Le retour

Pontorson-Vire:
Andouille et voie ferrée

Mardi 12 Novembre 2019
Ça y est, hier nous avons dormi dans la Manche, en Normandie. C'est carrément chez les voisins quoi, c'est notre dernière ligne droite (figurativement). Avec nos problèmes de vitesses et de plateau élimé, on n'est pas encore tout à fait sûr d'arriver jusqu'à la maison mais d'ores et déjà, on peut affirmer qu'on a fait du bon boulot pour revenir dans nos contrées après tous ces périples.

Ceci étant, c'est encore une journée pluvieuse qui nous attend aujourd'hui. Cela a commencé dès notre départ avec de bonnes averses, à tel point que nous n'étions pas sûrs de trouver un créneau pour prendre une photo du Mont St Michel. Mais si! Nous avons bénéficié d'une accalmie quelques minutes, juste le temps de prendre ce cliché:

La suite du trajet se fait sur une ancienne voie ferrée reconvertie en piste cyclable. Les pentes y sont donc modérées (les trains n'étant pas capables de monter des pentes au-delà de 2-3% selon les modèles), tant mieux car notre petit plateau est toujours HS et la route monte plusieurs fois à 300m d'altitude. C'est aussi sympa car la voie est bordée d'arbres. Enfin, sauf quand l'arbre est couché sur la voie suite à la tempête... Ce n'est pas le première fois que cela arrive. Dans certains cas, nous déplaçons l'arbre, dans d'autres cas, nous roulons dessus après avoir cassé le plus de branches possibles, et sinon nous faisons un détour. Aujourd'hui, nous cassons les branchettes, François roule sur le tronc pendant que je soulève une autre branche. A ce moment-là quelqu'un est même venu nous aider. Il faisait une pause dans sa voiture garée à proximité et nous a vus de loin. Sympa!

Dans la série des embûches, il y a aussi souvent les routes barrées. De manière générale, on n'en tient pas compte. Souvent il n'y a personne et on trouve un passage avec le tandem, où il y a des travailleurs et généralement, ils font leur possible pour nous laisser passer (ça leur fait une pause et nous ça nous évite des détours, donc tout le monde est content). Aujourd'hui, nous sommes tombés sur une belle tranchée d'un mètre de profondeur, de 50cm de largeur sur quelques dizaines de mètres de longueur et qui n'était pas contournable. Et bien, on ne pensait pas pouvoir passer mais les gars ont carrément proposé de porté notre tandem chargé (50kg) par dessus la tranchée, nickel!
Finalement aujourd'hui nous avons roulé sous la pluie certes, mais pas dans l'eau, ce qui est déjà mieux par rapport aux jours précédents. Bon, on a pris aussi la foudre et quelques averses de grêles jusque 4-5mm de diamètre (ça fait mal à la tête!). Ce soir nous dormons à Vire à l'hôtel Saint-Pierre. Ça se mérite car il y a une belle petite côte d'un kilomètre et demi pour y arriver. Mais on espère bien goûter les spécialités du coin, dont la fameuse andouille.

Pour les jours à venir, nous avons cherché un magasin de vélo pour remplacer notre pédalier triple plateau. Après un échec aux Sables-d'Olonne malgré toute la bonne volonté des mécanos, nous avons contacté 3 magasins à Caen qui n'ont pas la bonne pièce en stock et ont des délais de livraison de plusieurs jours. Finalement c'est le magasin Giant du Havre qui va nous dépanner. Ils ont la pièce en stock et pourront nous prendre vendredi matin. À suivre bien sûr...

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Vire-Courseulles sur Mer:

Mercredi 13 Novembre 2019
La météo avait l'air asssez clémente ce matin et nous nous levions sereins vers 8h15 de notre chambre d'hôtel pour aller chercher des victuailles à la boulangerie et le Canard Enchaîné à la presse. Au passage, nous avons pu admirer la Porte-Horloge de Vire qui est assez impressionnante. Et puis au moment d'enfourcher le tandem, une petite pluie fine s'est décidée à nous accompagner pour le départ.

Aujourd'hui, nous sommes sortis des voies vertes pour raccourcir un peu le trajet et surtout pour retrouver des routes bitumées, c'est quand même bien plus agréable et pratique. En plus, il y a encore pas mal de petits monts à franchir et en choissisant notre route, ça nous permet d'éviter les pentes les plus raides.
Donc la matinée se passe de petit village en petit village et de mont à mont sur des routes peu fréquentées. Toujours coincés sur le deuxième plateau, certaines côtes nous font transpirer plus que d'autres mais elles durent rarement plus de un ou deux kilomètres donc ça passe. Nous traverserons quelques villages au noms exotiques comme La Graverie ou La Ferrière-Harang. Ensuite les deux voisins: Saint-Martin-des-Besaces et Saint-Ouen-des-Besaces (aucune idée du pourquoi de l'appelation...). Et enfin des villages en haut des collines au noms éloquents tels que: Sept-Vents ou Caumont-l'Éventé. Heureusement, il y avait bien du vent mais dans le bon sens car nous avons enfin passé la ligne des vents, dorénavant les vents seront plus souvent de tendance Sud-Ouest, ce qui nous arrange pas mal, alors qu'en Vendée ou Sud Bretagne, les vents sont plus souvent Nord-Ouest, ce qui ne nous aidait pas du tout.

Après Caumont-l'Éventé, la route descend jusque Bayeux. Donc ça va vite. À noter que l'on passera par Torteval-Quesnay (j'adore tous ces noms). Le centre de Bayeux est vraiment charmant et nous profiterons d'un supermarché pour faire des courses pour le reste de la journée et le lendemain. Jusque Bayeux nous avons profité d'une heure de soleil très agréable et lorsqu'il faut repartir le ciel est très gris.
Nous nous dirigeons alors vers Arromanches-les-Bains, c'est très proche et ça descend encore un peu donc nous y sommes vite mais moins vite que la dépression. Nous y arrivons sous les trombes d'eau et avons même du mal à discerner la Mer et les fortifications en descendant. Comme à chaque fois qu'il pleut nous ne traînons pas et quittons de suite la ville toujours sous la pluie et il faut remonter la falaise. En haut de la falaise, il y a un superbe point de vue et en plus la pluie a cessé. Nous nous arrêtons pour prendre des photos et rencontrons Peter, un cyclotouriste hollandais qui finit de réparer sa chaîne qui vient de casser dans la remontée de la falaise. Peter est descendu des Pays-Bas jusqu'en Espagne par le Chemin de Compostelle. Il lui reste encore environ 2 semaines avant de rentrer chez lui. Il nous a battu sur les chiffres: il a déjà parcouru plus de 4700km et son voyage a commencé il y a 11 semaines. Et précisons aussi qu'il n'a pas de vélo électrique. Chapeau!

Après ça, il nous reste une douzaine de kilomètres à parcourir le long de la mer jusque Courseulles-sur-Mer où nous avons réservé une chambre d'hôtel pour 53€. À l'arrivée, nous sommes surpris de loger dans une suite pour cinq personnes avec deux chambres, une terrasse, un living-room et tout ça face-mer. Enfin, comme on sait qu'on le mérite, on accepte volontiers!
Comme il est tôt et qu'il ne pleut plus, on ira promener Carlo sur la plage car il adore ça.

CommentairesComments

superwanchan
Le 13/11/2019 à 15h37min11s

Yes, l'aventure c'est l'aventure... mais on est presque arrivés maintenant

Douze
Le 13/11/2019 à 06h53min44s

Quelle aventure !
Chapeau et bon courage ! 👍

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Courseulles sur Mer-Honfleur:
Soleil et tourisme

Jeudi 14 Novembre 2019
Au réveil à 7h, il pleut. Mais la pluie cessera avant même que l'on sorte et, aujourd'hui il ne pleuvra plus de la journée. Il fera même pas mal de soleil. Il fait 8-9°C l'après-midi mais avec du soleil ce sera agréable toute la journée. D'autant que pour ce jour, nous avons prévu d'arriver tôt à Honfleur, notre étape du jour, et d'aller se balader tranquillement.
Mais d'abord, il y a environ 75km à parcourir et quelques falaises à remonter (et ce, toujours sans le premier plateau!). Donc nous quittons notre suite royale de Courseulles-sur-Mer à 8h25 et nous roulons vers l'Est avec le Soleil levant dans les yeux pendant près d'une heure! C'est joli mais ce n'est pas pratique. Nous longeons alors les stations balnéaires normandes et les plages du débarquement jusque Ouistreham. Là il faut faire un détour de près de 10km pour trouver un pont qui franchit l'Orne. Nous avions pris l'habitude de trouver des bacs pour traverser les baies, il faudrait expliquer le processus aux Normands. Ensuite nous continuons de longer la côte vers le Nord-Est. Le vent orienté Sud aujourd'hui devient plus favorable. Il faut traverser Cabourg puis Houlgate. Nous avons traversé Cabourg par les routes à camions donc nous en gardons un souvenir moyen, puis Houlgate par la route pittoresque. Depuis Houlgate, nous apercevons les côtes jusque Le Havre et même Étretat. La sortie de Houlgate nous oblige à grimper la falaise à 120m d'altitude, ça nous tient chauds et musclés. Et puis les vues sont belles en haut. Nous redescendons très vite pour arriver à Trouville (en passant par pas mal d'autres villes dont le nom finit par -ville) qui est un peu moins moche que dans mes souvenirs mais ça restera surtout la ville où nous avons franchi la barre des 4000km!

Après Trouville, de nouveau il y a une falaise que nous franchissons allégrement avant d'effectuer la dizaine de kilomètres qui nous séparent encore de Honfleur. Nous y arriverons vers 13h30, ce qui nous laissera tout le loisir de flâner une bonne partie de l'après-midi dans les ruelles de la vieille cité que nous apprécions beaucoup.

CommentairesComments

Sandy
Le 16/11/2019 à 21h27min37s

Oui on y est passé!

la fonctionnaire
Le 14/11/2019 à 21h27min54s

Vous êtes passé sur Pegasus Bridge ?

Sandy
Le 14/11/2019 à 16h12min57s

Merci ! On a passé l'après-midi à Honfleur, sous le soleil, ça fait plaisir...

la fonctionnaire
Le 13/11/2019 à 21h50min01s

Bon séjour en Normandie !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Honfleur-Fécamp:
Autoroute et torrents

Vendredi 15 Novembre 2019
Nous avons décidé de partir dès le jour levé ce matin, il était huit heures. Il fait gris et froid à Honfleur. Tellement froid que dès que nous sortons de la ville, toute la végétation est prise dans le givre. La météo a prévu beaucoup de pluie pour toute la journée sans interruption et ce matin, nous sommes préservés pendant une heure par les températures négatives. Ça nous va, c'est franchement mieux que la flotte.
Pour rappel, aujourd'hui, nous avons prévu de passer par Le Havre dans l'espoir d'enfin pouvoir changer notre premier plateau devenu inutile. En partant de Honfleur, si on ne veut pas faire 75 bornes, il faut passer par le pont de Normandie. Pour ceux qui ne connaissent pas, le pont de Normandie est une autoroute qui permet de franchir l'estuaire de la Seine. Le pont dispose de 4 voies de circulation (deux dans chaque sens). Les voies sont beaucoup plus étroites que sur une autoroute normale. Il n'y a pas de BAU car quelqu'un, quelque part dans un bureau a décidé d'ouvrir le pont à la circulation des cyclistes. Ainsi nous disposons royalement d'une bande de 50-60cm coincée entre la voie de droite et le parapet (qui n'est pas très haut). Pour information, mon guidon fait un peu plus de 70cm de large et mes sacoches dépasse de 15 à 20cm de chaque côté. Autant dire, que ça fait plus que ridiculement étroit et que nous nous attendions à nous faire frôler par des camions lancés à pleine vitesse sur autoroute. Il faut rajouter que le pont fait 2km et qu'il monte donc sur 1km à 4-5%.
Sachant tout celà, nous avons quand même décidé de le prendre (un vrai voyage à vélo passe toujours par une autoroute) et les services d'entretiens nous avaient préparé une super surprise. En effet, à la base du pont, les deux voies de droite (plus la "bande cyclable") sont fermées et la circulation est déviée sur une des voies qui roule normalement en sens inverse. Comme dans 99% des cas de travaux, déviations ou imprévus, rien n'est prévu pour les vélos (ils n'ont qu'à faire de la bagnole comme tout le monde après tout) et donc nous nous sommes retrouvés en plein milieu de l'autoroute sur une voie ne laissant aucune possibilité de dépassement (probablement ce qui nous a sauvé), le tout en roulant à 8km/h parce que une côte à 5% sans vitesse et ben c'est pas facile! Fort heureusement, le camion juste derrière nous était patient. Ça nous a bien occupé 20mn, la descente allant beaucoup plus vite. Et on a eu droit à quelques coups de klaxon à l'arrivée et des regards effarés.
Bon ça c'est une chose mais ensuite il faut rejoindre Le Havre et traverser toute la zone portuaire donc sur 10km c'est un balai incessant de camions sur des routes peu amènes au vélo qui nous attendait. Pour parfaire la situation, la températures étant légèrement remontée, la pluie a commencé à tomber. Nous sommes tout de même arrivés pour l'ouverture du magasin de vélo que nous avions contacté et qui nous avait confirmé avoir la pièce qu'il nous faut. Et là, le gars qu'on a eu au téléphone, se rend compte qu'il s'est planté et qu'il nous a fait venir pour rien... Heureusement que nous pratiquons un art martial de défense parce que nous avions des envies d'attaques assez impulsives... Bref, nous ne partions pas sur des bases de la meilleure journée du voyage.

Malgré tout, il faut continuer à rouler et nous quittons Le Havre en direction d'Étretat. Il faut un peu monter pour sortir du Havre mais rien de méchant et il y a beaucoup de pistes cyclables plutôt bien faites dans toute la ville donc c'est cool. Ensuite nous prenons les routes de campagne dans les hauteurs. La pluie est de plus en plus intense et les nuages sont bas. On ne voit rien et on se contente d'avancer pour se rapprocher de la maison. On ne verra rien des falaises, on ne verra jamais la mer même à 100m, pas un paysage. Tout ce qu'on verra ce sont des champs et des routes inondées. La terre est tellement gorgée d'eau qu'elle refoule tout ce qu'elle reçoit, des ruisseaux se créent dans les champs et se déversent sur les routes. Dans les routes qui descendent vers les plages ou qui en remontent, nous roulerons (parfois sur plusieurs kilomètres) dans 10, 20, 30cm de boue! C'est vraiment impressionnant. À tel point que plusieurs voitures s'arrêteront pour nous prévenir que sur tel route un arbre est tombé ou qu'à tel endroit il y a 50cm d'eau sur la route avec du courant, etc... On s'amusera à regarder les voitures passer dans les ruisseaux: certaines arrivant à toute allure, engendrant des trombes d'eau, qui freinent en urgence parce qu'elles viennent de se faire une bonne frayeur; d'autres plus prudents qui décident de faire demi-tour.

Bref, c'est un des plus beau déluge sous lequel nous ayons roulé. Nous ferons une petite halte dans une brasserie à Étretat pour boire un chocolat chaud et manger une planche de charcuterie (Sandrine a même pris un vin chaud). Et nous déciderons d'écourter la journée, nous devions aller jusque Veulettes-sur-Mer, finalement nous choisirons un petit hôtel à Fécamp. Cette fois-ci, nous avons de l'eau chaude mais pas de chauffage. Malgré l'aide du gérant qui a essayé de bidouiller notre chauffage, rien n'y fait. En plus le gérant est parti et son employée, elle, nous prend pour des jambons. Conclusion, impossible de faire sécher nos affaires mouillées: chaussettes, chaussures, gants, vestes, sacs, sac de couchage du chien, etc... C'est pire qu'au camping. On repartira demain avec des affaires mouillées pour faire 100km de vélo, sympa. Enfin, on a quand même décidé d'étaler le sac du chien et nos chaussures sur le chauffage de l'accueil, chauffages qui eux fonctionnent...

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Fécamp-Mers les Bains:
Véloroute du Lin

Samedi 16 Novembre 2019
Une nouvelle fois, soyons francs: nous essayons de faire toujours plus, toujours mieux, pour que vous ayez envie de revenir nous lire tous les jours. Mais aujourd'hui, nous avons échoué à faire mieux (pire?) qu'hier. Il faut dire qu'hier était une journée particulièrement agitée. Quant à aujourd'hui, la pluie a enfin cessé pendant la nuit et les routes sont calmes. Le truc le plus mouvementé que nous avons fait, c'est glisser dans une mare de boue en descente (30km/h) et nous avons bien failli nous péter la gueule pour la seconde fois du voyage. Et puis finalement, nous avons réussi à redresser le tandem et freiner sans tomber. Chaussures et chaussettes complètement boueuses et crottées, mais de toutes façons, nous ne sommes pas souvent très propres.
Donc nous sommes sortis de Fécamp par les terres vers l'Ouest et nous avions préparé un itinéraire sur des petites routes. Après 8km, nous nous rendons compte que nous longeons une voie verte qui a l'air en bon état. Aucune de nos sources d'information ne place de voie verte à cette endroit donc nous avons hésité à l'emprunter. Finalement, après l'avoir suivie quelques temps, nous avons découvert son nom "la véloroute du lin" et à partir du nom avec internet nous avons obtenu plus de précisions. C'est une véloroute qui va de Fécamp à Dieppe sans faire trop de détours et en empruntant le tracé d'une ancienne voie ferrée très récemment bitumée. C'est parfait pour nous d'autant plus que les croisements avec des routes ne sont pas gérés par des barrières qui sont très difficiles à négocier en tandem et nous obligent souvent à poser pied à terre. Donc nous avons décidé de suivre cet itinéraire balisé.

Au final, ça nous aura allongé la journée de six kilomètres pour un total de 108km quand même, mais ça valait le coup, l'itinéraire était bien balisé et sur des routes de qualité.

Ensuite à Dieppe nous avons repris la route que nous avions préparé. Elle nous faisait par le centre piéton de la ville qui était en effervescence aujourd'hui pour cause de grand marché et de fête du hareng. Donc c'était un gros bordel et nous avons du faire une partie de la traversée à pied. Mais l'ambiance était sympa et dans d'autres circonstances nous aurions apprécié de nous y arrêter. Après Dieppe, il nous restait encore une grosse trentaine de kilomètres à parcourir jusque Le Tréport puis Mers-les-Bains, la station balnéaire de charme où nous poserons les bagages pour la nuit. La Normandie est très vallonnée, je pense que nous avons parcouru des terres encore plus difficiles mais vu que nous n'avons plus de petit plateau nous sommes très heureux d'enfin être à portée de la Somme et du Pas-de-Calais où notre chemin sera beaucoup plus plat jusqu'à la maison.

CommentairesComments

superwanchan
Le 17/11/2019 à 13h27min54s

Merci, on vient d'ouvrir la porte de la maison! 4272km et un peu d'aventure

madameclaire
Le 17/11/2019 à 08h40min06s

Bon retour et bravo .
Respect !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Mers Les Bains-Merlimont:
L'arrivée pour la fanfare

Dimanche 17 Novembre 2019
Et voilà, que reste-t-il à dire? C'est le dernier jour, c'est la fin. Déjà, on peut dire qu'on aura réussi à faire le tour de France en deux mois et deux jours, c'est pas mal. On s'est bien amusé, physiquement tout va bien. C'est une victoire totale.

Pour la dernière étape, il nous reste 72km à parcourir principalement plats et le soleil est de la partie. De plus, nous connaissons en grande partie la route pour l'avoir déjà empruntée pour rentrer de mon séjour prolongé dans les îles britanniques. La seule petite difficulté est la sortie de Mers-les-Bains, il nous faut franchir la falaise Nord. À vrai dire, ce n'est pas vraiment une difficulté et nous sommes même bien contents de gravir ces 100m de dénivelé parce que, au petit matin, la température est proche de zéro, le taux d'humidité est très haut et on se les caille sévèrement. Donc une petite montée nous permet de nous réchauffer pour entamer la suite sereinement.
Passée cette falaise, le reste de la route est complètement plat. C'est d'abord beaucoup de champs et de forêts, ensuite nous traversons la baie de Somme avec ces grandes patûres de moutons (peu sont sortis) et ensuite nous revoilà dans le Pas-de-Calais!

En cours de matinée, le soleil est définitivement sorti des nuages, il apporte une légère chaleur bienvenue. Il n'y a pas de vent aujourd'hui. Nous pouvons donc tranquillement rejoindre notre maison à Merlimont. Ce fut une belle épopée avec encore une fois des tas de rencontres géniales. Et comme chaque fois, nous sommes surpris de la gentillesse et de la générosité des copains et encore plus des gens que nous ne connaissions pas avant de partir. Nous avons pris un plaisir fou mais nous sommes tout de même heureux de rentrer et avons hâte de reprendre la musique et les arts martiaux!

CommentairesComments

superwanchan
Le 23/11/2019 à 22h53min01s

C'est vrai que l'harmonie jazz band du Touquet sur des vélos pour nous accompagner sur les derniers km, ça aurait eu de la gueule!

madameclaire
Le 21/11/2019 à 20h01min35s

Arrivée sans fanfare ? Dommage,vous le méritiez bien !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!
//XXX à remplir