Bristol-MerlimontBristol-MerlimontBristol-Merlimont
768Km - 11 jours768Km - 11 days

La carte du voyageThe map

OOPS!

Sorry, it appears we have still a lot of work to do on this website and we have not yet written those parts in english.
That is a shame and rest assured we are not proud of that.

Nevertheless, if you want to know more about us, there are two ways: either you wait some time because we are bound to write this page in english OR (and I think it is the best solution) you learn french and start reading superwanchan.org in its original form!

(2014/08/11)

km 2219: Lundi 11/08/2014

Je me lève à 7h45, j'accompagne mes hôtes pendant leur petit déjeuner et je pars explorer la ville à 7h45. Il pleut toute la matinée par intermittance mais j'avais prévu le coup et je mets à profit mon poncho. À cette heure, presque tout est fermé sauf un endroit que l'on m'a recommandé pour le petit déjeuner, il est encore un peu tôt pour moi mais c'est mieux que d'errer sous la pluie. Je me fais donc un petit déjeuner anglais au "Boston Tea Party" avant de redescendre à la bibliothèque où l'on m'a dit que je pourrais certainement aller sur internet. En fait, les visiteurs ont droit à 20mn et c'est tout.Ça ne m'aide donc pas trop.
Je passe ensuite à l'office du tourisme et je me renseigne sur les cinémas, l'aquarium et d'autres endroits où aller sur internet (les musées étant fermés le lundi). Je vais ensuite dans une auberge de jeunesse qui propose un accès internet à 0,50£ pour 10mn, une fortune! Je prends quand même une heure mais ça ne suffit pas à faire tout ce que je dois faire et préparer convenablement le reste de mon voyage. Tant pis, je me débrouillerai autrement.

Une rue assez typique de Bristol

Je passe ensuite au cinéma où j'entre juste à temps pour voir le blockbuster de l'été: "The guardians of the galaxy" (il n'ya pas beaucoup de choix mais ça me manque vraiment de voir un film et il pleut). C'est sympa, pas un chef d'oeuvre, mais j'apprécie. Ensuite, je vais acheter des DVD des Monty Python, une de mes missions que j'ai repoussée mais comme je vais rentrer dans une semaine, je n'aurai peut-être plus l'occasion de les trouver. Tant pis, il faudra les porter quelques jours. J'achète aussi un livre que PAul m'a recommandé et un autre que mon père m'a demandé.
Ensuite, je me prends un veggie burger à "Roll for the Soul", c'est un café dont les britons ont le secret. Établissement à but non lucratif qui reverse ses bénéfices à des associations de cyclistes et qui propose aussi des réparations de vélo pas chères et même des cours pour entrerenir sa monture! Ensuite je récupère mes affaires chez Mark pour aller chez Mike et Matthews, mes hôtes pour ce soir.

Ce qu'on peut trouver au centre de Bristol

Mike et Matthews ont un chien de dix mois qu'ils appellent Zolly, tous les trois sont très accueillants. Ils vivent au sud de Bristol dans une belle maison. Ils sont le premier couple gay à s'être mariés à Bristol. Je le précise parce qu'ils en sont fiers et que c'est bien qu'ils aient pu le faire. On discute longtemps de politique avec Mike, on a les mêmes points de vue (à quelques différences près) et on compare la situation du Royaume-Uni et de la France (à peu près similaire à part que nos boucs-émissaires, les arabes sont polonais ou indiens de l'autre côté de la Manche).
Ensuite on mange un bon repas végétalien, puis ils vont se coucher vers 22h car Mike a fait une course de vélo samedi dans la nuit et ils ont passé le dimanche sur la côte en camping et viennent juste de rentrer. Ils sont donc exténués. J'en profite pour préparer la fin de mo périple grâce à leur ordinateur portable pendant que, dehors, les averses torrentielles font un boucan phénoménal sur mes velux.

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2221: Mardi 12/08/2014

Je me lève tranquillement à 8h30, fais ma toilette et descend saluer tout le monde. Puis je les laisse tranquilles et repars vers le centre-ville de Bristol à vélo. J'ai décidé de faire réparer mon pédalier (changer la clavette gauche en gros) chez "Roll for the Soul". Mais ils sont un peu débordés et me conseillent d'aller chez "Black Beard Bicycles", un magasin qui a ouvert il y a deux mois à deux rues de là et qui est spécialisé dans les bicyclettes vintage françaises (en plein dans le mille, quoi). Seulement ce n'est pas encore ouvert donc je retourne à RftS et y prends deux part de gâteaux en attendant.
Vers 10h30, j'entre chez "Black Beard Bicycles" et bien sûr un grand monsieur barbu m'accueille. Je lui explique mon voyage et mon problème. Il est fasciné par l'un et résoud l'autre en vingt minutes. C'est si facile quand on a la bonne clavette. Ensuite on discute pendant une heure et demi de son business, de vélo, de voyages et tous ces trucs que l'on a en commun. Je pense qu'on aurait pu continuer toute la journée mais je voudrais faire quelques visites et il a des clients!

Stefan, le blackbearded vélociste

Le reste de la journée est parsemé d'averses torrentielles qui ne durent jamais plus de cinq minutes et toute la ville joue donc à une forme géante de 1-2-3 soleil (littérallement). C'est un peu chiant mais ça pourrait être bien pire. Je visite donc, en vrac, les docks, la Brandon hill, le SS Great Britain, le musée M-Shed, la vieille ville et les galleries marchandes pour acheter un petit quelques choses à Mike et Matthews pour les remercier de leur générosité (ça sera des cookies deluxe).

Ce qu'on voit du haut de la Brandon Hill Le SS Great Britain

En fin d'après-midi, je retourne à "Roll for the Soul" pour une part de carot cake et un chocolat chaud et écrire ma journée avant de rentrer chez M&M qui m'ont laissé une paire de clés. On passe une nouvelle soirée sympathique à discuter. Je prépare encore un peu la route et je bricole mon vélo (j'ai raccourci la chaîne de nouveau et changé le câble de vitesse avant. J'en ai profité pour graisser le dérailleur et régler les vitesses).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2228: Mercredi 13/08/2014

Tous les orages/ouragans sont passés, aujourd'hui il fait beau. On prend une petite photo avec Mike et Matthews et je pars vers 9h30. Dès le départ, je tombe sur une rue fermée pour cause de travaux et je perds un peu de temps, mais rien de grave. À peine sorti de la ville, le temps se gâte et je m'arrête pour mettre les protections de pluie mais finalement il ne pleuvra pas.

Avec Mike & Matthew avant le départ

Malgré mon passage chez "Black Beard Bicycles" mon vélo grince toujours, je pense que mes clavettes usées ont endommagé l'axe du pédalier (en fait l'intérieur de la manivelle). Il me faudrait beaucoup de temps et du matériel que je n'ai pas pour réparer donc je me résoud à terminer mon voyage avec un vélo qui grince.
À 20km; il faut monter sur un plateau et c'est super pentu. Je pousse un peu. Malheureusement, depuis le haut on ne voit pas grand-chose. Je redescends, c'est tout aussi pentu et je croise d'autres cyclistes qui poussent également. Ensuite, je traverse deux villes médiévales: Wells et Glastonbury. Je me suis pas mal égaré autour de Glastonbury et sa jolie tour que je n'ai jamais réussi à prendre en photo. Le chemin est très peu utilisé et je peux pédaler tranquillement. Mais en début d'après-midi, le vent se lève brusquement. Le chemin est très sinueux donc le vent m'aide par moment mais la plupart du temps, il me ralentit considérablement.

Tout au fond, en petit, la Glastonbury Tor

Après la ville de Bridgewater, on suit un canal jusqu'à Taunton. C'est bien, surtout qu'une bonne partie de la route va dans le sens du vent. Seul bémol, les ouvriers spécialisés viennent de tailler les haies et il y a plein de branches de toutes espèces (dont des ronces) sur le chemin.

Les chevaux, le long du canal

À 18h, j'arrive chez Nick, mon hôte du soir. Il rentre tout juste d'un voyage d'une semaine en Allemagne et quand j'arrive, il est en train de remonter son vélo qui a pris l'avion. On passe la soirée à discuter de nos vies et de nos voyages puis je cherche des raccourcis pour ma journée de vendredi que j'ai prévue un peu trop longue...

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2343: Jeudi 14/08/2014

Je me prépare pour partir vers 9h. Sauf qu'en arrivant au vélo, mon pneu arrière est à plat. Après examen, il s'avère qu'une épine y est plantée. Les fameuses ronces d'hier... Nick m'épaule pour mettre ma rustine et je pars trente minutes plus tard. Aujourd'hui ils annoncent de la pluie de 12h à 18h donc je pars en mode pluie et ça commence à tomber à 11h.
La route est une succession de chemin étroit bordés de hautes haies donc je ne vois pas grand-chose. À midi, mon pneu avant est à plat, encore une épine de ronce. Et je dois réparer sous la pluie. Tout à fait faisable mais pas vraiment agréable.
La journée sera une succession d'averses et d'éclaircies à traverd champs et collines. Je ne m'en étais pas rendu compte en préparant le voyage mais le sud-ouest anglais est composé de centaines de collines. Pour l'instant, les pentes sont rarement effrayantes et j'ai désormais l'habitude de la grimpette.

Deux des innombrables collines sous temps grisâtre

Mes hôtes de ce soir, Anne & Mark habitent assez loin de l'itinéraire cycliste que je voulais suivre. Du coup, je pars un peu à l'aventure avec la carte, ce qui n'est pas super pratique sous la pluie. Mais malgré quelques hésitations et mauvais choix par moment, je ne me perds pas trop et arrive chez eux à Portsmouth Arms, un petit village à 18h.
Ann & Mark font un peu de vélo mais c'est surtout leur fils qui fait des voyages à deux roues. Et par envie de rendre la générosité dont leur fils bénéficie pendant ses voyages, ils se sont inscrits sur warmshowers et accueillent les cyclistes de passage. Ce soir, ils animent un groupe de lecture alors je n'ai pas eu le temps de beaucoup discuter avec eux. Mais on a tout de même eu le temps de partager le repas qui était préparé avec 100% d'ingrédients provenant de leur jardin, la classe!
Ensuite, j'ai préparé la fin de la route et les logements jusqu'à Land's End et rédigé ses lignes et celles d'hier et d'avant-hier (j'avais pris un peu de retard). Puis je me suis couché à 22h30 car j'aimerais partir vers 8h demain car une grosse journée m'attend (120km, 1300m de dénivelé positif, si je ne me perds pas!).

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2455: Vendredi 15/08/2014

Lever à 7h30, départ à 8h10. Il fait frais mais il ne pleut pas. J'ai concocté un itinéraire qui n'emprunte presque pas le national cycle network pour prendre au plus court car j'ai réservé un guest house très très loin. Le matin ça roule bien, à 12h je suis à 55km. Il y a eu une petite ondée vers 10h30 mais juste quelques gouttes, histoire de mettre les protections. La route monte, descend et monte et descend, c'est assez fatiguant mais ça se fait. Je roule entre les champs et je ne vois pas grand-chose à cause des haies, donc pas beaucoup de photos...

J'ai quand même pris un barrage en photo sur la route!!?

Au km75, une nouvelle crevaison, ce coup-ci, un éclat de verre dans la roue arrière. Trois crevaisons en deux jours, ça commence à faire beaucoup. Je perds 30mn en bord de route puis c'est reparti.
Au km 100, je rejoins la route cyclable n°3 qui doit m'amener au guest house. Elle passe par les routes les plus étroites que j'ai empruntées jusque là. Heureusement que je ne croise pas de voiture car je ne suis pas sûr qu'il y aurait eu suffisamment de place. À un moment, la route se termine sur une barrière, je n'ai nulle part où aller! Enfait, c'était un paysan qui faisait changer de champs ses vaches et qui avait barré la route. Après cinq minutes, je peux passer... à travers une marre de bouses! Puis assez cite, il manque des panneaux sur la route et je me retrouve dans une espèce de parc où des dizaines de directions sont fléchées mais aucune qui ne m'intéresse. C'est la lose. Au bout d'un quart d'heure, d'errement, de cartes, de boussole et de différents essais, je tombe sur deux cyclistes qui sont du coin. Ils m'indiquent la voie à suivre. Je suis déjà au km 120, il en reste au moins 6 ou 7.
Une fois sur la bonne route: une nouvelle crevaison! Quatre en deux jours. Cette fois, c'est une punaise (comme dans les dessins-animés). Rebelotte, je re-rustine sauf que le paquet de rustines qu'il me reste ne colle pas (trop vieux)!!! Impossible à réparer. Heureusement, j'ai toujours une chambre à air en stock au cas où. Alors je démonte la roue, je change la chambre et je remonte le tout.
Je repars et ça monte, à 2km, il y a un carrefour avec des panneaux donc je freine et... plus de frein! J'ai démonté le frein pour changer la chambre à air et j'ai oublié de le remonter (il est 19h, je suis pressé d'arriver). Résultat, j'ai perdu une partie du mécanisme. Je fais donc demi-tour et je retourne où j'ai changé la roue. Ouf, je retrouve la pièce. Je peux repartir.

On voit Saint Austell mais je n'y suis pas encore...

Encore une demi-heure et j'arrive au guest house. J'ai perdu deux heures en crevaisons et égarement que j'aurais préféré utiliser pour bricoler mon pédalier car c'est de pire en pire, il produit un couinement phénoménal. J'espère qu'il va tenir jusqu'au bout.
J'ai oublié de parler de la petite grand-mère qui est venue m'assister en milieu de journée quand je m'étais arrêter pour regarder ma carte. Elle a essayé de lire ma carte pendant 10mn mais elle était persuadée que ma carte était fausse. Elle ne pouvait pas concevoir que Tavistock était au sud de North Brenton (où on se trouvait) parce que quand elle s'y rend en voiture, elle part à l'ouest attraper la voie rapide... Donc elle ne m'a pas trop aidé mais elle m'a au moins proposé de boire le thé. Malheureusement, j'ai dû poliment refusé parce que j'avais une longue journée à terminer.
Le soir, comme je suis arrivé tard, je ne profite pas trop de la ville, tout est fermé. Au moins, je profite de la télé pour regarder deux films: "Twilight" et "Dog day afternoon", un vieux film avec Al Pacino. Avec tout ça, je me couche vers 1h. Le petit déjeuner est servi à partir de 8h30 et le magasin de vélo (où je veux acheter des rustines) de la ville ouvre à 9h. Ça fera une petite nuit mais tant pis.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2561: Samedi 16/08/2014

Les rares fois où on prend une chambre pendant nos voyages, Sandrine prend le petit déjeuner seule car les horaires sont toujours trop matinaux pour moi et je préfère dormir plutôt que manger. Aujourd'hui, j'aimerais partir tôt mais pour une fois le petit déjeuner est entre 8h30 et 10h! J'y vais donc dès l'ouverture. On commence par une salade de fruits frais, des céréales et des pains au chocolat industriels et seulement ensuite on nous sert un full english breakfast! Champignons, tomates, haricots blancs, saucisses, bacon, toasts! Je réussis à finir tout ça en trente minutes.
Ensuite je pars au magasin de vélo que j'ai repéré sur internet pour y acheter des rustines et une chambre à air. C'est hors de prox mais je n'ai pas franchement le choix. Le temps de revenir au guest house, de charger le vélo, je pars à 10h. C'est à peu près la même journée qu'hier, sans les crevaisons. 110km, 1300m de dénivelé positif. Autant dire que ça ne va pas être aisé. Néanmoins les chemins sont agréables et souvent sans voiture et il fait frais. Alors j'avance bien.

Sur les hauteurs de Mevagissey 1 Sur les hauteurs de Mevagissey 2 Sur les hauteurs de Mevagissey 3

Au km40, il n'y a plus de route. Il faut traverser un bras de mer avec un ferry (gratuit). C'est très joli. Ensuite, ça monte sur vingt kilomètres, côte à 3%. En fait, ça me repose, une pente faible, je ne la sens même plus. Ça change des 10-15, parfois 20% de d'habitude. Ensuite la route descend jusque Hayle et je me dirige vers Penzance, la dernière ville avant le bout du pays. Entre ces deux villes, c'est quasiment plat. Je ne me souviens même plus de la dernière fois que j'ai fait 10km de plat...

Oups! J'ai oublié de prendre une photo à 2500km pile Depuis le petit ferry gratuit

Toujours entre les deux villes à 17h10, je casse le câble du dérailleur. Il était effiloché avant même que je parte donc j'en avais acheté un de rechange. Je répare ça en 23mn chrono avec un peu de lubrifiant dans les gaines comme les pro!
En arrivant à Marazion, petit bled avant Penzance, je crois m'être trompé de chemin et être arrivé au Mont Saint-Michel... En fait, le Mount Saint Michael qui a été construit à l'image du mont français et où l'on envoyé les moines à punir!

Le mount saint Michael qui ressemble à s'y méprendre à un truc déjà vu chez nous...

De là, il y a encore une dizaine de kilomètres plats qui longent la côte mais le vent d'ouest est assez fort, une quinzaine de noeuds. Je l'ai de face au début puis la côte tourne et ça va mieux. Après Penzance, il faut pénétrer dans les collines et sur les dix derniers kilomètres, il y a deux pentes à 15-20% sur 7-800m. Pour une fois, on est dans les bois pas dans les champs, ça change un peu.
À 106km, je croise un camping, j'avais prévu de faire 110 et de m'écarter de la route (avec une nouvelle colline à franchir) pour camper mais du coup, jepréfère m'arrêter là. De toutes façons, je dois être à 10km de Land's End donc je suis tranquille pour demain.
C'est 10£, il y a de la place. Les sanitaires ne sont pas follichons mais ça fera l'affaire. Seul hic, il n'y a pas de réseau téléphonique. Je comptais appeler Sandrine pour la météo. Aux dernières nouvelles, ils annonçaient des averses demain matin et j'aurais voulu des précisions. Tant pis, faudra improviser. De toutes façons, demain je n'ai que 30km à parcourir, alors je pourrais bien attendre que la pluie cesse. D'ailleurs je vais commencer par faire grasse matinée!
Il faut que je précise qu'aujourd'hui, je me suis rapproché de la mer à plusieurs reprises et que toutes ces collines en bord de mer donnent des points de vue vraiment sympathiques.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2667: Dimanche 17/08/2014

Je me suis réveillé vers 4h, je n'arrivais plus à dormir. Du coup, j'ai lu pendant deux heures et j'ai mangé mes cookies prévus pour le petit déjeuner. Puis je me suis re-réveillé vers 10h. J'avais une petite barre de réseau donc j'ai appelé Sandrine qui m'a donné la météo: plus de pluie pour aujourd'hui (il a plu une bonne partie de la nuit). Je me mets donc tranquillement en route. Je croise un groupe de six cyclistes français aux lavabos du camping. Ils font une dizaine de jours en Cornouaille.
Je prends la route vers 11h, il reste 12km avant Land's End. Le vent d'ouest est assez fort mais surtout il se met à pleuvoir pendant une heure. Pas une énorme averse mais avec le vent, c'est suffisant pour être trempé. Ça n'empêche pas d'avancer et vers midi, à un moment, la route s'arrête! Ça y est, je suis au bout du chemin. Un petit moment de satisfaction face à la tâche accomplie: 2680km jusqu'ici!

C'est expliqué sur le panneau: c'est la fin de la route! Monument à touristes incontournable

Les anglais ont transformé ce point le plus à l'ouest de leur île principale en parc d'attraction et l'endroit est vraiment désagréable à visiter. Il faut même payer pour se prendre en photo près du fameux panneau kilométrique. J'achète tout de même quelques cartes postales et une glace avant de m'éloigner de ce sinistre endroit. Autour, en marchant (ou en roulant) un peu, la nature est magnifique, les falaises, la végétation, la mer et on est y vite tranquille puisqu'on ne peut y accéder en voiture.
Je prends ensuite le chemin du retour, il reste quelques côtes dont la Cornouaille a le secret mais rien ne m'arrêtera plus, d'autant que le soleil est revenu. Je retourne à Penzance, par la même route qu'hier, où je fais des courses pour demain et je prends une bouteille pour Mark, mon hôte de ce soir. Je récupère aussi mes billets de train achetés sur internet. Puis je me dirige vers la maison de Mark à 5km de Penzance dans les collines qui vont vers Saint-Ives.

Land's End avec un rayon de soleil Une des nombreuses criques de l'extrémité de la Cornouaille

Aujourd'hui, je fais un peu moins de 50km, du coup, je prends mon temps et c'est agréable de temps en temps. J'arrive chez mon hôte à 17h30, il vit avec sa femme et leur chien. Ils ont un grand jardin avec vue sur le mount saint Michael, des poules et un chouette potager. On partage un très bon repas et des histoires de voyage. Et vers 22h, nous sommes tous au lit. Je lis pendant deux heures avant de me coucher.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2716: Lundi 18/08/2014

Je me réveille vers 8h, je traîne un peu, prends exceptionnellement un petit déjeuner (je dis ça mais pendant ce voyage, j'en ai pris beaucoup. Par contre, je n'en prends pas à la maison), discute un peu avec Mark, joue avec Mojo, le chien et prend la route vers 9h30. J'ai 5km jusqu'à la gare de Penzance et un direct à 10h47 pour Londres.
La première heure, le train parcourt le même chemin que j'ai accompli en sens inverse en 2 ou 3 jours. Je revois plein de choses, déjà un peu nostalgique. Ensuite j'écris ces lignes, je lis "Cloud Atlas" que j'ai acheté sur la route, d'après les recommandations de Paul de Lancaster. Et puis, dans cette compagnie de train (First great western), ils ont carrément des écrans individuels comme dans les avions. J'en profite un peu pour regarder des sketches d'humoristes qui me sont parfaitement inconnus.
Après avoir mangé ma salade et mes indian delicacies, je m'endors jusqu'à la fin du trajet... Arrivé à Paddington, je me dirige vers le point de rendez-vous qu'on s'est fixé avec Tim. Tim est un cycliste qu'on a hébergé au printemps avec son pote Roy. C'est même lui qui m'a motivé pour faire ce voyage. Ça tombe donc plutôt bien que ça se termine presque chez lui. J'arrive un poil avant lui au rendzez-vous. J'en profite pour lui acheter une bouteille et quand il arrive, on part vers son appartement un peu plus loin. C'est marrant, avec warmshowers, on ne voit la plupart des gens qu'une fois mais avec certains, on a tout de suite l'impression qu'on se connait depuis très longtemps. C'est le cas avec Tim et également avec Kat & Vern que j'avais revu à Glasgow et chez qui je vais demain.
Tim vient de faire une heure de fitness et me propose d'aller au sauna dont dispose son immeuble! Parfait, on se fait 20mn de sauna en discutant vélo bien évidemment puis une douche. Pour la soirée, Tim a deux autres invités, des amis londoniens. L'un deux est journaliste sportif et on doit donc écouter le match de foot de Chelsea à la radio pour qu'il ne soit pas larguer dans son boulot. Ça n'empêche pas de discuter et de plaisanter tous ensemble en mangeant les pizzas que Tim nous prépare. Il a fait sa pâte, sa sauce et les garnit au fur et à mesure, et c'est délicieux.
À la mi-temps, les deux comparses s'en vont et on reste à discuter vélo, boulot et politique pendant deux heures. On a, encore, énormément d'idées en commun et on se file plein de références d'ouvrages auxquels jeter un oeil.
Vers 23h30, Tim part dans sa chambre, j'installe mon petit campement au salon (c'est un appartement partagé mais le coloc est en vacances) et on lit un peu avant de se coucher.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

La carte du voyageThe map

km 2728: Mardi 19/08/2014

Je me lève à 8h30, on partage un rapide petit déjeuner et vers 9h, Tim se dirige vers le lounge de son immeuble. Il n'a pas accès à internet depuis son appartement mais il y a donc un lounge avec wifi. Tim travaille à son bureau ou depuis chez lui mais il doit pouvoir répondre à ses mails à partir de 9h.
Moi, j'ai 70km à faire donc je vais profiter de la matinée pour faire des amplettes. Dès 9h, je me dirige vers le vieux Spittalfield Market. Malheureusement, c'est encore un peu tôt et, presque tout est fermé. Je pars alors vers Camden Market et quand j'arrive, un peu avant 10h, la pluparrt des commerçants sont en train d'ouvrir. J'y passe presque une heure et demi (un exploit pour moi) et après beaucoup de repérages, je repars avec quatre t-shirts pour moi (dont un avec un godzilla en moumoute léopard quand même!!), trois pour Sandrine, deux cartes postales et une paire de lunettes.
Ensuite, je retourne chez Tim récupérer mes affaires. On se salue et je reprends la route vers 12h30 vers Crawley, Kat & Vern. On a déjà fait cette route en septembre dernier avec Sandrine et Carlo mais j'ai voulu essayé une variante. Comme je n'ai pas emmené de carte du secteur, c'est pas très malin et je m'égare à mi-chemin. Je trouve assez rapidement un vélociste sur le chemin et je lui demande s'il peut m'indiquer la route. Il connait la route 20 que je suivais jusque là et possède une carte détaillée du secteur qu'il me laisse prendre en photo donc je suis de nouveau en selle même si je dois d'abord suivre un gros axe surchargé avant de retrouver le calme des petits chemins.

Photo avec Tim, un camarade de route cyclable

Le reste se passe sans encombre. Bien sûr, la grande banlieue de Londres manque cruellement de charme après l'Irlande, l'Écosse, le Pays de Galles et les parcs naturels mais elle a l'indéniable avantage d'être presque plate.
J'arrive à 18h30 chez Kat & Vern. Vern finit de travailler à 21h mais il y a déjà du monde: un colocataire, un couple d'amis de la maison et deux filles de passage rencontrées sur couchsurfing, plus moi, un chat et donc bientôt Vern, ça fera 8 humains et un félin. Avec un mélange de nationalité: anglaise, espagnole, polonaise, tchèque, canadienne et française!! Ça ne fait que trois fois que nos chemins se croisent mais je sais que je suis ici comme à la maison, j'en profite donc pour emprunter la tondeuse pour arriver un peu plus propre à Merlimont. Celia, la voyageuse espagnole m'aide à raser les poils que j'ai manqué derrière.
Puis quand je sors de la douche, il est l'heure de manger. À peu près tout le monde a préparer quelque chose à manger (sauf moi qui suis arriver un poil tard et Vern qui bosse encore) et on a donc plein de plats de plein de nationalités, c'est super bon et on passe vraiment une chouette soirée. On la finira en jouant à des jeux de lettres jusqu'à 1h du matin. Après ça, tout le monde ira se coucher et je profiterai de l'ordinateur de la maison pour préparer la route de demain vers Brighton puis Newhaven et ensuite depuis Dieppe vers Merlimont.

Kat, Vern & toute la clique du soir

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 2809: Mercredi 20/08/2014

Je me lève à 8h30 pour dire au revoir à Kat qui part bosser à 8h50. Ensuite, on passe la matinée tranquillement à discuter avec Vern. Je tente une petite opération sur mon pédalier qui s'avèrera peu fructueuse mais pour le moment il fait quand même un peu moins de bruit. Le problème est que je n'ose pas tenter trop de choses car je veux être sûr de pouvoir effectuer les 160 derniers kilomètres.
Vers 12h15, je prends la route vers Brighton (à 40km) et Vern m'accompagne sur les 10 premiers pour me montrer comment sortir aisément de la ville. On roule ensemble, on discute, c'est plaisant.
À un moment, quand même, il doit partir travailler et il rebrousse donc chemin. Moi, je continue. La météo annonce du beau temps et pour l'instant, c'est pas mal et il ne fait pas trop chaud. Il n'y a toujours pas grand-chose à voir sur la route mais au moins ce coup-ci, je ne me perds pas. Je ne me suis même pas servi de mes préparations, j'ai juste repris la route qu'on avait empruntée avec Sandrine l'année dernière.
J'arrive à 15h à Brighton et j'ai donc huit heures à perdre avant le ferry qui part de Newhaven à 17km de là. Je marche donc un peu au ralenti dans la ville en poussant mon vélo (c'est toujours un peu galère de flâner avec le vélo plein) jusqu'à tomber sur un marchand de glaces où j'entre et commande un milk-shake juste au moment où débute une grosse averse. Ça doit faire cinq jours maintenant que la météo annonce du beau temps et que, chaque, j'essuie des averses. Enfin, aujourd'hui, j'évite celle-ci en écrivant ces lignes et en sirotant mon milk-shake.
Après le milk-shake et l'averse, je continue mais petites pérégrinations dans Brighton jusqu'à l'heure du dîner où je me pose dans un petit restaurant japonais où je me fais plaisir en commandant 餃子gyoza, たこ焼きtakoyaki et un 牛丼gyudon.
Après ce bon repas, je traîne un peu sur le pier de Brighton et je reprends la route vers Newhaven sous le coucher du soleil. C'est joli et ça conforte cette idée de fin du voyage (l'image du lonesome rider qui part dans le couchant, ça fait Lucky Luke quand même).

I'm a poor lonesome rider... ... and a long way from home

Il y a 17km et faire et une falaise à franchir, le bateau part à 23h, donc j'ai largement le temps. Il fait vite noir mais je suis équipé donc tout va bien. Les ports sont toujours bien indiqué donc j'y arrive sans problème très vite.
Il y a étonnament beaucoup de cyclistes dans ce bateau. Je suis d'abord laissé à l'écart par ceux-ci probablement parce que ma monture leur laisse croire que je ne suis pas capable de rouler très longtemps, j'imagine... Néanmoins, un couple d'allemand finit par m'aborder (et m'inclure au groupe) et il s'avère que je suis celui qui a fait le plus de kilomètres cet été (ce n'est pas un concours dans mon esprit, mais je m'efforce de répandre l'idée qu'il ne sert à rien d'avoir toujours le dernier gadget dernier cri pour effectuer n'importe quelle tâche. Et c'est bien sûr, bien évident également pour les voyages à bicyclettes).
Le bateau partira à l'heure, il n'est pas trop rempli. On peut dormir dans des sièges inclinables comme dans le premier ferry que j'avais emprunté dans ce périple pour me rendre en Irlande.
Je tâche de m'endormir rapidement car la nuit va être courte.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

La carte du voyageThe map

km 2884: Jeudi 21/08/2014

À 3h15, les jingles du ferry nous annoncent que la nuit est terminée. On pourrait dormir encore près d'une heure mais ils préfèrent nous annoncer que les boutiques sont ouvertes! De toutes façons, je ne m'attendais pas à dormir mon quotat d'heure.
Je sors sur le pont pour que l'air marin me réveille et là, je finis la traversée en discutant avec d'autres voyageurs, certains à vélo, d'autres en camion.
On débarque vers 4h15 à Dieppe, il fait encore noir. Chose rare, ils font descendre les vélos en premier. Pour rentrer à Merlimont, il me suffit de longer la côte vers le nord. En d'autres termes, tant que je vois l'océan sur ma gauche, j'avance dans la bonne direction. Il faut juste faire attention, ici, on roule à droite!
Au bout d'une heure, jeme rends compte que ma roue avant est voilée (je pense que la bicyclette est tombée dans le ferry), et je m'arrête sous un lampadaire pour la remettre droite.
Sinon, la route se passe bien, c'est presque plat et à ces heures, il n'y a pas de circulation. Quand le soleil se lève, j'ai déjà parcouru 40km. Je me suis concocté un itinéraire évitant au maximum les grands axes et je roule donc principalement à travers champs, ce qui est sympa sauf les fois où je passe littéralement à travers des champs par des chemins boueux empruntés uniquement par des tracteurs...
J'arrive vite en Baie de Somme où je suis rejoint par quelques ondées. La route est désormais totalement plate et j'avance avec une vitesse proche de 30km/h. De telle sorte que j'arrive à Berck vers 10h30. Je passe saluer JC à Babakite et je vais me chercher un chocolat chaud à l'Univers.
J'ai comploté avec Pascal ces derniers jours pour qu'il convie Sandrine ce midi pour manger avec des potes pendant que de mon côté, je faisais passer l'idée que je n'arriverais à Merlimont que dans quelques jours. De telles sortes que quand elle arrive à midi, elle est un peu surprise de me voir (un peu seulement car quelqu'un lui avait mis la puce à l'oreille par inadvertence).
Donc on se fait une petite bouffe avec Sandrine, Audrey, JC et Pascal et vers 14h30, j'accomplis les derniers 10km qui me séparent de la maison à Merlimont et de Carlo.
C'est la fin de ce périple, après 40 jours et 2987km.

Toutes les photos de la seconde partie de la route anglaise sont ici!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!