Les Alpes à tandem!

Grenoble-La Mure:
Les passerelles himalayennes

Mardi 8 Octobre 2019
On croise rapidement Christelle au réveil. Une fois chargé, on fait le plein de pâtisseries à la boulangerie en bas de l'immeuble, sur les conseils avisés de Christelle et Simon, et nous reprenons la route. La sortie de Grenoble se fait par une grosse départementale qui est pourvue d'une bonne piste cyclable sur 10km. Ensuite on suit une petite rivière sur 5km jusque la ville de Vif où l'on achètera un paquet de réglisse au petit Casino. Aujourd'hui, il fait très beau, pas un nuage et il fait chaud. On a donc des vues magnifiques sur les trois massifs montagneux entourant Grenoble.
A la sortie de Vif, les festivités commencent. On prend 600m sur une quinzaine de kilomètres. On fait presque tout d'une traite mais on s'arrête quand même une fois pour boire près d'un litre parce que la montée plus le soleil ça donne soif!

On achètera quelques cannettes dans un bar de Sinard et nous nous laisserons descendre jusqu'au lac de Monteynard. Arrivés au lac, les choses se compliquent (si si on peut faire pire). On a choisi de passer par deux passerelles himalayennes d'une centaine de mètres au-dessus des lacs d'Ebron et du Drac. Et on a eu raison, c'est époustouflant. Mais l'accès est complètement fou, c'est en pleine forêt, il n'y a pas de route et on a des pentes jusque 15%!!! Autant dire qu'on a beaucoup poussé et que même comme ça on en a chié.

On a dérapé, on a soulevé, on a porté, on a glissé, un peu trop près de certains ravins, le pied carrément dans une flaque boueuse un peu trop profonde, etc. Mais on l'a fait et on ne regrette rien! Par contre, on vous déconseille fortement de le faire avec un vélo chargé, allez-y à pied bien équipé ou avec un VTT de descente si vous aimez les sensations fortes parce c'est vraiment casse-gueule...

Après être descendu à la première passerelle puis en être remonté, et après être descendu à la deuxième passerelle et en être remonté (5km-2h), il nous reste 400m à gravir sur une dizaine de kilomètres pour arriver à la ville de La Mure où nous avons réservé un hôtel (aucun camping ouvert à cette époque à 30km à la ronde). On y arrive vers 18h30, juste le temps de passer acheter des croquettes qu'on avait réservées dans une clinique vétérinaire puis d'aller faire des courses pour remplir les sacoches et on tombera même sur un réparateur de cycles (chez Zazou), où on s'achètera une paire de gants et on y glanera aussi quelques conseils.

L'hôtel est chic et pas cher et ils ont un resto sympa. On y mangera pour reprendre des forces avant d'aller dormir pour reprendre des forces pour demain...

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 11/10/2019 à 21h28min19s

On se rappelle cette église au milieu du lac de savines, c'est, il me semble, le seul bâtiment qui n'a pas été englouti ! belle région! bisous

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

La Mure-La Roche des Arnauds:
Les beaux cols

Mercredi 9 Octobre 2019
Ce matin, on a quelques bricoles à faire sur le vélo avant de partir. Il faut régler les poignées avant, resserrer le guidon qui a tendance à tourner sur lui-même et surtout resserrer les freins parce que toutes ces descentes ont tendance à les user!
Une fois qu'on est prêt, il commence à pleuvoir donc on met les protections de pluie. Après un petit arrêt à la boulangerie, on reprend la route... sous le déluge. L'averse durera juste une demi-heure mais la sortie de La Mure est une descente très raide donc on finit complètement dégeulassés par les projections de la route.
Ensuite on reprend l'ascension, on commence par 400m sur 8km, ça réveille mais au moins la pluie a cessé. Il fait gris et frais mais c'est sec.

On s'arrête à Pellafol pour manger un peu et se réchauffer au timide soleil qui transperce parfois les nuages. Ensuite l'ascension continue, on remonte doucement jusque 900m d'altitude pendant deux heures et ça nous amène à une entrée du département des Hautes-Alpes. Ce passage correspond également au départ du col du Festre (550m sur 12km) qu'on enchaîne dans la foulée vu qu'on n'a plus peur de rien. Bon, ça nous prend un peu de temps, d'autant plus qu'on trouve un bar ouvert à quelques tours de pédaliers du sommet. On s'y arrête donc pour boire un diabolo et manger une petite glace.

Passé ce col du Festre à 1441m d'altitude, ça descend, ça descend même bien. Il ne pleut plus donc on se laisse un peu plus aller sur la vitesse (57km/h max) mais toujours une main sur les freins car il y a beaucoup de lacets. En bas, on retombe sur la départementale de Gap qui est très désagréable à vélo malgré sa "bande cyclable", on l'emprunte quand même pour se rendre au camping des Sérigons où nous passerons la nuit dans une petite cabane en bois tapie au fond des bois. Nous y nettoierons le tandem et ferons sécher toutes les protections de pluie au près du petit chauffage électrique. Le restaurant du camping est fermé à cette saison mais ils vendent de la terrine et la responsable qui doit faire un aller-retour en ville nous ramènera même une baguette. Avec la salade que nous avions achetée à La Mure, ça nous fera une repas copieux et agréable.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

La Roche des Arnauds-Savines le Lac:
Le Lac de Serre-Ponçon

Jeudi 10 Octobre 2019
On aurait presque envie de faire la grasse matinée tellement on est bien dans notre cabane au fond des bois. On a mis bien à profit le petit chauffage pour faire sécher toutes nos affaires humides de la précédente journée de pluie. On se force quand même à se lever (et à faire le ménage) avant de partir un peu avant dix heures. Aujourd'hui, il fait à nouveau grand soleil, les températures sont fraîches pour partir (5°C) et ne devraient pas dépasser 17-18 dans la journée. On a prévu une courte journée: environ 50km avec quand même un petit 500m de dénivelé positif.
On va donc profiter de cette petite journée pour aller faire quelques courses. D'abord un petit passage à la poste de la Roche-des-Arnauds pour renvoyer l'ancienne selle de Sandrine et quelques outils dont on vient de s'apercevoir qu'on les avait en double. Ensuite, sur Gap, Sandrine ira acheter des moufles imperméables et puis nous profiterons d'être dans une grande ville pour acheter des salades et des bananes.

La route est courte et simple mais on doit emprunter une nationale presque tout le temps, il n'y a pas d'alternative (comme disent les ultralibéraux, mais ce coup-ci c'est vrai). Donc il y a beaucoup de trafic, pas mal de camions et c'est très bruyant. Mais il y a quasiment tout le temps une sorte de BAU assez propre qu'on utilise comme une bande cyclable et du coup, on ne se fera pas de frayeur.

Comme c'est une petite journée, après une petite pause salade-banane et fin de terrine à Chorges, nous arriverons à Savines-le-Lac à 14h30 à l'hotel/camping Les Sources, notre halte pour la nuit. On pensait poser la tente mais en voyant qu'ils proposaient aussi des bungalows, on s'est renseigné pour le prix. Pas de bol, ils ne les louent pas à la nuit, par contre la chambre d'hôtel est à 43€ pour deux. Et ben, on a craqué, on s'est pris une petite chambre!
Pour le reste de l'après-midi, on fera sécher la tente, puis on changera les patins de frein du tandem et une petite balade le long du lac. On profitera d'un restaurant à proximité pour aller manger avant une bonne nuit de sommeil.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Savines le Lac-Jausiers:
L'autre côté du lac

Vendredi 11 Octobre 2019
Nous avons eu une super journée avec 25°C au maximum de la journée, quand nous étions à Barcelonnette. En plus, nous étions perchés dans les montagnes au dessus du lac de Serre-Ponçon. Et notre itinéraire prévu était assez court (53km environ). Donc nous en avons profité pour prendre pleins de photos aujourd'hui!

Pour commencer, après une côte de 6km, pour se réchauffer, nous sommes arrivés au niveau des Demoiselles Coiffées du Sauze Du Lac: ce sont des roches sculptées par le vent et l'érosion et qui ont une forme très particulière. Une petite marche de 300m dans la forêt permet d'arriver à un point de vue pour les admirer de plus près.

Nous avons choisi pour la suite de l'itinéraire d'emprunter une ancienne voie de chemin de fer, réhabilitée pour les randonneurs et les VTT. Elle ne dure que 5km environ. Elle emprunte notamment plusieurs tunnels et un pont étroit. Les tunnels, longs de quelques centaines de mètres à 1.6km pour le plus grand, ne sont pas éclairés et c'est donc avec nos lampes frontales que nous avons avancé! Un décor digne d'un film d'horreur tout à fait classique: tunnel tout noir, rondin de bois suspendu à la sortie d'un tunnel, toiles déchirées accrochées à l'intérieur d'un autre, etc. Bref génial! Ce passage n'était pas goudronné mais pleins de gros cailloux donc nous avons avancé doucement. Mais pas de stress nous avions le temps.

Arrivés à Barcelonnette, nous avons fait des courses pour les deux prochains jours. En effet, vu ce qui nous attend, nous avons intérêt à être préparés... Notre journée s'est terminée à Jausiers, à l'hôtel Sans Souci. Comme il était tôt à notre arrivée, nous sommes allés nous promener à pied le long de l'Ubaye (la rivière) et jusqu'au village. A notre retour nous avons croisé un troupeau de moutons avec ses bergers et ses chiens. Une belle équipée!

Nous avons eu droit à un copieux repas à l'hôtel: une bonne soupe pour commencer, de la ratatouille, de la viande et du riz aux champignons, un plateau de fromages du coin: Tomme, Bleu et Beaufort, et enfin de la tarte. Avec un repas comme ça, on devrait bien dormir! Et espérons qu'on pédalera bien demain...

CommentairesComments

superwanchan
Le 12/10/2019 à 20h38min45s

Merci, c'était effectivement impressionnant!

madameclaire
Le 12/10/2019 à 14h26min09s

Les ponts suspendus sont impressionnants , merci de nous faire partager ces photos.
Des pensées pour vous à la répétition de l'harmonie.

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Jausiers-Pont de Clans
Superwanchan à 2802m d'altitude

Samedi 12 Octobre 2019
On pourrait résumer la journée avec deux nombres: 2000 et 92. Deux mille, c'est le dénivelé positif qu'on a grimpé aujourd'hui et quatre-vingt douze, c'est le nombre de kilomètres qu'on a englouti. Etonnament, on n'en a pas chié tant que ça et en partant vers dix heures, on a fini vers dix-huit heures.
La "petite" difficulté de la journée se trouvait au début: en partant de Jausiers on commence directement à monter le col de la Bonette. Officiellement la route la plus haute d'Europe (même si le titre est disputé), le col de la Bonette culmine à 1802m d'altitude. En partant de Jausiers, on monte (sévère) pendant 24km.

C'est une petite route de montagne interdite aux camions et surtout fréquentée par des touristes (principalement en moto). On y croise aussi quelques cyclistes, beaucoup de moutons et des marmottes. Les paysages sont époustouflants et changent énormément en fonction de l'altitude. Il y a de moins en moins de végétation en montant et l'on finit quand il n'y a plus que de la pierre.

Bon on a mis près de 4 heures pour monter et on a fait 5 ou 6 pauses pour boire et reprendre notre souffle. Heureusement, on a encore une belle journée très ensoleillée et avec quelques petits passages nuageux. Le fond de l'air est frais mais sur le vélo, on a toujours chaud.
Au vu de notre niveau sur le tandem et compte tenu de la difficulté de cette petite montagne, on a décidé de voyager léger aujourd'hui. C'est à dire qu'on emmène quand même Carlo (parce que sans lui on est perdu), et une sacoche pleine de bouffe et de boissons, et également des protections contre le vent, la pluie et le froid. Nous avons fait appel à un taxi pour transporter le reste de nos bagages vers le camping où nous souhaitons loger ce soir.

Il y a deux routes possibles pour le dernier kilomètre et nous avons pris la plus difficile, c'est ballot. Du coup, on poussera le tandem quelques minutes avant l'arrivée. Une fois en haut, il y a un petit chemin de randonnée qui nous amène au sommet de la Bonette à 2860m. On a quand même une belle vue de là-haut. C'est là que nous mangerons, exposés aux vents avant de redescendre. Pour la descente, on se rhabille avec vestes, coupe-vents, gants, écharpes, etc... Depuis le haut c'est 120km de descente jusque Nice (avec quelques petites côtes à remonter quand même).

Il y a beaucoup de lacets et des troupeaux de moutons, ça nous forcent à être sur les freins en permanence, à tel point qu'à la fin de la journée, j'ai plus mal aux doigts qu'aux cuisses!

On arrive vers 16h00 à Isola au camping du domaine des Neiges où le reste de nos bagages nous attend. Normalement, ça devait être la fin de la journée mais on a eu un imprévu. En gros, on devait prendre le bateau de 19h demain à Nice pour la Corse. Sauf que, par manque de client, le bateau a été annulé et il n'y en a plus qu'un seul qui part à 13h et le prochain est dans une semaine! Autant dire qu'il faut qu'on ait celui de demain à 13h. Donc il faut être à midi au port et le port est à 80km du camping. Donc avec des marges de sécurité, il faudrait se lever vers 4h...
Après réflexion, on a préféré annuler ce camping et pousser un peu plus loin. Le problème est qu'il n'y a rien sur plusieurs dizaines de kilomètres pour bivouaquer, pas non plus de camping, ni même d'hôtel. Seule possibilité, un gîte à 30km de là. On appelle le gîte à 16h15 et, coup de bol, c'est libre et les hôtes sont dispo. Donc on y va, après toute cette journée, on pousse encore 30km et plutôt rapidement parce que dans les montagnes la nuit tombe vite.

La route est magnifique, même si on en profite peu, nous longeons des falaises rouges et la Tinée en contre-bas nous montre des rapides et des cascades. Il n'y a toujours pas beaucoup de circulation et les gens roulent respectueusement.
Vers 18h nous arrivons à Pont de Clans notre village pour la nuit. Nous nous arrêtons d'abord à la boulangerie puis à l'épicerie, ce sera notre seule occasion pour le repas de ce soir, puis nous arrivons enfin au gîte. C'est un appartement tout confort, très joli et bien aménagé, on a accès au garage pour le tandem. C'est vraiment parfait. On arrivera même à se coucher pas trop tard après une belle journée.

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 14/10/2019 à 21h34min14s

Ce fameux col de la Bonette, 2802 m...je pensais vraiment pas que vous pourriez le passer sans encombres, à cette période de l'année ! Vraiment super BRAVO !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Pont de Clans-Bastia
La grande traversée

Dimanche 13 Octobre 2019
Aujourd'hui on se lève un peu avant 7h. Comme on l'a dit, on doit attraper un ferry à Nice à 13h. Il reste 50km, c'est principalement plat donc normalement, pas de problème mais on n'est jamais à l'abri d'un incident ou de se perdre. Donc on prend la route un peu avant 8h, il fait un peu frais et il n'y a pas de circulation. Les premiers vingt kilomètres sont sur la même route que la veille (la seule) avec quelques viaducs et quelques tunnels et ensuite à partir de Saint-Martin du Var, il commence à y avoir plus de voitures mais aussi des pistes cyclables qu'on emprunte.

L'arrivée dans Nice est un peu laborieuse, un peu comme dans toutes les grandes agglomérations qu'on a traversées (à part Grenoble) mais assez vite on arrive à l'Ouest de la Promenade des Anglais qu'on prendra jusqu'au port où nous irons attendre notre ferry.
Comme on est finalement très en avance, on fera une pause sur la Promenade et on en profitera pour changer nos patins de frein qu'on a fini d'user à fond dans cette incroyable descente depuis hier.

Au port, en attendant notre embarcation, on fera un petit casse-croûte et on soufflera un peu. Finalement depuis hier et malgré les difficultés, on avait ce contre la montre en tête. Mais là, c'est bon, on est à l'heure pour la traversée.
Bon le ferry, lui, partira avec une heure de retard et arrivera avec deux heures de retard. Notre nuit à Bastia en sera écourtée mais ce n'est pas ça qui va nous arrêter!

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 14/10/2019 à 21h36min09s

Vous nous tenez en haleine ... avec tous ces rebondissements ! merci pour ce voyage que vous nous faites partager !

Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!