Vers l'océan...

Sébazac Concourès-Leyme:
La maison des Horville

Mardi 29 Octobre 2019
Premièrement, on décide arbitrairement des découpages sur notre site, et comme hier nous avons mangé des gésiers, on s'est dit que c'était le bon moment pour passer de la page "Sud" à la page "Sud-Ouest".

Au réveil à 7h, le ciel est assez couvert avec de grands rayons de soleil. On aperçoit même un bel arc-en-ciel. D'accord c'est joli, mais ça veut dire qu'il pleut pas loin. Mais bon, nous partons confiants et la première bonne nouvelle est que même si en arrivant ici hier soir c'était très chargé côté circulation, ce matin c'est plutôt calme. Donc nous roulons tranquillement sur des routes de campagne entourées de pâtures, de forêts et de châteaux. Et en bonus, au matin la route descend globalement, ce qui fait qu'on avance vite sans se fatiguer. Au bout, on essuie une, puis deux puis trois averses, jamais très longues mais qui trempent quand même.

Nous traversons donc Marcillac-Vallon sous la pluie mais c'était quand même mignon puis nous nous dirigeons vers Decazeville. Une petite bourgade pas particulière (à part qu'elle interdit les départementales qui la traversent aux vélos (heureusement que nous roulons en tandem :-) )). Ensuite ça commence à bien monter et il a arrêté de pleuvoir, d'ailleurs il fera un grand soleil le reste de la journée. La première côte est désagréable car il y a beaucoup de camions, peu d'espace et aucune visibilité. Mais très vite, nous entrons dans le Lot et comme par magie, il n'y a plus personne sur les routes. Même sur la petite portion de nationale que nous emprunterons!

Nous ferons un petit encas un peu avant le village de Viazac, près d'une pâture en compagnie de jolies vaches rousses. Ça nous permettra de reprendre un peu de force avant les 15 prochains kilomètres qui nous font monter, monter, monter jusque Labathude, petit village tout en haut duquel on peut voir très très loin, le Lot, la Dordogne et bien d'autres paysages. Ensuite, nous redescendrons de quelques dizaines de mètres jusqu'au village de Leyme, notre point de chute du soir.
Résultat pour aujourd'hui 97km et plus de 1500m de dénivelé positif, c'est pas petit!

Ce soir, notre habitation est particulière: c'est la maison des parents de Philippe. Philippe c'est un copain de l'合気柔術aikijujutsu. Et puis il donne toujours des coups de main autour de l'harmonie, vu que deux de ses enfants (Robin et Pierre-Philippe) en font partie. Et les parents de Philippe vivent entre le Lot et le Pas-de-Calais, on ne les connait pas et ils ne sont pas dans le Lot en ce moment, mais ils ont tout de même accepté de nous prêter leur maison pour la nuit! Nous sommes accueillis par leurs voisins et comme on n'arrive pas à remettre en route la chaudière, ils nous proposent gentillement d'aller prendre une douche chez eux (après une bonne bière d'ailleurs!). Bref, nous sommes de nouveau époustouflés par la gentillesse des gens autour de nous.
Sinon le restaurant de Leyme n'ouvre plus le soir hors-saison, donc nous ferons à manger grâce aux provisions acquises dans la petite supérette qui, elle, est toujours ouverte. Nous goûterons notamment du Rocamadour, ville par laquelle nous passerons demain. De son côté, Carlo a passé un bon moment dans le jardin à mâchouiller son doudou!

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Leyme-Plazac:
Les 3 générations

Mercredi 30 Octobre 2019s
Réveil à 7h et jour couvert: un ciel lourd, très bas et très gris. Bon, c'est pas ça qui va nous arrêter. Nous reprenons la route vers 8h en direction de Rocamadour pour commencer. Avant d'y arriver, nous traversons pleins de petits villages assez jolis où toutes les constructions sont en pierre. Les routes sont petites et désertes, ça c'est chouette. Par contre, elles montent et elles descendent tout le temps mais jamais très haut donc on avance bien.
Nous ferons donc une première pause après 25km, à Rocamadour, étape photo obligatoire. Ensuite c'est le village de Lacave avec sa grotte et son château de Belcastel. C'est super joli aussi. Par contre, on y apprend que la route que l'on souhaitait emprunter est fermée pour cause de réparation d'un pont. Il faut sortir les cartes et les options sont limitées, la solution la plus courte nous fait faire 10km de plus, monte à 150m et passe par des gros axes. En gros, c'est la lose! Cependant, nous sommes là pour pédaler donc ça ne va pas nous faire peur. Tout ça nous amène à Souillac (en passant par Meyronne et Saint Sozy) et puis nous entrons en Dordogne.

En matinée le temps était humide mais le ciel s'est bien dégagé et vers 13h il fait bon. Ça nous donne chaud mais c'est quand même plus agréable. Nous avons changé de département mais les routes se ressemblent toujours. Nous verrons encore d'autres châteaux (il y en a vraiment beaucoup) comme celui de Salignac-Eyvigues qui était assez impressionnant.
En fin de journée, nous traversons Thonac, encore un chouette village ensuite il faut grimper la côte du Jor qui nous donne de belles vues sur la Dordogne et nous redescendons jusqu'à Plazac.

À Plazac nous attendent Cassandre, sa maman et sa grand-mère. Presque tout le monde connait Cassandre mais je la présente au cas où: en gros François a vécu avec elle pendant cinq à son époque Parisienne, c'est un peu sa petite soeur. Encore des amis qui nous ouvrent leurs portes. Nous profiterons donc de leur maison pour la douche puis une petite promenade et enfin un délicieux pot-au-feu préparé depuis 2 jours déjà. Enfin comme d'habitude, nous avons été gâtés.

.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Plazac-La Truchie:
Presque une pause

Jeudi 31 Octobre 2019
Par un heureux hasard, nous connaissons plein de monde dans le Lot et la Dordogne. À tel point qu'aujourd'hui, notre étape fait à peine 20km. C'est vraisemblablement la dernière petite journée de notre périple donc il faut faire en sorte d'en profiter. Nous avons emprunté la voiture de Roberte, la grand-mère de Cassandre et nous sommes partis avec Cassandre à Sarlat-La-Canéda. Ce n'est pas trop loin et c'est vrai que c'est super joli. Le temps est légèrement pluvieux mais ce n'est pas très important. Nous profiterons d'accalmies pour errer un peu plus d'une heure au gré des ruelles médiévales du vieux Sarlat avant de s'installer à une table locale pour déguster gésiers, foie gras, canard confit et cassoulet... Une bien belle étape!

Après tout ça, retour à Plazac et il faut remonter sur le tandem. Avec un ventre aussi plein, le démarrage est un peu pénible mais bon c'est vraiment une petite étape. Le ciel s'est dégagé, il fait bon. Nous roulons encore sur des routes toutes petites et très peu usitées. Ça monte tout de même pas mal mais rien d'impossible. Nous arrivons donc à notre hébergement pour la nuit vers 17h.

Ce soir nous dormons chez Dom et Jean-Yves (et leur fille Manon). Ce sont des amis de très très longues dates de la famille. Dom et ma maman faisait déjà des bêtises ensemble il y a un demi-siècle!! Ils ont déménagé en Dordogne il y a cinq ans et ont gentillement accepté de nous avoir chez eux ce soir. Donc ça nous fait encore une chouette soirée passée à boire, manger, discuter et reprendre des forces pour la suite.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

La Truchie-Nontron:
Jour des morts... de pignons

Vendredi 1er Novembre 2019
Soyons franc, voyager à vélo, c'est génial. C'est d'ailleurs ce qu'on voudrait faire le plus souvent possible. Ceci dit, on ne va pas vous mentir il y a des jours meilleurs que d'autres. Eh bien aujourd'hui n'en fait pas partie.
En fait, je pense que le voyage commençait à devenir un peu trop facile: on avait réussi à franchir les Alpes, traverser la Corse, les Cévennes et les Gorges du Tarn... Bref, il nous fallait un nouveau challenge pour pimenter un peu notre voyage. Alors, au lieu de pédaler avec 7 vitesses (et 3 plateaux), aujourd'hui on s'est retrouvé avec 5 vitesses. Notre tandem a craqué avant nous! On va vous expliquer...

Ça ne commençait pourtant pas si mal. Avec Dom, Jean-Yves et Manon, Sandrine a pris un bon petit-déjeuner. Carlo a pu jouer avec une balle dans le jardin pendant une demi-heure. Et puis nous sommes partis. Au bout de 30mn, il a commencé à pleuvoir et on ne va pas faire de suspens, ça ne s'est toujours pas arrêté (il est 20h). Principalement une petite bruine un peu perçante et persistante, et de temps en temps des averses un peu plus soutenues. Carlo est bien à l'abri et nous avons des protections, elles font un peu transpirer pendant les côtes mais elles sont efficaces. Il n'y a toujours pas grand monde sur la route (c'est férié et il fait moche), les routes sont sympas mais la bruine/brume empêche de voir grand chose.

Le thème de la journée est les petites montées (50-100m de dénivelés mais répétées une vingtaine de fois). Nous traversons comme ça, La Douze puis Saint-Pierre-de-Chignac et là, à la cinquième côte, un peu plus pentue que les précédentes, nos pignons nous signalent qu'ils sont au bout de leur vie. Aujourd'hui nous avons pédalé notre 3000ème kilomètre et il semblerait que c'est exactement la durée de vie des pignons de notre tandem... Un peu court! Chaque coup de pédale fait sauter la chaîne et trembler le tandem. La dernière vitesse est complètement cramée et on réalisera vite que l'avant-dernière aussi. Fatalement, ça pourrit pas mal la fin de la journée (il reste 70km et une quinzaine de côtes!!). Les sauts de chaîne entraînent des déraillements. C'est facile à réparer mais c'est chiant, salissant et ça fait perdre du temps. Assez vite, nous concluons qu'il n'est plus possible de se servir de ces vitesses. De plus, chaque changement de vitesse doit être réalisé avec beaucoup de douceur car le moindre sursaut nous fait dérailler... Alors nous montons malgré tout et ça c'est pas petit! D'ailleurs, à plusieurs reprises il faudra finir en poussant, soit parce qu'on aura déraillé, soit parce que la côte sera trop forte pour ce qu'il nous reste de vitesses.

Du coup, à 15h nous arrivons à Thiviers, nous n'avons fait que les deux-tiers de la route et le soleil se couche dans deux heures et demi. Il reste 30km et on se demande sérieusement s'il faut encore pousser. Mais il faut jouer tactique, il n'y a pas de réparateur vélo avant Angoulême à 90km de Thiviers. Aujourd'hui c'est férié donc c'est mort mais si on veut une chance de réparer le tandem demain, il faut arriver assez tôt. Donc on décide de pousser jusque Nontron, comme prévu. Depuis Thiviers jusque Rochefort nous comptons suivre un itinéraire vélo balisé nommé "la Flow à vélo". Et ça commence par 20km sur une ancienne voie ferrée. Donc pas de voiture et pas de côte. C'est parfait pour nous aujourd'hui. Les dix derniers kilomètres offrent néanmoins quelques challenges mais nous arrivons tout de même en ville un peu avant 18h avec les dernières lueurs du jour.

Normalement, nous devions dormir chez des gens de Warmshowers mais ils nous ont envoyé un message ce matin pour nous prévenir qu'ils étaient infestés par les puces depuis la veille. Après réflexion, nous avons préféré décliner leur invitation pour éviter d'en récupérer et les transmettre à nos prochains hôtes. Et nous avons trouvé un hôtel pour tout faire sécher et pour se réorganiser vis-à-vis des réparations et des logements selon le temps que prendront les réparations. C'est compliqué, l'idéal serait de réussir à rejoindre Angoulême demain (à 60km), trouver un réparateur de vélo qui a la pièce et qui est dispo tout de suite pour faire la réparation, et repartir dans la foulée pour atteindre notre hébergement 20 à 30km plus loin... Mais faire tout ça en une journée paraît un peu trop ambitieux. On risque surtout de rester coincés à Angoulème quelques jours le temps de réparer le tandem... En attendant, nos logements et notre itinéraire pour les jours à venir sont sérieusement remis en question... Enfin on verra bien demain, on vous racontera!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Nontron-Châteauneuf sur Charente:
Réparation express

Samedi 2 Novembre 2019
Nous sommes à une cinquantaine de kilomètres d'Angoulême et donc des réparateurs de vélo les plus proches. Grâce à internet, nous avons bien repéré des candidats possibles. La solution que nous avons priviligiée est d'aller dans un Décathlon qui possède un atelier. Généralement, pour nos réparations, on préfère les indépendants car ce sont souvent des passionnés plus serviables et plus flexibles. Mais Décathlon a, pour ce cas présent, plusieurs avantages. D'abord c'est ouvert le lundi et les jours fériés et en plus si les pièces dont nous avons besoin n'étaient pas disponibles, nous pourrions les commander dans un autre établissement plus loin sur la route et ainsi minimiser les pertes de temps.

Nous avons donc appelé Décathlon hier après-midi pour savoir dans lequel se diriger (il y en a deux autour d'Angoulême), le jeune homme au téléphone nous indique celui qui dispose d'un atelier vélo et nous indique que l'expert cycle finit sa journée à 13h samedi. Nous sommes donc partis juste après le lever du jour, un peu avant 8h, et sans traîner nous sommes dirigés vers Angoulême. Les 30 premiers kilomètres sont plats et la pluie a cessé donc ça avance très vite. Enfin... on a quand même fait notre première chute... Sur un bout de piste cyclable, un joli pont de bois, lisse et bien humide = ultra glissant ! Nous sommes tombés sur le côté mais rien de cassé. On a un peu effrayée une dame qui se promenait avec ses chiens mais rien de plus. Nous sommes repartis aorès avoir fini la traversée du pont, à pied, précautionneusement.

Les 20 derniers km sont à nouveau une succession de montées et de descentes plus ou moins longues et plus ou moins pentues. Nous continuons de grimper avec deux vitesses en moins et nous déraillerons quelques fois encore. Enfin, tant bien que mal, nous arriverons près d'Angoulême. Nouveau problème, le magasin est dans la banlieue Sud de la ville et tous les accès évidents se font par des voies rapides ou des routes interdites au vélo. Bien sûr, ce genre d'information n'est pas disponible sur une carte. Donc nous empruntons le premier tronçon interdit aux vélos et après une traversée de viaduc et quelques coups de klaxons appuyés, nous décidons de chercher une autre route. Toujours des détours et à chaque fois, on tombe sur une voie rapide... Nous finirons par trouver une solution en prenant des sens interdits et des chemins de cailloux et aussi des routes barrées pour travaux (le slalom entre engins de chantier ne nous effraie pas). Finalement après moults changements de routes et un peu d'énervement nous arrivons au magasin vers 11h30 environ. Là nous serons super bien accueillis par tout le monde et Benjamin, l'expert vélo, est de suite disponible pour s'occuper de nous. Nous lui expliquons le problème, rien de compliqué pour lui mais il faut changer la roue-libre avec les vitesses. Heureusement, il a la pièce dispo sur place et en moins d'une heure tout est réglé! On pousse un peu le bouchon et on lui demande de changer la chaîne qui lie nos 2 pédaliers. C'est chose faite. Le temps de faire quelques achats, de manger une gaufre et à 13h nous étions déjà repartis. Ça c'est donc déroulé au mieux et nous n'avons même pas perdu de temps sur notre itinéraire. Merci Benjamin !

Nous reprenons donc la route vers Châteauneuf-sur-Charente, notre étape du jour. Il reste 25km. Il se met à pleuvoir un quart d'heure plus tard. Et aujourd'hui, pas de petite bruine, une vraie pluie bien dense comme dans les films avec un peu de vent. La pluie ne cessera pas avant je ne sais pas quand (il est 18h et ça tombe toujours). Jour de pluie donc pas de photo, et nous arrivons tôt car nous faisons moins de pauses. Nous arrivons à 15h et après avoir fait des courses nous dirigeons vers le gîte. Malheureusement la chambre ne sera pas prête avant deux heures et pas d'endroit où attendre. Dehors c'est toujours le déluge donc nous remontons sur le vélo pour la ville où nous attendrons donc au PMU. La gérante nous rappellera à 16h pour nous dire que la chambre est prête finalement. Nous voilà donc enfin à l'abri pour la nuit à la Tonnellerie, joli gîte au bord de la Charente qui fait aussi restaurant, pratique pour ce soir.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Châteauneuf sur Charente-Rouffiac:
Arrêt forcé!

Dimanche 3 Novembre 2019
Cela fait 3 jours qu'il pleut quasiment sans arrêt. Aujourd'hui le vent est de la partie aussi. C'est la tempête Amélie qui traîne dans les environs. Mais plus rien ne nous arrête! Enfin c'est ce qu'on croyait en partant ce matin, tranquillement vers 10h.

L'itinéraire du jour nous fait suivre la Charente et nous fait passer par Graves et Cognac. On traverse plein de vignes. La piste cyclable que nous suivons s'appelle la Flow Vélo, elle est très bien indiquée, c'est agréable. On trouve même des WC publics sur la route. Pratique. Nous progressons bon gré mal gré, face au vent et à la pluie, entre les flaques d'eau, les arbres tombés à cause de la tempête, dans les chemins de terre boueux. Ce n'est pas idéal mais tout à fait faisable. Jusqu'à ce qu'on entende un gros "PAN"! Arrêt immédiat: la roue arrière est à plat. La chambre à air a explosé. Croisons les doigts pour que le pneu soit intact sinon on sera coincé. Il ne nous reste plus qu'à trouver un endroit, à l'abri si possible, pour réparer.

À l'horizon: des espaces verts boueux. Derrière nous: un pont qui fuit. C'est mieux que rien mais franchement un abri ou un hangar ne serait pas de refus vu les trombes d'eau qui tombent. Je décide d'aller frapper à la porte de la maison que nous avons vue quelques centaines de mètres plus tôt pour demander un abri. C'est Didier qui, très gentiment, nous ouvre sa porte et nous offre une place dans son garage. Il nous donne même un coup de main et des conseils pour la réparation. En quelques minutes, la chambre à air est remplacée, remontée mais... en regonflant, le pneu se retrousse et laisse ressortir la chambre à air. Le flanc du pneu a laché, le pneu est complètement HS!

Aujourd'hui c'est dimanche donc on n'a aucune chance de trouver un magasin de vélo ouvert pour acheter un nouveau pneu. Nous sommes coincés pour de bon. Nous contactons un gîte à 6km de là et Didier propose généreusement de nous y conduire et de garder le tandem jusqu'au lendemain. Quelle affaire!

Les choses sont loin d'être réglées. D'abord il faudra trouver un magasin ouvert un lundi matin qui a en stock un pneu à la bonne taille. Ensuite il faudra trouver le moyen de s'y rendre. Les magasins de vélo sont situés à une vingtaine de km de notre gîte. Nous sommes en pleine campagne, sans transport public et sans moyen de locomotion. Les magasins de vélo sont situés à une vingtaine de kilomètres de notre gîte. Bref, le retour à la maison est pavé de nouveaux challenges! A suivre demain...

Nous passerons donc la nuit dans une chambre d'hôtes, chez Françoise et Jacques Fourmy à St Sever de Saintonge. Prévenus à la dernière minute, ils nous ont accueilli dans leur jolie maison. Et ils nous ont même proposé de nous cuisiner un diner en toute simplicité. Nous avons bien apprécié cet accueil.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Rouffiac-Cabariot:
Alerte orange et Pedal'eau

Lundi 4 Novembre 2019
Alors voilà comment ça c'est passé: nous avons recontacté Didier qui s'était proposé de faire notre chauffeur. À 8h30 pétante, comme convenu, il était à la porte du gîte et nous a amené au Décathlon de Saintes (non, nous ne sommes pas sponsorisés par l'enseigne). C'était le magasin de vélo qui disposait de la bonne taille de pneu en stock et qui en plus, ouvrait le plus tôt le lundi. Nous achèterons deux pneus et deux chambres à air (il n'y a pas vraiment besoin mais on sent qu'on a la poisse et souvent ça dure un peu...). Didier, notre héros, nous ramène ensuite chez lui où est resté notre tandem (j'espère que vous avez suivi). Là on remonte le pneu puis la roue, il y a quelques adaptations à faire parce que le nouveau pneu est plus large que l'original et il touche le garde-boue. Rien de dramatique et tout est opérationnel assez rapidement. Le temps de se laver les mains, de dire au revoir et de remercier très chaleureusement Didier qui nous a sacrément dépanné, et nous reprenons la route vers 11h30. Ca fait quand même drôlement plaisir de rencontrer des gens aussi gentils sur notre route. Au plaisir de se revoir Didier!

On reprend la route, certes. Mais pas pour longtemps... Quand l'occasion se présente, nous suivons des vélo-routes. Il s'agit d'itinéraires de randonnée à vélo balisés. Il y en a qui traversent toute l'Europe, il y en a des très locales, il y en a plein qui ne sont pas référencées également. C'est très pratique car en les suivant on peut aller d'un point à un autre en connaissant le kilométrage et en sachant qu'on roulera sur des routes avec peu de voitures ou pas du tout. Il y a néanmoins deux inconvénients majeurs: les gens qui tracent ces itinéraires n'ont pas peur de faire d'énormes détours pour éviter certaines routes et certains itinéraires passent par des chemins pas franchement carrossables. Et c'est difficile de savoir sur quel terrain on va évoluer à l'avance.
Depuis Thiviers, nous suivons un itinéraire qui s'appelle la Flow Vélo et qui va jusque l'île d'Aix. Il est super bien balisé et emprunte des routes plutôt bitumées jusque là (nous préférons de très loin les routes bitumées, ça roule mieux, ça n'abîme pas le vélo). Ce qui n'était pas prévu ni par nous ni par les responsables de l'itinéraire, c'est la tempête Amélie qui s'est abattue dans la région ces derniers jours. La Charente-Maritime est le dernier département en alerte orange et vu les quantités de pluie qu'on se prend sur la tronche depuis trois jours, ce n'est pas étonnant.

Moins de 3km après être partis, nous sommes sur une petite route bitumée entre les champs. Il y a quelques vaches et c'est très calme. Assez vite, il nous faut éviter une petite flaque puis une grosse. Ensuite, les flaques font toute la route et on ne peut les éviter. Puis on ne peut plus parler de flaque, on roule dans 10cm d'eau, puis 20cm puis 30cm. Nous roulons en sandales et nos sacs sont étanches alors ça ne nous effraie pas trop. Une rivière qui déborde de son lit génère un fort courant perpendiculaire à la route (enfin on imagine que c'est la route, on ne la voit plus), mais le tandem tient bon. Nous arrivons comme ça dans une forêt et là il y a 40cm puis 50cm d'eau. Et ça commence à faire beaucoup. La route qui était droite et balisée par les clôtures des prés commence à zigzaguer entre les arbres. Et là, nous avons décidé de ne pas aller plus loin! Les chemins que l'on suit sont si souvent bordés de rivière ou de fleuve et nous avons un peu peur qu'avec les inondations nous y tombions et ça pourrait très mal finir.
Il faut donc rebrousser chemin et trouver une alternative à notre itinéraire. En sortant des inondations, nous croisons des paysans qui sont en train de faire migrer leurs vaches d'une pâture à une autre. Ils nous expliquent que l'eau va encore monter et que leurs bêtes ne sont plus en sécurité. On en conclut qu'on a bien fait de pas être trop téméraire. Comme pour confirmer encore en peu plus, des trombes d'eau recommencent à s'abattre sur nous.

Avec notre GPS, nous trouverons rapidement un chemin pour rejoindre la ville de Saintes qui n'est plus très loin. Il nous faudra tout de même pas mal de temps pour y arriver car la tempête Amélie est toujours dans les parages et le vent souffle plein Ouest jusque 80km/h dans les terres. Nous allons vers l'Ouest et vers l'Océan Atlantiqur, donc plus on avance plus ça souffle. Donc nous sommes même obligés de pédaler dans les descentes. Nous arriverons à 13h30 à Saintes où nous ferons quelques courses car nous n'avons plus rien à manger. Nous repartirons à 14h en direction de la petite ville de Cabariot où nous ferons étape ce soir. La pluie a cessé et nous laissera tranquille pour le reste de la journée mais le vent s'accentue toujours. Tant et si bien que nous mettrons presque 3h pour effectuer 36km de plat!

CommentairesComments

Sandy
Le 05/11/2019 à 20h40min45s

N'hésitez pas à féliciter Didier et sa femme qui nous ont vu débarquer un dimanche après-midi tous mouillés et crados !

superwanchan
Le 05/11/2019 à 20h14min23s

C'est vrai que c'est l'aventure mais on s'amuse plus qu'on ne galère!

madameclaire
Le 05/11/2019 à 08h54min00s

Je sais bien que quand on n'a pas le choix, il faut y aller mais bravo!
Votre récit est palpitant !

la fonctionnaire
Le 04/11/2019 à 20h13min43s

oh, quel stress... rien que de vous lire !on pense bien à vous! vous êtes bien courageux !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!