La Corse à tandem!

Bastia-Centuri:
Superwanchan en Corsica

Lundi 14 Octobre 2019
Levés à 8h comme souvent et Bastia est bruyante. Beaucoup de circulation, beaucoup de bruits. Dans la rue de l'hôtel, il y a des terrasses de café un peu partout, et elles sont toutes remplies. Les gens sont gentils et curieux, du chien, du tandem, bref, on ne passe toujours pas inaperçu. Avec une particularité pour la Corse: tous les Corses sont persuadés que leurs montagnes sont les pires et qu'on va avoir bien du mal à les gravir. Quand on leur dit qu'on arrive des Alpes, c'est tout juste s'ils ne nous disent pas que les Alpes c'est un petit faux plat comparé à leur île. On n'insiste pas, ça nous fait sourire et on verra bien!

On part vers le Nord, en direction du Cap Corse. La circulation est dense pendant les premiers kilomètres. La route n'est pas large mais les voitures sont patientes et attentionnées. Donc tout se passe bien. Au bout d'une demi-heure, la circulation s'amenuise et ça devient plus agréable. On longe la côte sur une route qui monte et qui descend, ça va vite et c'est joli. Il y a beaucoup de vieilles tours, quelques criques.
À 36km, on quitte la côte pour monter un peu dans le coeur de l'île, vers la ville d'Ersa. De là on redescend sur la petite cité balnéaire de Barcaggio (là où les vaches sont censées paître sur la plage, mais on ne les a pas vues).

De là, on remonte à Ersa pour redescendre vers le Sud par la côte Ouest jusqu'au magnifique port de Centuri où nous logerons pour la nuit. Au passage, vers le haut de la côte, nous serons dépassés par une dizaine de cyclistes (et un chien) qui trichent (vélos électriques) mais avec panache. Ils ont chacun un panneau solaire de 1/2m² qui alimente leur batterie. Certains ont des vélos couchés, d'autres des vélos assis, enfin ils forment une sacrée bande.

On n'a pas trouvé de camping dans le coin et c'est encore à l'hôtel que nous logerons ce soir. C'est l'Hôtel de la Jetée qu'on a choisi (parce qu'il est ouvert et que c'était le moins cher) et on ne regrette pas car il est vraiment joli et sa terrasse surplombe le port. Comme nous sommes arrivés tôt (eh oui, on ne nous arrête plus), on profite du beau temps et de la douceur (25°C) pour manger des glaces, se promener dans Centuri et se promener dans les petites criques et autour du port. Et puis nous mangerons sur la terrasse de l'hôtel pour reprendre des forces pour demain.

Côte de Centuri

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Centuri-Farinole:
Tiens v'là la pluie

Mardi 15 Octobre 2019
Moi j'étais vraiment bien dans cette chambre d'hôtel et ça m'a fait un petit pincement au coeur de la quitter ce matin vers 9h30. Mais c'est le jeu et le but c'est de toujours avancer. Aujourd'hui sur le papier c'est la plus grosse journée en Corse, on doit faire 1500m de dénivelé positif. En gros, on monte un col, on le descend et on recommence six fois.

Le premier col nous amène au village de Centuri (on a dormi au port de Centuri), puis on rejoint la mer et l'on remonte jusque Pino, petit village avec un café et une supérette où l'on fera nos courses pour la journée parce que aujourd'hui, c'est le seul endroit où l'on pourra trouver à manger de la journée. Il n'y aura plus rien sur la route et le camping est au milieu de nulle part. Donc on se fournit en fruits (clémentines et prunes), en fromage et saucisson locaux, une petite terrine et du pain. Ce soir, ce sera sandwich corse au menu!

La météo annonce des orages entre midi et 16h avec le retour du beau juste après. On décide de leur faire confiance et on s'arrête à 9km de notre point de chute dans le très joli village de Nonza où il reste un bar d'ouvert où nous prendrons le temps d'attendre (tant qu'il ne pleut pas car c'est un bar uniquement d'extérieur). Nous irons ensuite grimper au pied de la Tour du village qui surplombe la mer et puis nous profiterons d'une petite ruelle couverte pour nous abriter des intempéries et laisser les gros nuages passer en espérant qu'on puisse reprendre la route et planter la tente sous un ciel dégagé.

Pour finir la journée, nous profiterons de la douche chaude du camping (qui s'appelle A Stella... Franchement on n'avait pas besoin de faire autant de km pour arriver A Stella...) et irons nous coucher tôt (avec le soleil ou presque) après avoir fait sa fête au saucisson corse et à ses compagnons (plus une bouteille de limonade corse achetée au camping!).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Farinole-L'Île Rousse:
Après la pluie... le vent

Mercredi 16 Octobre 2019
La nuit était assez bruyante car on était au bord de la mer et elle était très agitée. Mais ça ne nous a pas empêché de bien dormir jusque 8h30. Petite grasse matinée car la journée à venir n'est pas très longue.
On commence donc par un pain au chocolat et un chocolat chaud au bar du camping. Il fallait trouver un truc à faire pendant que le dessous de la tente séchait. Le vent et le soleil ont beaucoup aidé. On commence alors la route vers 10h30. Ce sont des petites montées et descentes jusque la jolie ville de San Fiurenzu. À la sortie de San Fiurenzu, on entre dans le désert des Agriates, bon ça fait 30km de long, ce n'est pas vraiment désertique mais ça s'appelle comme ça. Et c'est super joli. Au début, ça grimpe quand même pas mal, ce qui n'est pas gênant et surtout ça donne de très jolis points de vue un peu plus tard.

Au milieu du "désert", juste après la base militaire, on s'arrête dans un petit snack au bord de la route où nous serons accueillis par deux personnes d'un certain âge qui proposent charcuterie et fromages locaux et pleins de produits de leur jardin (légumes, confiture de melon, sirop de menthe...) et des glaces. Généralement, on évite de manger pendant la journée mais aujourd'hui, on se laisse tenter. Les tenanciers sont vraiment très sympathiques, on discute beaucoup et la charcuterie et les fromages sont vraiment excellents (la confiture de melon du jardin aussi). Après ce long arrêt, il faut continuer la grimpette dans les Agriates et c'est un peu plus désagréable qu'au début avec le ventre plein!
Après 35km, on commence à redescendre vers la ville de l'Île Rousse où nous camperons ce soir. C'est au même moment qu'on commence à sentir le vent qui arrive de la mer. On a des bonnes rafales à 30-40 noeuds et bien qu'on soit en descente, il faut parfois pédaler pour contrer la nature. Les rafales rendent surtout la conduite difficile d'autant qu'on est souvent très proche des précipices et que les rembardes de sécurité ne font pas partie du décor... Mais avec beaucoup de concentration, on continue sans problème.

À la sortie du désert, il nous reste quinze kilomètres à parcourir. La route est très belle mais les conditions ne sont pas géniales. C'est une nationale avec un trafic soutenu et il y a toujours ces grosses rafales de vent donc la prudence est plus que jamais de mise mais il y a généralement une sorte de BAU que nous empruntons et les véhicules dans la très grande majorité font attention à nous.
Une chose à signaler aujourd'hui, on croise depuis notre arrivée en Corse souvent les mêmes touristes (et il y en a pas mal) et vu qu'on est assez facile à repérer avec notre tandem coloré et notre chien, il y a pas mal de gens qui nous doublent et qui nous saluent vu qu'on a déjà discuté ensemble. C'est assez rigolo. Il y a quelques voitures qui s'arrêtent pour nous prendre en photo!

Nous sommes arrivés à l'Île Rousse vers 15h30 et notre camping se trouve dans les hauteurs de la ville (c'est même super haut). Par fainéantise, on a décidé de mettre le GPS pour les deux derniers kilomètres et il nous a fait passé par des ruelles pas possibles, à tel point qu'on s'est retrouvé à escalader des jardinets avec le tandem chargé... Bref, on maintient notre première intention, les cartes c'est mieux. On a posé la tente puis nous sommes redescendus en ville car il n'y a rien autour du camping. Après une chouette petite visite de la ville, nous nous sommes installés en terrasse face mer pour profiter de la fin du jour en dégustant des plats typiquement corses. Après ça il a bien fallu remonter au camping mais nous connaissions la route et le tandem n'était pas chargé donc ce n'était pas si difficile. Ensuite une bonne douche chaude et au lit.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

L'Île Rousse-Galeria:
...puis le beau temps

Jeudi 17 Octobre 2019
Il fait entre 16 et 20°C la nuit donc à 8h30, il n'y a déjà plus de rosée, il fait bon sous la tente (parce qu'on est à l'ombre) et le réveil est donc agréable. On commence à être rodés avec le remballage de la tente et des affaires et maintenant en prenant notre temps, on est prêt un peu avant dix heures.
Le vent est tombé, le soleil tape dès le matin, il n'y a presque pas de nuage. Les températures annoncées sont très bonnes: autour de 23°C la nuit et autour de 18°C la nuit. On a donc un peu chaud dans les montées en plein soleil mais c'est un temps quasi-parfait.
Aujourd'hui nous commençons par nous diriger vers Calvi. Malheureusement, jusque Calvi c'est la même nationale que nous avons empruntée hier et la circulation est toujours plus dense le matin. La sortie de l'Île Rousse est assez costaud ensuite, ça roule bien jusqu'au petit col de la ville de Lumio à 193m, en haut duquel nous avons une jolie vue sur la baie de Calvi.

Ensuite ça descend et c'est plat jusque Calvi. Là, après un arrêt magasin pour racheter du gel douche, on fera une belle pause sur le port pour manger un petit tataki de thon et surtout un gros milk shake pour François et une belle crêpe pour Sandrine. On en profitera aussi pour recharger l'ordinateur. Sans ça, on ne pourrait pas vous faire lire tout ça.

Pour ressortir de Calvi, ça remonte encore et c'est magnifique. Les pierres ont changé de couleurs, on est dans l'orange-rose. Et en plus, nous sommes de nouveau sur une minuscule départementale où il n'y a plus de circulation. Bon du coup, on est encore un peu trop près des précipices et les rembardes de sécurité n'existent plus mais on est au calme. En plus, comme il n'y a plus de vent, ça fait moins peur quand même.
On roule donc de criques en criques, on descend vers une puis on remonte faire des lacets en montagne et on recommence. C'est vraiment très beau. Au bout d'un moment la route n'est plus du tout entretenue et on est obligé de ralentir fortement pour ne pas endommager le tandem. Il y a des trous partout et c'est assez fatigant pour les articulations mais rien qui ne nous arrête bien sûr.

Au bout de 64km, nous arrivons dans la petite Marine de Galeria où nous allons camper ce soir. C'est un petit village qui s'est construit autour de cette très jolie Marine. Il reste un camping ouvert à cette saison. Et nous y trouverons même une épicerie et un restaurant pour le soir. C'est donc un endroit parfait pour nous.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Galeria-Ota:
En bateau

Vendredi 18 Octobre 2019
Aujourd'hui, on se lève à 7h30 avec un petit défi: On voudrait aller visiter la réserve naturelle de Scandola et les calanques de Piana en bateau. On s'est renseigné, un départ de la Marine de Porto dans le village d'Ota est prévu à 14h30. Donc on a trouvé un petit hôtel pas loin et il faut qu'on arrive avant 14h dans la Marine.
Donc on prend la route vers 9h30 et on sort de la Marine de Galeria au bout de 6km, on commence le col de Palmarella sur 11km à 408m d'altitude. On y passe près d'une heure et la vue de l'autre côté est magnifique.

Ensuite on descend très légèrement pendant près de 30km. Au fil des lacets, on découvre des calanques, des criques, des baies... on aperçoit la réserve de Scandola, le village isolé de Girolata et même la Marine d'Ota. On enchaîne vraiment les jolies vues toute la matinée. On prend juste le temps de prendre quelques photos mais on ne perd pas de temps avec toujours notre objectif en tête.

Finalement, on arrivera devant le guichet des excursions en mer à 13h (on roule de plus en plus vite). On aura le temps de prendre les billets, la chambre d'hôtel, ensuite une douche et nous voilà prêts à embarquer.
On fera alors 3h de bateau dans des endroits fantastiques et nous découvrirons la Corse depuis la Mer, ça change un peu et à part le bruit du moteur, c'est reposant.
Ensuite un petit repas en bas de l'hôtel et au lit pour profiter du luxe d'une chambre pour la nuit.

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 26/10/2019 à 21h53min52s

:) !!!

Sandy
Le 20/10/2019 à 16h18min28s

Et il suffit de prendre un ferry depuis Toulon ! Ca fait réfléchir... :-)

la fonctionnaire
Le 19/10/2019 à 20h32min08s

Les paysages sont magnifiques ! merci de nous faire découvrir la Corses grâce à vos jolis reportages !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Ota-Vico:
Le farniente corse

Samedi 19 Octobre 2019
On a la même journée de vélo qu'hier qui nous attend mais on n'a rien de prévu dans l'après-midi. Autant dire qu'on est larges. On profite donc de la chambre d'hôtel pour faire la grasse mat' jusque 9h (en fait, on n'arrive pas à dormir si tard mais c'était le plan), et on se prépare tranquillement. Quand le vélo est chargé, on se déplace à pied jusqu'à la boulangerie. On prend une baguette pour plus tard (on a toujours une terrine qui traîne dans les sacs) et on rencontre un couple franco-italien avec qui on discute longuement: ils sont également partis en vacances prolongées. Ensuite on part pour de bon à tandem pour 1km: arrêt à la pharmacie et au Spar. Il nous faut des pastilles pour la gorge (j'ai chopé un petit truc en bateau hier), des cachets pour la tête et du jus de fruits. Sur le parking du supermarché, on fera la discussion avec un couple de belges, d'anciens cyclistes assez âgés désormais. Tout ça pour dire qu'on prend notre temps.
Après ça quand même, on y va pour de bon, et ça commence par la montée jusqu'au village de Piana à pas loin de 500m d'altitude, ça met en jambe! Là-haut, on voit les mêmes choses que l'on voyait depuis le bateau mais de l'autre côté et c'est tout aussi beau.

Ensuite, ça redescend tranquillement jusque Cargese. Là les paysages changent encore. C'est toujours magnifique mais c'est différent. Désormais nous côtoyons des plages de sables avec l'eau couleur azur. On longe la côte et elle n'est pas trop vallonnée. C'est samedi, le début des vacances, il fait 24°C et un grand soleil et on se rapproche d'Ajaccio mais il n'y a pas beaucoup de circulation pour autant. Donc on apprécie ces routes tranquillement.
Un peu plus loin on arrive dans la petite Marine de Sagone, une plage de sable de 500m et quelques boutiques. On s'arrêtera dans une paillote sur le sable où les gérants ont une petite chienne de l'âge de Carlo pour manger une glace et boire une bière et continuer à prendre le temps. Ce soir on dort au camping de Sagone à 2km d'ici en remontant la rivière.

Le camping est en fait un énorme resort de vacances avec piscine chauffée, salle de sport, courts de tennis, supermarché, et on en passe. Un truc vraiment énorme genre Club Med. Pas forcément notre destination de prédilection mais pour une nuit c'est pas mal. On loue un mobile-home pour 38€. On a trois chambres, toilettes, douche, frigo, cuisinière, climatisation, terrasse, le très grand luxe. On n'est pas tout à fait sûr que Carlo est permis donc on n'a rien dit, ça nous rappelle un peu les vacances au Japon. On profitera de la piscine pour se délasser en fin de journée et ce soir on mangera casse-croûte, c'est la dernière nuit en Corse donc charcuterie corse, fromage corse et la fameuse terrine seront à l'honneur. Pour le dessert, un pot de glace, pas local mais c'est toujours compliqué de manger de la glace en camping alors pour une fois que ça se fait bien, on en profite. Et on profitera de notre mobile-home pour faire une petite soirée cool.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Vico-Ajaccio:
Vers le continent

Dimanche 20 Octobre 2019
Quand on a préparé la portion corse de notre voyage, on s'était gardé un trajet court pour arriver à Ajaccio. Comme ça, si on était fatigué ou si on avait un problème technique, on pourrait quand même avoir notre ferry. Bon finalement, on n'est pas fatigué et on n'a pas eu de problème donc c'est juste une petite journée: 38km jusqu'au port.
On commence par longer les plages de sable que l'on commençait à voir hier sur une douzaine de kilomètres. C'est beau et il fait chaud aujourd'hui (28°C) donc on hésiterait presque à aller piquer une tête mais l'eau n'est pas très chaude et on préfère s'assurer d'arriver au port avant le départ du bateau. D'autant plus qu'après les plages, il y a le beau petit col de San Bastiano à franchir. Il ne dure que 7km mais il monte quand même à 404m d'altitude: de quoi transpirer un peu sous le soleil brûlant de ce dimanche. D'ailleurs je pense qu'on n'a jamais autant bu sur 7km que ce matin (pas loin de 2L)!

Une fois là-haut, ça descend sur 10km jusqu'à Ajaccio. La circulation est un peu plus dense depuis ce matin car on approche d'une grosse agglomération mais ce n'est pas encore beaucoup. Même en ville, c'est dimanche midi donc il n'y a pas d'embouteillage.
On arrive au port vers 13h30 alors qu'on doit être au port avant 19h donc on est plutôt en avance. Comme c'est dimanche, il n'y a que très peu de commerces ouverts. Donc on se trouve une petite brasserie pour manger et boire (on a encore super soif). Et, comme on y est bien, on y passera la plus grosse partie de l'après-midi à enchaîner crêpes et diabolos.

Notre ferry est censé partir à 20h pour une traversée de nuit jusque Toulon. On a réservé une petite cabine tout confort pour la nuit et on attend avec impatience le moment où l'on pourra y entrer pour prendre une bonne douche et une bonne nuit de sommeil.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!