélos en novembre dernier. Nous avons adoré traversé les villes, les campagnes, les lacs et les montagnes pour arriver jusqu'ici. Ca n'a rien à voir avec les voyages que j'ai faits jusque là. C'est génial. On ne se contente pas d'aller d'une grande ville à une autre, d'un site touristique à un autre, en se laissant transporter en bus ou en train. On passe par des endroits complètement paumés, on rencontre des gens de façon insolite, on découvre des paysages qui ne sont pas dans mon guide (oui c'est vrai, je peux avouer désormais que je ne me sers pas beaucoup de mon guide lonely planet), on passe des moments incomparables, irracontables (et pourtant on essaie de vous en dire le plus possible), ce n'est pas toujours facile et c'est aussi ce qui rend l'aventure géniale. Néanmoins nous sommes bien contents de reprendre une vie sédentaire pendant quelques semaines à 大阪Osaka!

voir toutes les photos de ce périple

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!