Le grand départ

Merlimont-Humeroeuille:
un petit échauffement

Lundi 16 Septembre 2019
Depuis quelques jours, on était plus qu'impatients, l'appel du vélo était de plus en plus fort. On avait même réussi à finir tous nos préparatifs en temps et en heure. Donc ce matin, on s'est levé avec une patate d'enfer et franchement rien n'aurait pu nous arrêter!
Bon c'est vrai que, samedi, Sandrine a organisé une petite fête de départ, qu'elle s'est couchée vers 5h après avoir bien profité mais il lui restait dimanche pour se remettre. Pour ma part, j'étais allé me coucher un peu plus tôt (vers 2h) mais je devais me lever vers 5h pour aller jouer de la trompette avec l'harmonie du Touquet à Rixensart dans la banlieue chic de Bruxelles. Tout ça pour dire qu'on partait hyper motivés mais déjà un peu fatigués!
Mais on avait un peu prévu le coup, et la première journée devait être assez courte (environ 60km) donc on a fait un départ à 13h30. Comme ça, on a pu faire quelques derniers réglages... et c'était pas du luxe.
Il faut dire qu'on a acheté notre tandem il y a 15 jours et qu'on ne l'avait jamais chargé. Donc fatalement, on a eu quelques surprises. On a commencé par s'arrêter chez le loueur de rosalies de Merlimont (à 300m de la maison) pour retirer une lampe qui frottait les rayons à cause de la pression des sacs. Ensuite, après 10km, j'ai perdu un cale-pied parce que je n'avais pas utilisé la bonne rondelle pour l'attacher. En dernier lieu, les sacs à l'avant ont tendance à se rapprocher un peu trop de la roue. Nous cherchons encore le stratagème pour remédier à celà. Mais on ne va pas tarder à trouver, on a plein d'idées.

C'est la première fois qu'on voyage en tandem, et le premier démarrage est très chaotique. C'est très difficile de partir droit sans poser cinq fois les pieds à terre. En fait, ça nous rappelle notre premier voyage à vélo: avec un vélo chargé les premiers démarrages pour sortir de 東京Tokyo étaient catastrophiques et on s'est franchement demandé si les voyages à vélo étaient vraiment pour nous (en fait, on s'est vite habitués). Du coup, pas de panique, on s'améliore de jours en jours...
Mis à part ça, il fait beau et doux et nous connaissons la route. On contourne Montreuil-sur-Mer par le Nord puis on suit la Canche toujours par le Nord. A la sortie de Marles-sur-Canche un panneau nous indique que la route qu'on souhaitait prendre est fermée à 2km. On hésite un peu mais on décide de le tenter et on commence à monter vers Marenla. Arrivés au village, il y a bien d'énormes travaux mais ils laissent passer les vélos donc ça nous permet de faire quelques kilomètres tranquilles sans voiture.
On continue jusque Hesdin où on repasse au Sud de la Canche et on suit même les berges sur 1 km avant de s'en éloigner vers Auchy-les-Hesdin. Un peu avant Auchy, un camion qui nous fait une légère queue de poissons nous a forcé à faire un arrêt d'urgence. Rien d'inhabituel mais avec la charge du tandem à maintenir, ça m'a provoqué un début de crampe de la cuisse et je me suis retrouvé bloqué 3mn au milieu de la route n'osant plus bouger ma cuisse. Heureusement que Sandrine gérait la circulation derrière en expliquant l'affaire aux automobilistes assez compréhensifs.
Quelques étirements et tours de roues plus tard, nous étions à Auchy-les-Hesdin où nous sommes allés acheter un saucisson pour offrir à nos hôtes du soir.
Nous avons rencontré dans cette ville plusieurs habitants intrigués par notre trio à roulettes. Quand on a un peu de temps, on aime toujours raconter nos histoires, donc c'était sympa.

Rencontre à Auchy-Les-Hesdin

Après ça il ne nous restait que quelques kilomètres et une belle côte pour arriver à Humeroeuille pour retrouver mon oncle Laurent et sa soeur Nanou (et toute leur famille Régi, Manon, Bastian, Barry, Lopkins, Galak, et le chat) chez qui nous avons passé une super soirée. Au menu: terrine de truite, poulet fermier, courgette du jardin au curry.

C'était une première journée pas trop longue mais ça nous a tout de même pas mal fatigué et on était au lit vers 22h30 à préparer les jours qui suivent mais les yeux se sont vite fermés.

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Sandy
Le 23/09/2019 à 19h18min18s

pas d'urgence, notre site ne s'auto-détruira pas ! Bonne lecture !

la fonctionnaire
Le 22/09/2019 à 20h39min18s

j'ai pris un peu de retard, mais , me voici, je vais enfin suivre votre nouvelle aventure ! bon courage !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Humeroeuille-Baisieux:
Retour à la maison

Mardi 17 Septembre 2019
Réveil un peu avant 8h, tout le monde sauf Laurent est déjà parti. On fait un départ rapide. Sandrine prend un thé et remet un petit coup de pompe au tandem. Moi je bricole les sacs à l'avant. Nanou s'est levée super tôt pour faire deux gâteaux. On en prend une moitié qu'on met dans les sacoches pour plus tard.
On fait une petite vidéo de départ avec Laurent et nous voilà repartis dans la campagne du Ternois. Il y a beaucoup de côtes dans les premiers kilomètres puis on se retrouve sur des chemins boueux et difficilement pratiquables. De telle sorte qu'il nous faut plus de deux heures pour faire les 25 premiers kilomètres. Au détour d'un chemin impratiquable, nous avons eu la chance de rencontrer deux dames qui cueillaient des mûres. Le fils de l'une d'elle voyage également à vélo et nous avons discuté et pris des photos ensemble. Et, avant de repartir, nous avons pu profiter des mûres qu'elles venaient de cueillir!

Merci pour les mûres !

Ensuite nous avons retrouvé des routes bitumées et plates jusque Béthune (avec une petite pause à Camblain-Chatelain pour manger le gâteau de Nanou). Et depuis Béthune, nous avons longé le canal d'Aire sur près de 30km. Enfin c'est ce qui était prévu sauf qu'à mi-chemin, une portion du canal était fermée pour travaux et qu'on a dû improviser un détour. On s'est retrouvé en forêt dans des chemins de terre, de boue, de briques, de pierres... enfin disons qu'on n'a pas vraiment amélioré notre moyenne.
On quittera le canal un peu avant Wattignies pour rejoindre Lille par le Sud. Un peu de vent, un peu de circulation mais rien de dramatique. La traversée de Lille jusque Baisieux est une portion que l'on connait par coeur par les pistes cyclables et comme c'est plat et bitumé, on ne perd pas de temps.

On arrive à Baisieux à 16h30 juste à temps pour faire un petit coucou à mon frère qui sort de l'école et on rejoint la maison de ma mère où l'on passera la nuit. Maman a organisé un petit repas avec plein de membres de la famille.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Baisieux-Valenciennes:
Toujours la famille

Mercredi 18 Septembre 2019
Pour faire 48km à tandem, il ne faut que 3h tout au plus. Donc aujourd'hui on en a profité pour faire une grasse matinée à Baisieux. Une fois n'est pas coutume nous avons déjeuné avec notre hôte Maryse avant de prendre la route vers 15h!

Au revoir Maryse !

A la sortie de Baisieux nous entrons en Belgique et nous passons par la très belle ville de Tournai. La campagne belge est très jolie aussi et on avance vite. Nous avons longé ensuite la rivière de l'Escaut puis de la Scarpe. Enfin nous avons traversé une grande forêt, celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut. La traversée de la forêt a été un peu laborieuse, certains passages étant réservés clairement aux VTT. On a donc poussé par endroit le tandem pour la 2° fois du voyage.

Dans la forêt

Nous sommes arrivés à Valenciennes vers 18h30 et avons rejoint Cham, la tata de François et son chat roux Namae. Carlo et Namae se sont bien entendus: après quelques temps Carlo était allongé sur un énorme coussin et Namae dans un fauteuil! De notre côté nous avons passé une très bonne soirée en compagnie de Cham qui a gentiment cuisiné pour nous. Nous sommes vraiment gâtés.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Valenciennes-Momignies:
Un bivouac en Belgique

Jeudi 19 Septembre 2019
On se lève à 8h, on prend un peu de temps pour prendre un thé et recharger les bagages pour un départ prévu à 9h. Finalement, on partira vers 9h20 pour avoir un peu traîné. Rien de grave.
Il fait frais à Valenciennes ce matin et on supporte nos petites vestes. On sort rapidement des agglomérations pour arpenter des petites routes de campagne très vertes, toujours entre champs et forêts. Aujourd'hui, on est au pied des Ardennes et on monte beaucoup. Enfin, on monte, on descend, on monte, on descend. Mais il fait un grand soleil et c'est très agréable.

A 12h15, on arrive dans la ville de Maroilles. On s'est senti un peu obligés d'y mangé quelquechose. On a trouvé une boulangerie qui proposait d'énormes flamiches au maroilles et qui a bien voulu nous la réchauffer. Ca nous a fait une parfaite pause et notre déjeuner de sportifs!

Flamiche au Maroilles

Vers 14h dans la ville d'Etroeungt, comme on avait bien roulé, on s'est posé dans l'herbe et Sandrine et Carlo ont fait la sieste pour digérer le maroilles. Moi, je suis parti à la cueillette de mûres dans les champs avoisinants.
Passés ces petits instants détente, nous avons continué l'ascension jusque la Belgique et la ville de Momignies. Cette ville a aménagé son ancienne voie de chemin de fer en voie-vélo et c'est en pleine forêt au bord de cette route que nous allons poser la tente ce soir.
Mais avant ça, comme nous sommes arrivés en ville vers 17h, on s'est pris quelques bières au troquet de la place! Ensuite on a fait quelques courses avant d'aller manger (et reprendre des forces pour demain) dans une friterie. Et oui, il faut ce qu'il faut.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Momignies-La Moncelle:
La vie de château

Vendredi 20 Septembre 2019
Cette nuit nous avons fait notre premier bivouac. Nous avions repéré ce terrain dédié au bivouac sur internet, juste après le frontière Belge. Nous étions les seuls à dormir là cette nuit. Il faut dire qu'il faisait 5°C alors... Pourtant nous avons eu presque chaud sous la tente et dans nos tous nouveaux duvets. Réveillés à 8h, nous avons commencé à ranger nos affaires, puis plier les duvets, le matelas, la tente, harnacher à nouveau notre monture. Après un petit encas, nous sommes partis à 10h. C'est vrai qu'à ce moment-là j'ai craqué, j'ai mis des chaussettes dans mes sandales, une veste supplémentaire et des gants. J'étais gelée ! Heureusement après 1h de vélo au soleil, on s'est vite réchauffé.
Nous avions une longue journée devant nous, entre 90 et 100km. La température est vit eremontée et elle était de 25°C dans l'après-midi. C'était une super journée de vélo à travers le belles forêts. Nous avons fait une pointe à 63km/h ! Précisons quand même qu'après une telle descente, il y a forcément une nouvelle montée...
Nous avons fait une pause casse-croûte dans la ville fortifiée de Rocroy. Les remparts en forme d'étoile nous ont tout de suite fait pensé à Vauban. C'était bien cela.

Rocroy

Après Rocroy, nous avons traversé Charleville-Mezières, longé la Meuse jusqu'à Sedan. A la sortie de Sedan, à La Moncelle nous étions attendu par notre hôte du soir, Eddy, qui nous a fait des grands signes alors que nous franchissions la toute dernière côte de la journée! Avec Eddy, c'est la première fois que nous nous rencontrions. On ne se connaissait pas. C'est en fait une drôle d'histoire. Il y a 2 semaines alors que nous étions chez le vétérinaire à Cucq pour Carlo, nous expliquions notre futur périple et demandions des conseils pour faciliter au mieux le voyage du chien. Notre véto nous a notamment demandé par où on allait passer: Lille, Les Ardennes, La Meuse, etc... Et là, heureux hasard il se trouve qu'il connaît très bien les Ardennes, y a même encore une maison et pas mal de connaissances. Il nous propose alors de nous trouver un hébergement sur notre route si le coeur nous en dit. Bien sûr ! Le soir même nous recevions les coordonnées d'Eddy! Nous avons alors pris contact et le rendez-vous était pris.
Le courant est tout de suite bien passé et nous avons passé toute la soirée à discuter, faire connaisance et aussi (bien sûr) bien boire et bien manger. Eddy avait également convoqué Philippe, un journaliste à l'Union-l'Ardennais afin qu'il rédige un petit article sur nous dans l'édition de ce week-end. Philippe est un passionné de vélo, il en possède des dizaines et des dizaines des plus pratiques aux plus improbables. On passera donc quelques temps à répondre à ses questions avant d'aller manger dans un chouette restaurant avec Eddy notre hôte.
Après avoir donc bien mangé, nous rejoindrons la demeure d'Eddy où nous passerons la nuit et qui n'est autre que le château de La Moncelle. Eh oui, ce soir Carlo (et nous) dormons dans un château!

CommentairesComments

superwanchan
Le 23/09/2019 à 19h18min54s

Ah ça c'est vrai qu'on a été choyé !!

la fonctionnaire
Le 22/09/2019 à 20h41min45s

La vie de château... on ne se refuse rien !!!

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!