Aventure précédentePrevious adventure:
Le long du дніпроDniepr (2)Along the дніпроDniepr (2)
Aventure suivanteNext adventure:
Trois semaines à ОдесаOdessaThree weeks in ОдесаOdessa
Contes Photos
Vers ДудчаниDudchany
Le Dniepr
Les tournesols ont chaud... Nous aussi!
Chaleur estivale
Un automobiliste nous encourage en klaxonnant!
Marais près du Dniepr
Un joli coin
Toujours le Dniepr
Le pays des pastèques
Rencontre improvisée avec les jeunes de Dudchany
Notre camping du soir
Un endroit super pour camper
Vers Нова КаховкаNova Kakhovka
Pause à la station essence avec Denis
Un trio de cyclistes
Paysages du sud-est de l'Ukraine
Denis à vélo
Dernière pause du jour au supermarché
Arrêt de bus et drôle de tour au fond
Arrivée au barrage de Nova Kakhovka
Une séance bien méritée de... velo-wash!
Vers ХерсонKherson
Une belle église
Un monastère sur notre route
Un monastère sur notre route
Une façade d'épicerie
Un champ de panneaux solaires
Traversée du Dniepr
Vers МиколаївMykolaïv
Premiers regards sur la Mer Noire
Les vignes du sud de l'Ukraine
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Les falaises de Stanislav
Atterrissage du drone...
Les falaises sur la Mer Noire
Les falaises sur la Mer Noire
Les falaises sur la Mer Noire
Les vaches se baignent!
Les vaches se baignent!
Un phare
Chemin au milieu des champs
Rencontre avec Sinbad
Vers РибаківкаRybakivka
Notre rengaine matinale
Prêts au départ!
Avec notre super proprio!
Statue d'un ouvrier agricole
Un bras de rivière
Nos guides du jour!
Une baignade bien méritée!
Une épave près de la plage
Les garçons s'amusent
Pause baignade
Nos guides du jour
Encore un bras de rivière
La campagne au bord de la Mer Noire
Au bord de la Mer Noire
Survol de la Mer Noire
Survol de la Mer Noire
Survol de la Mer Noire
Survol de la Mer Noire
Survol de la Mer Noire
Contents d'être à la mer!
Contents d'être à la mer!
Nos pieds noirs de crasse...
La Mer Noire
Vers РибаківкаRybakivka
Ce matin, il pleut... enfin!
Avec la proprio!
Avec la proprio!
Sur la route, une belle église
On passe par la plage!
Une plage de la Mer Noire
Chemin cahotique et glissant: il faut pousser
Le bord de la Mer Noire
On a perdu le moulin à vent et le drapeau orange
Arrivée à Odessa
Arrivée à Odessa
Arrivée à Odessa

Jusque la Чорне мореmer Noire

Нікополь - ДудчаниNikopol - Dudchany
Des orages, des rencontres

Jeudi 29 juillet 2021

Nous quittons НікопольNikopol vers 10h, nous avons une longue journée de plus de 90km devant et nous ne savons même pas où nous dormirons, il y a ici une bande d'environ 200km sans hébergement. Nous avons choisi la ville de ДудчаниDudchany pour plusieurs raisons. D'abord elle se situe au bord du ДніпроDniepr et c'est quand même le thème du mois de juillet. Ensuite, elle se trouve à une distance presque raisonnable de notre précédente étape. Et dernièrement, elle a une épicerie et une brasserie, ce qui permettra d'aller manger avant la nuit.

Le long du Dniepr

La température fleurte toujours avec les 35°C mais aujourd'hui nous aurons droit à quelques nuages bien appréciés et surtout il y a beaucoup de vent. Certes nous l'avons de face la plupart du temps et nous n'aimons pas ça mais aujourd'hui nous l'apprécions tout de même un peu pour la fraîcheur qu'il apporte! Pour Sandrine, un mélange de fatigue et d'inconfort à la chaleur rend cependant l'expérience très difficile. Il faut s'arrêter souvent, s'énerver et en vouloir à la terre entière (enfin surtout aux personnes sur un tandem devant elle) mais malgré tout, assez lentement, les kilomètres s'égrainent. Les routes sont en bon état mais il y a pas mal de dénivelé, ce qui n'arrange pas la fatigue. D'ici quelques jours, nous serons en vacances pour quelques semaines, il sera grand temps.

Rencontre à Dudchany

A mi-chemin, dans la petite ville de Мар'янськеMaryanske, nous trouvons une brasserie où nous prenons un hot-dog, une glace et des boissons fraîches en terrasse à l'ombre des parasols. Ce sera le dernier magasin avant l'arrivée 47km plus tard. Cependant nous aurons la chance de trouver des vendeurs de pastèques depuis le coffre de leur voiture. Comme on ne pouvait pas vraiment acheter une pastèque entière (parce c'est lourd et peu pratique à trimballer sur un vélo), on nous offre carrément des tranches. Ça fait pleurer Sandrine cette gentillesse après tous ces efforts, cette chaleur et la fatique accumulée. En tout cas, c'était la première fois que je mangeais de la pastèque tiède (température ambiante 35°C), d'habitude ma pastèque sort toujours du frigo. Eh bien, c'est tout aussi agréable ainsi.
À part ça, cette portion de route est un peu monotone. C'est tout droit entre des grands champs de blé ou de tournesols. Heureusement par moment, il y a des travaux sur la route et les ouvriers ne manquent jamais de nous encourager. En fin d'après-midi, nous essuierons un tout petit orage pendant une vingtaine de minutes. Il faudra à peu près autant de temps pour sécher ensuite.

Nous arrivons à ДудчаниDudchany vers 19h et nous profitons de la brasserie pour notre repas de la journée. C'est simple, bon et pas cher. Au moment de repartir nous tombons sur Denis, un cycliste ukrainien qui fait étape dans cette ville également. Il fait un petit voyage d'une dizaine de jours dans le coin et il est plein de bons conseils.
Nous rencontrerons également une dizaine d'enfants du village intrigués par notre attelage. Nous discuterons avec tout ce monde jusqu'au coucher du soleil. Cette brasserie est une étape locale et une dizaine de poids lourds s'y arrêteront pour la nuit. Un des chauffeurs, impressionné par notre voyage nous offrira même 40 hryvnia pour que nous puissions boire un coup. Ce sera chose faite avec un квасkvas - une boisson très prisée ici - c'est une boisson fermentée donc gazeuse et légèrement alcoolisée (1 ou 2°) qui est souvent faite maison et vendue sur les bords de route ou à la pression dans les cafés. Elle est fabriquée à partir de la fermentation du pain (de seigle ou autre).

Le long du Dniepr

Après tout ça, il faut encore trouver un endroit pour dormir et il commence à faire noir. Nous avions un peu préparé le terrain et nous nous dirigeons au bord du ДніпроDniepr, à un endroit où il y a des arbres, un peu éloigné des habitations et les images satellites laissent deviner une petite plage (c'est pratique internet). Ce que ne montrait pas le satellite c'est que le chemin pour accéder à l'endroit et vraiment tout pourri mais on y arrive tout de même et ça ressemble à ce que l'on avait imaginé. On croise un cultivateur et nous lui demandons si ce n'est pas gênant que nous campions là. Il nous dit que non et nous indique même un chouette petit coin. Nous pouvons enfin poser la tente. D'ailleurs, nous recroiserons Denis qui a eu la même idée que nous et qui plante sa tente sous un arbre voisin. Quand nous avons fini de nous installer, il fait déjà nuit, et nous pouvons nous laver dans le fleuve (qui n'est pas très propre lui-même mais bon, au moins ça rafraîchit).
Bon, il fait 30°C dans la tente donc à peine lavé, nous sommes en nage mais c'est les joies du camping en période caniculaire. En plus, nous aurons la chance d'avoir un gros et long orage à partir de 3h du matin. La température sera alors agréable pour le reste de la nuit.

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Les photos le long du ДніпроDniepr (3)

Дудчани - Нова КаховкаDudchany - Nova Kakhovka
Du vélo en trio

Vendredi 30 juillet 2021

Avec Denis

À notre réveil, à 8h30, il pleut toujours et il fait doux (c'est tellement agréable). Nous attendons un peu que la pluie cesse avant de nous lever. Mais elle perdure et nous remballons sous la fin de l'averse. Il ne pleut pas très fort et la météo annonce le retour du beau temps pour la fin de matinée, donc nous sécherons bien assez vite.
Le chemin pour accéder à notre emplacement de camping hier soir était bien pourri, et bien pour repartir c'est encore pire, d'autant qu'il a beaucoup plu toute la nuit. Nous devons descendre une pente assez abrupte et puis en remonter une autre dans des chemins de terre (de boue, ce matin). Nous nous embourbons, le vélo est impossible à diriger, nous n'avons pas assez d'appui ne serait-ce que pour pousser le vélo dans la montée. Nous devons carrément décharger tous les sacs, les monter à la main puis revenir pousser le vélo. Le passage pour rejoindre une vrai route fait 500m mais ça nous prend 50mn! Il faut ensuite décrotter sommairement le vélo, les garde-boues sont pleins, les freins sont quasi inutilisables, tout est marron, sous une couche de plusieurs centimètres de boue.

Denis sur la route

Le temps que nous passions cette étape, le soleil est de retour et ça tape à nouveau même si la température est un peu plus basse (seulement 32°C). Nous reprenons enfin la route à 11h30. Et très vite, nous sommes rejoints par Denis. Nous ferons une cinquantaine de kilomètres avec lui aujourd'hui. La route ressemble furieusement à celle d'hier mais avec de la compagnie c'est tout de même plus joyeux.
Il n'y a que deux endroits pour faire le plein d'eau: une station-service en début de journée puis la ville de БериславBeryslav. Ici, nous croiserons encore plein d'Ukrainiens curieux de notre voyage et devrons à nouveau faire des séances photos-souvenirs. C'est aussi là que nous nous séparerons de Denis.
Nous, nous continuons vers Нова КаховкаNova Kakhovka. L'arrivée dans la ville se fait par un grand barrage qui permet de traverser le ДніпроDniepr comme à ЗапоріжжяZaporizhzhya mais en moins impressionnant quand même.

Velo-wash!

Нова КаховкаNova Kakhovka est une petite ville dans laquelle nous allons passer deux nuits car nous avons besoin de repos et nous avons besoin de temps pour organiser des livraisons pour la semaine prochaine.
Ceci étant, la première chose que nous avons faite en arrivant en ville, c'est de chercher une station de lavage pour les voitures. L'idée est d'y faire nettoyer le tandem car l'expérience de ce matin l'a laissé dans un état pitoyable. Cette mission fut accomplie avec succès, un passant nous a indiqué un endroit à 5mn de notre logement. Le nettoyage a été efficace, rapide et pas cher (rien n'est cher ici sauf les bonbons).
Ensuite à la maison, il a fallu nettoyer les sacs, la remorque. On a dû faire sécher la tente. Dans la foulée, nous avons fait des lessives. Il ne nous restait plus qu'à prendre une bonne douche car nous étions tout aussi boueux que le reste!
Pour la pettie anecdote, Нова КаховкаNova Kakhovka est situé à moins de 50km de la ligne de front du conflit avec la Russie. A priori, nous ne devrions pas nous approcher plus de la zone de conflit (et c'est dommage car c'est une des plus belles régions d'Ukraine).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Нова Каховка - ХерсонNova Kakhovka - Kherson
Entre fleuve et désert

Dimanche 1er août 2021

À la sortie de Nova Kakhovka

Nous partons vers 10h ce dimanche. Nous avons 75km à faire aujourd'hui. Côté temps, c'est toujours la même chose: 36°C, peu de vent, pas de pluie et du soleil. Enfin aujourd'hui, nous aurons quelques nuages bienvenus de temps en temps. Ce n'est pas grand chose mais ça fait tout de même une différence agréable pendant quelques minutes.
Pour ce qui est de la route, ça change un peu aujourd'hui. Nous continuons à suivre le ДніпроDniepr qui est désormais au nord et au sud il y a le Олешківські піскиdésert d'Oleshky. C'est un tout petit désert de sable de 161km². Ça ressemble un peu à l'espace dunaire entre Merlimont et Berck avec un peu moins de végétation.
Nous sommes sur une petite route coincée entre ces deux zones géographiques. Le revêtement est parfois pourri, souvent passable, mais il y a beaucoup d'habitations, de villages et de commerces. Donc c'est beaucoup moins monotone que certaines journées à travers champs.

Une épicerie

À notre première pause, nous croisons plein de locaux (c'est dimanche) avec qui nous conversons. Nous croiserons notamment РоманRoman, un marin-pêcheur (nous ne sommes plus qu'à une poignée de kilomètres de la mer Noire) qui nous propose carrément de venir dormir dans sa maison au bord du fleuve. Nous déclinons car nous n'avons parcouru que 15km mais c'est quand même super gentil.
Si, pendant le plus gros de la journée, nous sommes quasiment seuls sur notre itinéraire, vers la fin, ça se gâte. En effet pour rejoindre la ville de ХерсонKherson, il faut traverser le fleuve. Et il n'y a qu'un seul pont dans un rayon de 100km. Et ce pont est une voie rapide (2*2 voies avec rembardes de sécurité) que nous devons emprunter sur sept kilomètres. Bon on sait faire et c'est relativement peu dangereux mais c'est quand même pas très agréable, ne serait-ce que pour les oreilles.

L'arrivée à Kherson

Nous ferons encore quelques petits arrêts sur la route, principalement pour parler avec des gens qui nous accostent depuis le trottoir ou depuis leur voiture. Mais vers 17h nous arriverons au pied de l'appartement que nous avons loué pour deux jours. Sauf que nous sommes tombés sur des margoulins. Nous avions réservé un deux pièces au rez-de-chaussée avec la climatisation pour 1900 hryvnia. L'idée est de pouvoir rentrer facilement le vélo et de ne pas avoir trop chaud.
Sauf que quand on arrive, on nous dit que l'appartement n'est pas disponible et qu'on va nous proposer mieux! En fait, un studio au quatrième étage (sans ascenceur) pour plu cher! Dégoûtés, mais épuisés et devant le fait accompli, nous sommes un peu contraints d'accepter (c'est compliqué de s'énerver en ukrainien à notre niveau). C'est pas la fin du monde, il suffit de couper le tandem en deux et de se taper quatre fois chacun les quatre étages pour monter toutes nos affaires. On l'a déjà fait et au moins après tout ça nous pourrons nous reposer sereinement... Sauf que il s'avèrera qu'il n'y a pas d'eau chaude dans la douche et que si on laisse la clim' allumée plus de quelques heures, elle déverse une forte quantité d'eau sur le lit! Bref, on n'a pas encore visité ХерсонKherson mais si vous y venez un jour ne louez rien au 2A rue ТираспольскаTyraspolska!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Херсон - МиколаївKherson - Mykolaïv
La mer Noire

Mercredi 04 août 2020

Les falaises de Stanislav

Nous partons vers 9h30 de ХерсонKherson. Nous avons prévu de prendre une petite route qui longe le ДніпроDniepr jusqu'au delta où il se jette dans la mer Noire. Ensuite nous suivons un peu la côte et finalement nous devons remonter le Південний БугBoug méridional, un autre fleuve qui se jette dans la mer Noire. Et nous allons remonter ce second fleuve jusque МиколаївMykolaïv, une charmante ville de taille moyenne.
Il y a une autoroute Херсон - МиколаївKherson - Mykolaïv donc en prenant un peu plus long au bord de l'eau, nous pensions être tranquille côté circulation. C'était un bon plan, même si en début de parcours nous avons un peu douté. La sortie de ХерсонKherson dans cette direction était vraiment très chargée et puis miraculeusement après 10km: plus personne. Et une route en état convenable sur une grande partie du chemin (il y aura tout de même dix kilomètres bien pourris où nous doublerons un camion qui devait rouler à 10km/h à cause de tous les trous. Nous, nous pouvons toujours zigzaguer entre les trous sans perdre trop de vitesse).

Les falaises de Stanislav

Côté temps, il y a eu pas mal d'orages hier et nous avons perdu quelques degrés. Aujourd'hui ce sera 32°C. La différence n'est pas énorme mais ça fait quand même du bien d'autant qu'il y aura pas mal de nuages en milieu de journée. En plus, en bord de mer, il y aura même du vent. Il y aura même des mini-tornades de terre dans les champs tellement tout est sec!
Nous avons bien préparé notre itinéraire car il y a tout de même 100km à parcourir! Comme il fait encore chaud, pour faire plaisir à Sandrine nous avons prévu une pause tous les 20km (au lieu de 30-35 habituellement).
La première pause est rapide, sous un arbre au bord de la route. Il n'y a rien mais ce petit coin d'ombre nous fait du bien.
On effectue la deuxième dès qu'on arrive à la mer Noire. Il y a une petite station-service où nous prenons des boissons fraîches quelques kilomètres en amont et nous nous arrêtons sous un arbre au bord des petites falaises surplombant la mer. Juste après cet arrêt, nous rencontrons un troupeau de vaches qui prennent un bain de mer.

Les vaches se baignent!

La troisième pause, nous la ferons dans le petit village côtier de ЛупаревеLupareve. Nous y avons repéré une épicerie. Elle est top: boissons fraîches à la pression, énorme choix de glaces, toilettes, et terrasse à l'ombre. C'est un combo puissant et très rare. Mais ce n'est rien comparé aux habitants. Ici, nous rencontrerons Sinbad, un arménien qui parle anglais et qui partagera carrément avec nous une pastèque. Nous discuterons avec un certain nombre de gens, des russes et des ukrainiens. Et puis nous aurons droit à une longue séance de photos avec une demi-douzaine de femmes qui veulent toutes se photographier avec moi très collés-serrés! Une ou deux d'entre elles voudront bien inclure Sandrine également dans leurs photos. Bref encore un accueil impressionnant dans ce petit village.
Alors bien sûr en comparaison notre quatrième pause sera plus calme mais nous aurons encore l'occasion de discuter et prendre des photos avec des locaux.
Il fallait tout de même un peu de galère pour qu'on se souvienne encore mieux de cette journée. Et nous avons été un peu servi. Ça a commencé par un petit sms reçu dans la matinée nous informant que l'appartement que nous avions réservé pour ce soir et demain avait un problème de canalisation et que donc nous ne pourrons pas l'occuper.

Rencontre avec Sinbad

Nous parvenons à réserver un second appartement relativement plus cher mais nous n'avons pas trop de choix. Cependant, à la quatrième pause (il est 18h et nous arrivons dans une heure) nous recevons un nouveau message nous informant que l'appartement ne sera pas prêt avant demain matin (genre on peut toujours l'occuper si on dort sur le palier ce soir...). Donc il nous faut en trouver un troisième disponible sous une heure.
Finalement, merci internet, nous en trouverons un qui s'avèrera combler toutes nos attentes et au même prix que le premier (20€ la nuit). Cerise sur le gâteau, la propriétaire parle anglais. Parce que on vous raconte ça en quelques lignes mais faire des recherches puis échanger des messages en ukrainien, ça nous prend un temps énorme et c'est pour ça qu'on le fait tranquillement devant l'ordinateur quand on est en pause. Faire ça sur le bord de la route au téléphone dans la chaleur avec les kilomètres à parcourir, c'est pas glorieux. Mais bon, on passe notre vie à relever des petits challenges comme ça!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Миколаїв - РибаківкаMykolaïv - Rybakivka
Un petit air de vacances

Vendredi 6 août 2021

Avec notre super proprio!

Aujourd'hui nous tentons un départ à 8h30 (en fait 8h50 parce que notre propriétaire est très bavarde et interessée par nos voyages). L'idée est qu'en partant plus tôt il fait un peu plus frais. La théorie est sûrement bonne mais en fait, le temps est nuageux et la température ne dépassera pas 30°C et il y aura pas mal de vent donc dans l'ensemble les conditions seront plus favorables que ces derniers temps. Nous sommes en bord de mer et le climat est tout de suite plus clément.
C'est une bonne chose, mais il faut tout de même parcourir une centaine de kilomètres encore ce jour. De nouveau les dix premiers kilomètres pour sortir de la ville sont un peu chargés en circulation. Il doit y avoir une décharge sur la route car à un moment nous sommes doublés par des dizaines de camions-poubelles.
Nous faisons une première pause dans une station-service assez tôt puis une seconde dans un petit village le long de la route. Il y a une épicerie avec une petite table sous une tonnelle, c'est parfait pour nous.

Avec nos guides du jour!

Jusqu'au kilomètre cinquante, au village de РівнеRivne, la route est en très bon état et nous roulons à bonne allure malgré notre roue arrière qui est désormais voilée. Et oui, nous avons déjà cassé un rayon, elle n'aura tenu que deux mille kilomètres (les routes ukrainiennes sont franchement mauvaises mais c'est quand même très peu).
À РівнеRivne, nous nous arrêtons pour faire le plein d'eau dans une petite échoppe. Là nous sommes abordés par des adultes et des adolescents du village qui sont très curieux de nous voir là (c'est un mini village sur une quasi presqu'île mais loin de la mer). Ils sont également très accueillants et très expressifs. Nous leur expliquons notre itinéraire et les ados nous expliquent qu'un peu plus loin, il y a un endroit pour se baigner et qu'ils veulent nous accompagner et faire les guides.

Une baignade bien méritée

Nous acceptons et nous voilà en bande de quatre vélocipèdes à arpenter les chemins (car à partir d'ici, il n'y a plus de route pendant 20km!). Assez vite, nous traversons un fleuve et nous nous arrêtons de l'autre côté. L'eau est chaude, il y a de quoi plonger, une petite île accessible à la nage, bref c'est un petit coin de paradis. Nous faisons donc les fous pendant une demi-heure avec nos trois compagnons avant de reprendre la route.
Ensuite il y a donc 20km de chemin. Les dix premiers sont en terre et comme c'est très très sec, ça roule bien. Par contre les dix suivants sont en cailloux et graviers et c'est beaucoup mois agréable et efficace. Mais ça finit par se terminer et nous retrouvons une nationale sur laquelle nous trouvons une nouvelle station-service tout confort (glace, eau, toilettes et chaises à l'ombre) pour faire notre quatrième pause.

Au bord de la Mer Noire!

Ensuite nous quittons la nationale et il nous reste 20km à parcourir pour rejoindre la mer. Nous avons désormais le vent dans le dos et ça nous accélère. Malgré tout nous nous faisons bouffer par les moustiques dès que nous ralentissons dans les montées.
Puis à 18h nous arrivons enfin sur le rivage. Nous avons loué une petite chambre dans un petit hôtel de vacances. C'est très simple, au rez-de-chaussée, et c'est parfait pour nous. Les gens sont très accueillants et ils proposent à manger sur place. Nous irons tout de même faire un petit tour sur la plage avant de nous installer. Le quartier est plein de touristes avec des serviettes de plage et des bouées. Il y a des stands de glace ou de pastèques. Et le soir c'est la bamboche!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Рибаківка - ОдесаRybakivka - Odessa
Nous avons traversé l'Ukraine
(et c'est pas petit)
+ un peu de panique

Samedi 07 août 2021

Il y a eu beaucoup d'espoirs exaucés mais aussi un peu de nos pires craintes réalisées aujourd'hui. Spoiler alert (pour nos mamans): ça finit pas trop mal quand même. En tout cas, on devrait se souvenir de cette journée pendant quelques temps.

Avec la propriétaire

Nous commençons à 10h30 car il n'y a que 78km à faire et que la météo annonce des orages dans la matinée. En fait, ils dureront jusque midi et nous partons donc sous la pluie. Généralement, nous ne sommes pas friands de pluie mais là ça fait 7 semaines que nous crevons à 35°C et nous accueillons donc la pluie et les longs orages qui font redescendre la température à 22°C, à bras ouverts. C'est carrément agréable et en plus ça nettoie un peu la poussière qui s'accumule sur les bagages. La propriétaire nous prend en photo, inquiète de nous voir partir avec cette météo.
Donc ça commence super bien. Nous longeons la mer Noire et comme il y a pas mal de falaises, de temps en temps ça grimpe un peu.
Au km 11, il y a un détour de 6km à faire pour contourner un estuaire. Nous choisissons néanmoins l'autre option qui est de traverser une plage sur un kilomètre. Les trois quarts de la bande de sable sont aménagés en camping et on peut y rouler sans trop de souci. Par contre, la fin c'est du sable mou et il faut pousser et avec un vélo de 70kg c'est laborieux. Mais ça passe.

Un raccourci par la plage...

Vers midi, la pluie et les orages ont cessé mais un vent violent s'est levé. C'est un vent de côté, le plus désagréable parce qu'il nous fait ralentir autant qu'un vent de face mais en plus il nous fait perdre l'équilibre au gré des rafales (et surtout des dépassements par des véhicules trop rapprochés) et provoque pas mal de zigzags. C'est d'ailleurs au moment où le vent est le plus fort que nous nous retrouvons sur une étroite nationale avec un flux continu de véhicules dans les deux sens (pas assez de véhicules pour créer un ralentissement cependant). Si le conducteur ukrainien est généralement bien luné et roule de manière considérée, il faut bien reconnaître qu'il a du mal à ralentir pour un cycliste. Donc dans n'importe quelles conditions, il faut doubler quitte à frôler, s'il n'y a pas assez de place (ça évite de perdre 2-3 secondes à ralentir).
Tous ces facteurs cumulés nous ont fait passer probablement les six kilomètres les plus anxiogènes de notre carrière de cyclotouristes (et pourtant nous avons pratiqué des autoroutes en France et en Corée). Quand on s'arrêtera un peu plus loin pour décompresser, on se rendra compte que nous avons perdu notre drapeau et notre éolienne qui nous accompagnaient depuis plus d'un an!

Chemin cahotique et glissant: il faut pousser

Le vent sera violent pendant environ deux heures et ensuite nous serons dans des zones boisées puis dans des zones urbaines donc ce sera globalement protégé. Nous arriverons à ОдесаOdessa vers 17h30. L'arrivée s'effectue par un énorme axe routier de 2*4 voies. Le genre qu'on aurait évité dans d'autres pays, mais ici, on les prend tout le temps. On est à peu près sûr que le revêtement est pratiquable et les voies sont larges, il y a souvent une voie pour les bus, on y est à l'aise en fait.
Par contre, à notre arrivée Sandrine s'aperçoit qu'elle n'a plus son sac! En réfléchissant, on comprend assez vite qu'elle l'aurait oublié lors de notre dernière pause, il y a 18km. On a pris une boisson et une glace sur un banc devant une épicerie en bordure de route. Dans le sac, nos deux porte-feuilles, avec nos deux cartes bleues, nos passeports, permis de conduire et une partie du loyer pour notre appartement de ce soir et des trois semaines à venir (420€). Rien que ça.

On a perdu notre moulin à vent et notre drapeau orange

Donc notre après-midi fut assez différente de ce que nous avions anticipé. Nous n'avions pas d'argent pour payer l'appart' ou à manger ou un taxi. Heureusement, la propriétaire compréhensive nous a laissé entrer dans l'appartement en attendant que nous réglions nos histoires. On a pu déposer les bagages et le vélo. Nous avons une application sur nos téléphones pour faire appel à des taxis dans les villes et notre carte de crédit y est préenregistrée. Donc une heure plus tard nous sommes de retour à l'épicerie, en taxi.
Le sac n'est pas sur le banc et l'épicière ne l'a pas. Ça commence mal. Personne ne parle anglais (même ukrainien c'est compliqué). Alors on se débrouille. Il s'avère que l'épicerie est dotée de pas mal de caméras de surveillance fonctionnelles. Nous savons exactement à quelle heure nous sommes passés (car nous avons échangé des messages avec notre propriétaire au moment de la pause). Et assez vite, nous avons des images de la personne qui a "récupéré" notre sac.
Il y a beaucoup de monde qui gravite autour de l'épicerie qui fait également bar. Nous avons aussi appelé un copain qui est à l'autre bout du pays mais qui parle anglais. Il appelle la police pour nous et nous dit de l'attendre sur place.

Arrivée à Odessa

Pendant ce temps, un client retrouve notre sac caché derrière une poubelle dans un coin sombre de la terrasse (nous avions fouillé les poubelles mais pas derrière). Première vague de soulagement: les papiers y sont et il reste même une carte de crédit. Il manque donc l'argent (logique) et mon porte-feuille (donc ma carte bleue, ma carte vitale, ma carte d'assurance européenne, mon suivi vaccinatoire français (pas celui du Covid), entre autre). Déjà nous n'aurons pas de problèmes avec les douanes et nous pourrons manger dans les jours qui viennent...
La police arrivera assez rapidement. On leur expliquera tant bien que mal la situation. Avec les vidéos et les témoignages des gens sur place, ils ont une bonne idée de la personne qui a mon porte-feuille et ils partent le chercher... en vain. Nous attendons deux heures et quand ils reviennent ils ne l'ont pas trouvé. Ils prennent alors notre déposition et notre contact (si jamais).

Voilà comment on aimerait visiter la ville pendant nos vacances...!

Il fait désormais nuit (ici le soleil se couche à 20h30) et nous sommes loin de tout, mais nous trouvons tout de même un taxi qui nous ramène à notre nouvelle maison. Il est 22h, nous allons retirer de l'argent de nouveau (il faut encore payer le loyer), nous achetons une salade car nous n'avons toujours pas mangé. Et enfin une douche (parce que 80km de vélo tout de même) et au lit.
Bilan de la journée: nous avons baroudé à travers toute l'Ukraine (sauf les zones en guerre malheureusement) sur près de 2200km. C'est le pays où nos rencontres furent les plus incroyables. Même si les routes sont pourries et nous avons déjà flingué notre roue arrière, la cohabitation avec les motorisés est plutôt sereine (à part un petit peu aujourd'hui). Nous sommes au Sud du pays et nous ne savons pas encore où nous allons aller ensuite mais une chose est sûre nous allons nous reposer trois semaines à ОдесаOdessa.
Les photos sont désormais disponibles en cliquant sur l'îcone "photo" en bas à gauche de l'écran.
Vous pouvez également nous suivre d'aventures en aventures grâce aux flèches latérales.

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 10/08/2021 à 21h57min

Ok avec toi, maman N° 1 ...mais le stress a dû être énorme en direct à l'arrivée à Odessa ! vous avez mérité de prendre un peu de repos ! Bisous

superwanchan
Le 09/08/2021 à 14h05min

On s'en sort plutôt bien, effectivement!

zezette
Le 09/08/2021 à 13h42min

Coup de stress effectivement pour la première maman ....je suis certaine qu’il en sera de même pour la seconde ....
Apparemment plus de peur que de mal ...ouf
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connecte-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!