Rosslare-LarneRosslare-LarneRosslare-Larne
470Km - 6 jours470Km - 6 days

La carte du voyageThe map

OOPS!

Sorry, it appears we have still a lot of work to do on this website and we have not yet written those parts in english.
That is a shame and rest assured we are not proud of that.

Nevertheless, if you want to know more about us, there are two ways: either you wait some time because we are bound to write this page in english OR (and I think it is the best solution) you learn french and start reading superwanchan.org in its original form!

(2014/07/13)

km 0: Dimanche 13/07/2014

Cette nuit, j'ai poussé les préparatifs du voyage jusqu'à 3-4h. Ensuite Carlo nous a fait une petite crise d'insomnie et en à profiter pour nous réveiller. De toutes façons, debouts à 5h et Sandrine m'emmène en voiture à Paris. Le temps est pourri: pluie, brouillard et obscurité. Ça ne nous empêche pas d'arriver trois quarts d'heure à l'avance. Le train a un peu de retard mais j'ai beaucoup d'avance sur la suite donc pas de souci et on en profite pour prolonger nos au revoir. Carlo ira jusqu'à vomir en signe de ??? (enfin on ne l'appelle pas Vomito pour rien).
Je serais bien incapable de vous raconter le trajet en train car j'ai dormi d'un bout à l'autre (en me réveillant quand même de temps en temps quand ma tête tombait contre la fenêtre).
Une fois à Cherbourg ma mission était de trouver un sandwich pour le soir et le port. À la sortie de la gare, on voit déjà le ferry marqué STENA LINE en grand sur le flanc donc la moitié de la mission était offerte. Par contre, trouver un commerce ouvert un dimanche à Cherbourg est plus compliqué. Il n'y a, de prime abord, que les restaurants le long des quais.

Le théâtre de Cherbourg

En fait, le centre n'est pas très grand et à vélo j'ai assez vite trouvé les deux boulangeries ouvertes qui proposent une bonnes variété d'en-cas. Donc je suis prêt et à présent, j'attends au check-in du port. Le bateau doit lever l'ancre à 16 heures.
En fait, le bateau partira à 16h, heure irlandaise, c'est à dire 17h. C'est pas bien grave. Bien sûr, j'ai refait quelques heures de sieste dans le bateau. Et je me suis réveillé juste à temps pour aller voir le remake de "un jour sans fin" avec des aliens, des soldats améliorés et Tom Cruise à la place de Bill Murray (on perd au change), le tout appelé "the edge of tomorrow".
En fait, c'était pas mal du tout. Spécificité notable: contrairement aux films d'action des dix dernières années, on n'avaient pas les monstres méchants qui faisaient de la lumière rouge contre les monstres gentils qui faisaient de la lumière bleue. Non, monstres à lumière bleue et monstres à lumière rouge étaient méchants ensemble, même si les bleus faisaient plus peur. Désolé pour les spoilers... Sinon j'ai mangé mon sandwich qui était très bon et je vais dormir au dortoir des sièges inclinables. Ça ressemble un peu à un avion (sans les écrans).
Quand je suis sorti du cinéma, c'était la finale de la coupe du monde de football, ça motivait à peu près tout le monde à bord. Moi, encore une fois, je n'étais même pas au courant. Faudra que je raconte à quel point n'avoir ni la télé, ni le téléphone et ne pas écouter la radio est agréable. J'ai juste un module GPS dans mon appareil photo pour pouvoir localiser chaque cliché. Bon je lis un peu le monde diplomatique et ensuite je vais me coucher dans mon faux avion.






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 8: Lundi 14/07/2014

Pas trop de problème pour dormir dans le ferry. Le seul hic c'est que j'avais les genoux collés au siège de devant et en me réveillant, ils étaient pas mal douloureux. Pas vraiment les conditions idéales avant de commencer un périple à vélo...
Le bateau qui était parti avec une heure de retard est arrivé avec 30mn d'avance au port de Rosslare et le temps de placer convenablement tous les bagages sur le vélo, j'ai pris la route à 9h00. Les Irlandais sont bien élevés, ils laissent les vélos sortir en premier des bateaux.

Juste après avoir débarqué, je m'apprête

Le début de la route se fait sur une voie un peu chargée mais avec de la place pour les vélos. Le temps est gris avec quelques embruns et on sent bien que ça pourrait partir dans un sens comme dans l'autre. Après une vingtaine de kilomètres, je sors des grands axes pour venir longer la côte.
À partir de là, les routes sont assez calmes et, ce qui est encore mieux, les automobilistes aussi. Pas de dépassement sans prendre ses distances, pas de klaxon quand on ne peut pas doubler et s'ils ne sont pas sûrs de pouvoir passer, ils ralentissent et ils attendent qu'il y ait la place. Ça parait con d'écrire ça mais après deux ans dans le Pas-de-Calais, ces trois comportements semblent un idéal très difficilement atteignable!
La route est assez facile, néanmoins ça ne fait que monter et descendre sans jamais aller trop haut mais ça fatigue tout de même un peu. J'ai croisé une quinzaine de voyageurs à vélo sur la journée. J'ai donc bien choisi mon chemin ou alors c'est la vélorution en Irlande partout dans le pays.

Une petite pause bien méritée Toujours eu un faible pour les petites rivières

J'avance vite, à 14h j'ai passé les 80km et enfin j'ai de beaux points de vue sur l'océan. Jusque là, on l'entre-apercevait à travers les arbres tout au plus.
De ce que j'ai vu jusqu'ici, l'Irlande c'est très vert et du coup il y a beaucoup d'arbres ou de buissons le long des routes et du coup on a des fois du mal à bien voir les paysages qui sont assez magnifiques par ailleurs.
J'arrive à 16h dans la ville de Wicklow qui est petite mais très colorée. J'ai rendez-vous à 17h avec Julian, un cycliste dégoté sur warmshowers, qui va m'emmenait chez lui pour la soirée. J'en profite pour me reposer et faire un tour rapide de la ville. Julian arrive juste à l'heure, le courant passe tout de suite très bien et je le suis vers sa demeure.

La ville de Wicklow

Les dix premiers kilomètres se passent très bien, on monte dans les collines et je commence à fatiguer musculairement. Ensuite arrive un kilomètre et demi à 12% dont j'avais été prévenu mais quand c'est trop, c'est trop et j'ai dû finir en poussant le vélo. Ce n'est pas extrêmement glorieux mais on n'est pas là pour la gloire et au final j'ai fait 128km en un peu moins de neuf heures, je suis déjà bien content.
Les Irlandais (au moins à la campagne) ont des maisins très grandes qui ressemblent à celles des hobbits sauf qu'elles ne sont pas sous terre. Celle de Julian, où il vit avec sa mère, présente un très long couloir avec dix ou douze pièces attenantes.
Je prends une douche, Julian nous fait à manger des pâtes, des légumes avec un peu de viande de cochon. En dessert, on partage des fraises avec de la glace à la menthe.
[Ça me fait penser que, sur la route, j'ai acheté des framboises et des fraises chez un petit vendeur. J'ai mangé les premières mais dans l'après-midi quand j'ai voulu prendre les fraises, je me suis rendu compte que je les avais écrasées dans le sac et qu'elles faisaient plein de jus! Heureusement, il y avait un sachet et j'ai limité les dégâts dans le sac. Mais j'ai dû les manger sous forme de compote. Je comptais les offrir mais du coup, j'ai acheté du cidre à Wicklow.]
Après manger, nous sommes allés (Julian, sa maman et moi) nous promener à Glendalough: la vallée des deux lacs. C'était super beau et intéressant. Une très bonne soirée donc.

Avec Julian et sa maman à Glendalough Les lieux ancestraux de Glendalough

Julian est un cycliste très très expérimenté qui a fait de longs périples en Asie, en Afrique et en Amérique notamment. C'est un peu un rituel entre membres de warmshowers, on compare nos expériences, et, face à Julian, je ne suis encore qu'un jeune débutant!!
Sa maman était très sympathique et accueillante également, elle m'a raconté notamment des tas d'anecdotes et de légendes sur tous les endroits où nous nous sommes promenés.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 136: Mardi 15/07/2014

On prend le petit déjeuner à 8h avec Julian, je le remercie grandement et je prend la route vers 9h15. Il m'a préparé un petit sac pour la route avec une pomme, des mc vities à l'orange et des barres de céréales. Vraiment un chouette hôte!!! Aujourd'hui direction Dublin. En partant du haut de ma grande colline, le début de la route est aisé, ça descend.

Du haut de la colline

Après 25km, vers Greystones, j'avais reperé sur internet un chemin des falaises sur 6km, je ne suis pas sûr de pouvoir le faire à vélo mais ça avait l'air joli et les voitures n'y ont pas accès. Effectivement, c'était très beau. Quant à le faire à vélo, pas forcément recommandable mais ça passe tout de même. Beaucoup de gravier, pas mal de pierres, quelques escaliers avec des marches de 10 à 30cm (un peu compliqué en portant une bicyclette chargée) et beaucoup de ronces! Mais ça valait le coup. En plus, le ciel est dégagé, les photos sont belles.

Au loin: Greystones Le chemin des falaises

Le chemin arrive dans la ville de Bray. Ensuite, jusqu'à Dublin, c'est 20km où il faut longer une grosse artère. Il y a une piste cyclable qui est bien foutue mais ça fait du bruit et ça pue quand même.
J'arrive à Dublin à 13h et je visite le centre-ville jusqu'à 19h, heure de mon rendez-vous avec mes hôtes du soir. Bien sûr, j'ai tous mes bagages et ce n'est pas évident pour faire du tourisme. Je suis obligé de laisser tout l'équipement de camping dans le panier et du coup, j'essaie de ne jamais m'éloigner trop du vélo, au cas où...
Le centre-ville n'est pas très grand, il y a trois petits quartiers piétons. Les six heures dont je dispose me permettent donc d'avoir un bon aperçu de la ville et j'en profite aussi pour prendre une limonade dans un bar et écrire ces lignes.

Une rue de Dublin

À 19h, je vais à l'appartement de Sarah et Baptiste, mes hôtes de ce soir, deux français vivant à Dublin. Ils sont en retard et j'attends un peu devant chez eux, en imaginant quelles sont mes options si je ne les retrouvais pas. Mais bientôt Baptiste m'interpelle, tout va bien.
On prend un petit apéro avec du saumon fumé et du cidre que j'ai apporté, on mange (riz, beans et oeufs: très brittish pour des français en Irlande) et puis Baptiste m'emmène visiter des quartiers de Dublin que je n'avais pas encore vus [je fais un bref aparté pour dire qu'il est 16h15 quand j'écris ces lignes, je suis dans un pub et tout le monde mange frites, omelettes, poissins, etc... moi je n'en suis qu'au goûter: coupe glacée avec gelée, coulis, fruits frais, fruits pas frais et chantilly].
On se balade presque deux heures pendant que Sarah participe à un match de badminton. Ensuite on se rejoint chez eux pour boire un thé, moi je fais quelques trucs sur internet et au lit vers minuit.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 194: Mercredi 16/07/2014

Sarah et Baptiste doivent partir travailler vers 8h45. Je me lève à 8h, refait le lit puis on partage un rapide petit déjeuner avant de tous quitter l'appartement à vélo.
La sortie de Dublin est presque aussi désagréable que l'entrée. À noter que je suis passé juste devant l'aéroport et avec un timing parfait un avion m'a survolé avant de se poser 300m plus loin. J'avoue que c'était impressionnant.
Après une quinzaine de kilomètres, je retourne sur des petites routes moins fréquentées et plus sympas. Je continue de longer la mer plus ou moins vers le nord et les routes continuent de monter et de descendre. Finalement, tant que les pentes sont inférieures à 4-5% ce n'est pas trop désagréable et ça offre par moments de beaux points de vue.

Le long de la côte

Un peu avant 13h, j'arrive à Drogheba. C'est une jolie petite ville dotée d'un viaduc ferroviaire en pierre. C'est assez fréquent en Irlande et au Royaume-Uni. Ça crée un certain charme, je trouve. J'ai fait 60km et j'en profite pour faire ma pause déjeuner. Il me reste une pomme, deux granola squares aux fruits (pas la marque de biscuit, ce sont des espèces de crumbles avec des céréales à la place du beurre (y'a quand même un peu de beurre)) et quelques せんべいsenbei que j'avais acheté la veille à Bray dans une épicerie asiatique dans un sens interdit.
Je repars reposé et repu, traverse une quinzaine de kilomètres de champs avant d'arriver dans la baie de Dundalk (je ne connais pas le nom officiel de l'endroit, mais c'est une baie et la ville de Dundalk est au bord). Je vois la ville de l'autre côté. Il me reste donc le tour de la baie à effectuer.

La baie de Dundalk 1 La baie de Dundalk 2 La baie de Dundalk 3

La première moitié peut se faire au ras de l'eau et c'est vraiment joli avec les montagnes au fond et l'énorme baie devant. Il y a un peu de vent dans le mauvais sens mais rien d'insurmontable. Après un certain temps, je réalise que ces belles montagnes, il faudra les franchir demain pour se rendre en Irlande du Nord. On verra donc devant si je les aime encore autant...
Sur les derniers kilomètres, on ne voit plus la mer et la route est pas mal fréquentée. C'est souvent comme ça l'entrée des villes mais ça ne dure pas trop longtemps.
J'arrive vers 15h30 près de la maison d'Amy, une malaisienne qui m'hébergera ce soir. Je lui ai dit que j'arriverai vers 18h donc je prends le temps de m'étirer et je rentre dans ce fameux pub avec les glaces à la gelée et les gens qui dinent à 16h.

Je travaille assidûment avec ma glace à la gelée

À 18h, je me pointe à la maison. C'est un colo malaisien qui m'ouvre. Il ne parle pas encore très bien l'anglais mais il m'explique qu'ils sont 6 colocs malaisiens dans la maison et qu'Amy n'est pas encore rentrée. Puis il l'appelle (au téléphone) et me la passe. Elle me prévient qu'elle ne sera pas là avant une heure mais elle m'a laissé des draps et une serviette dans le salon qui sera ma chambre pour la nuit.
J'en profite pour prendre une bonne douche. Ensuite je fais un peu de mail et je vérifie la météo. Beau pour demain mais ça se gâte ensuite...
Jef (le coloc de tout à l'heure) m'expliqe où aller pour trouver à manger pas loin de la maison. C'est une petite zone commerciale mais au Royaume-Uni, tout est fermé à 17h. Il est 19h donc il reste un supermarché et un KFC. Alors, KFC pour ce soir, je crois bien que c'est la première fois que j'y allais. Eh bien pour 8€, j'ai eu droit à une frite, 1 sprite, 1 aile de poulet frite, 1 demi épis de maïs et un hamburger au bacon et au poulet. Bon je n'ai pas tout fini mais c'était tout de même bon. Malgré tout, j'ai pris une glace aux skittles en dessert. Un peu pour finir ma monnaie en euro (je suis à 10km de la frontière), probablement par gourmandise aussi.
J'ai été faire un petit tour au supermarché aussi. Je n'ai besoin de rien mais j'aime bien aller au supermarché à l'étranger. J'ai pris un paquet de Mc Vities orange/chocolat. C'est nouveau (enfin, ça existait avant mais ils avaient arrêté d'en produire pendant plusieurs années) et ce sont mes préférés de leur gamme. Ce sera pour le petit déjeuner. Il me reste 43 cents. J'achèterai une carte postale demain et mission accomplie.
Je rentre à la maison et Amy n'est toujours pas là. J'en profite pour lire le monde diplomatique de juillet et continuer mes cours de coréens que j'ai emmenés (les longues journées de bicyclette sont parfaites pour mémoriser du vocabulaire).
Finalement, elle arrivera vers 23h, elle était coincée au boulot. Du coup, on n'aura pas beaucoup le temps de discuter mais c'est comme ça. En tout cas, elle est très joviale et accueillante et c'était super sympa de discuter à trois avec son coloc Jef.
[Je dois faire une aparté pour dire que les asiatiques quand ils sont à l'étranger, ressentent (pour la plupart) le besoin de changer de nom et prennent un nom classique américain. C'est sûr que c'est généralement plus facile à retenir et à prononcer mais ça m'a toujours fait bizarre.]

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 294: Jeudi 17/07/2014

Comme j'avale les kilomètres assez rapidement et que j'arrive à destination très tôt, j'ai décidé de faire grasse matinée. Je me lève à 9h pour un départ à 10h. Personne n'est réveillé dans la maison donc j'en profite pour réorganiser un peu mes bagages. Les malaisiens m'ont donné le code de l'alarme pour pouvoir sortir sans réveiller tout le quartier et juste au moment de partir (9h59), Amy descend me saluer.
À 10mn de la maison, c'est le centre de Dundalk où j'achète une carte postale avec mes 43 cents (elle en coûtait 45 mais j'ai expliqué mon cas à la dame et elle a gentillement accepté de me faire une ristourne de 2 cents).
Ensuite, il faut sortir de la ville, traverser les montagnes et la frontière et redescendre en Irlande du Nord. Eh ben je me suis perdu tout de suite. J'ai testé une route un peu au feeling, ce n'était pas celle que j'avais repérée. Mais je m'en suis rendu compte à 150m d'altitude donc je n'avais pas trop envie de faire demi-tour. Bien évidemment, parmi les 11 cartes routières que j'ai achetées pour le voyage, seule l'Irlande du Nord n'est pas couverte. Du coup, j'ai navigué dans les montagnes avec ma boussole et mes vagues notions géographiques du pays.

Les montagnes autour de Kilcurry

Toujours est-il qu'à la sortie du village de Kilcurry (quel drôle de nom), il y a un magasin de jouets. Les dames y sont très gentilles et m'ont indiqué comment me rendre à Newry (la première ville d'Irlande du Nord par laquelle je compte passer) sans redescendre ce que j'ai déjà monté et sans faire trop de détour. Néanmoins la route est un axe routier assez chargé avec certains automobilistes qui roulent très vite. Mais j'arrive tranquillement à Newry. Donc je suis entré au Royaume-Uni. À partir de là, existe le National Cycle Network (NCN pour les accros des acronymes). Tout un réseau de voies et pistes cyclables dans tout le royaume (pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais). Des milliers de voies balisées à travers tout le royaume dont un tiers sur des voies inaccessibles aux voitures et le reste sur des voies à accès restreint. Le paradis, en gros.
Bon des fois, il y a des problèmes de balisage mais avec les cartes qui vont bien, on s'en sort toujours pas trop mal.
À partir du centre de Newry, je prends donc la route n°9 qui longe une rivière pendant très longtemps. Route plate, pas de voiture, c'est parfait.
Au km 50, j'arrive le long des lacs de Craigavon, c'est sympa mais il y a un problème de balisage et je perds la route. J'ai bien dit qu'avec la carte qui va bien, on s'en sort toujours mais j'ai aussi dit que je n'ai pas de carte de l'irlande du Nord!
Ce coup-ci, je n'ai même pas sorti ma boussole (en tant qu'astronome amateur, je ne sais même pas pourquoi je l'avais sortie plus tôt), je suis parti dans la direction approximative de Belfast et au premier carrefour, j'ai vu un panneau indiquant un office de tourisme qui m'a mené à un deuxième puis un troisième et quand je commençais à renoncer à aller jusqu'à l'office demander ma route, je suis tombé sur un panneau de la route n°9. J'avais donc retrouvé ma route que je n'ai plus perdue jusqu'à la fin.
[Plus tard, Sam, mon hôte du soir m'indiquera qu'il s'est déjà égaré au même endroit. Donc quelqu'un a dû saboter un panneau quelque part, grrr!]
À partir de là, la route recommence à monter et à descendre mais ça ne me fait plus peur maintenant. Le seul truc qui me fait peur cette après-midi, ce sont les grandes lames effilées de l'engin agricole qui a frôlé mon bras sans crier gare. À part ça, tout alla bien.
D'après mes préparations de route, j'avais 95km à parcourir pour aller chez Sam donc au km 90 quand je voyais les panneaux "Belfast: 17", j'étais un peu songeur. D'autant qu'ici, les distances sont en miles. Au fur et à mesure des indications, j'ai bien dû me faire à l'idée que je m'étais planté quelque part. J'étais quasiment sûr de la route donc c'était le kilométrage.
Finalement j'ai fait 120km. En hommage à Sandrine, je fais plusieurs heures sup par jour et moi non plus je ne suis pas payé!
À 18h05, je suis chez Sam qui est avec sa petite amie. Je comprends assez vite qu'ils préféreraient ne pas être dérangés. Ils me laissent les clés de la maison et après une douche, je pars manger en ville un bon hamburger à l'ananas dans un grill un peu fancy et très bon. Par inattention, je l'ai pris au poulet au lieu d'avoir un bon steack de boeuf mais c'était quand même super bon.
En rentrant, je fais encore un peu de mail et je me rends compte que (petite révolution) désormais sur google maps (désolé pour la pub) les itinéraires pour vélo sont complétés par une carte topographique avec un schéma donnant la courbe de l'altitude tout au long du chemin. L'outil parfait pour un cycliste qui prépare sa route. Jusque là, je le faisais tout seul en jonglant avec plusieurs sites et logiciels mais là je vais désormais gagner des heures. En contrepartie, les anciennes cartes sur superwanchan ne fonctionnent plus et il va falloir de nouveau les encoder.
Après ça, la copine de Sam est rentrée chez elle donc on discute un peu avec Sam, il est cartographe géologique et a beaucoup voyagé en Europe à vélo.
Puis je viens écrire un peu ces notes et je lirai le diplo, ferai du coréen et me coucherai pas trop tard. Demain debout 8h30.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

km 414: Vendredi 18/07/2014

Aujourd'hui je me rends à Larne, petit port à 45km de Belfast d'où je prendrai un bateau samedi matin. Je m'arrange donc avec Sam pour laisser mes affaires chez lui pendant la matinée pour pouvoir visiter Belfast tranquillement avant de prendre la route.
Le centre-ville n'est pas très grand et de 9 à 12h j'ai suffisament de temps pour en faire à peu près le tour. Sans bagage, c'est assez agréable d'autant que la pluie annoncée toute la journée sera finalement juste deux averses de dix minutes que j'ai plus ou moins bien réussi à éviter.

Le poisson de la connaissance de Belfast

Pour tous les fans de Céline Dion et Leonardo DiCaprio qui me lisent (et je sais qu'ils sont nombreux), sachez qu'à Belfast, il y a un musée, plusieurs sites et quelques chemins balisés dédiés au Titanic, sa construction, son histoire, son naufrage, etc... Je n'ai vu que les pubs donc je ne peux pas vous en dire plus mais on dirait que ça fini assez mal.
À midi, entre les deux averses précédemment sitées, je retourne chez Sam et refait mon sac avant de reprendre la route. Je teste pour la première fois mon mode averse: en gros je mets des gros sacs carrefour (encore sorry pour la pub) par dessus mes bagages (les gros sacs qu'ils vendent en caisse, qui sont très résistants et imperméables). Ensuite j'enlève mes baskets, je mets mes tongs (ça sèche beaucoup plus vite) et j'enfile mon poncho de randonnée qui a fait ses preuves en Asie.
Je ne vais pas vous mentir, ça me parait être un attirail parfait contre la pluie mais pour ceux qui ont suivi, finalement il n'a plus plu cette après-midi donc on testera plus tard.
La sortie de Belfast est particulièrement bien fléchée sur des routes interdites aux voitures et ce, pendant quinze kilomètres. Donc tout se passe bien malgré le vent un peu soutenu dans le mauvais sens.

À la sortie de Belfast

Ensuite, j'avais le choix entre deux petites routes avec un point culminant vers 250m d'altitude ou une grosse route presque plate. J'ai bien sûr choisi la presque plate mais il y avait des travaux sur 5km avec une chaussée rétrécie et des trous partout. Autant dire que ce n'était pas la route que j'ai préférée d'Irlande. Ceci étant après une dizaine de kilomètres, le traffic a baissé et la fin du voyage a été plus paisible.

Le château de Carrickfergus

Vers 16h30, je suis dans Larne, j'en profite pour acheter des fraises pour offrir ce soir à Andrew et sa famille qui m'accueilleront et pour repérer la route qui mène au port pour demain matin. Je dois embarquer avant 7h donc je ne me laisserai pas trop de marge donc mieux vaudra éviter de se perdre.
Ensuite à 17h, j'entre dans un "café" qui est en fait un restaurant familial où je commande des beignets de bananes accompagnés de glace pour la pure et simple raison que les bananes c'est bon pour les crampes. Et j'attends 18h pour aller retrouver Andrew et sa famille. La maison est facile à trouver et comme indiqué dans son mail, la porte de derrière est ouverte (à noter que celle de devant aussi mais on m'a dit de passer par derrière. Moi j'obéis) et un petit mot m'étant destiné y est accroché. Il dit qu'ils sont partis participer à une course à pied, qu'ils reviennent à 21h et qu'il y a des lasagnes au four et de la salade au frigo. Il y a aussi le code pour le wifi. Je m'en sers et remarque un mail qu'Andrew m'a envoyé dans la journée me parlant de la course et me disant que j'étais le bienvenu pour y participer avec eux et qu'ils partiraient à 17h45. Or dans son précédent mail; il me demandait d'arriver après 18h donc je suis arrivé trop tard. C'est un peu dommage et en même temps, est-ce que ça aurait été une bonne idée d'aller courir 10km après 470km de vélo (avec encore 2500 à parcourir)???

L'arrivée à Larne

Du coup, ça me laisse pas mal de temps. J4en profite pour jouer avec le cocker de la maison puis j'entreprends quelques réglages sur ma bicyclette que je voulais faire depuis quelque temps: remettre les bandes agrippantes correctement, regonfler le pneu avant, resserrer les freins, réhausser la selle et serrer les boulons du garde-boue arrière qui grince depuis un bout de temps.
Ensuite je pars faire des courses pour le lendemain car la météo annonce de grosses averses toute la journée et, par conséquent, c'est plus simple si je ne m'arrête pas sur la route. Ensuite douche, lasagne et salade en lisant mes cours de coréen.
Quand je finis mon repas, Andrew, sa femme Irene et sa fille Erin rentrent de leur course. On fini donc de manger ensemble, on discute et finalement on part boire une guinness dans un petit club du coin. Ils sont vraiment très gentils. Andrew fait beaucoup de vélo, du biathlon et du triathlon et il rêve de partir voyager à vélo mais préfère attendre que ses enfants soient autonomes. Du coup, ils se sont inscrits sur warmshowers, ça leur permet de partager les voyages des gens de passage et ça ouvre une petite fenêtre sur le monde pour leurs enfants.
Après tout ça, il est minuit et je pars me coucher car je me lève à 6h demain.

Toutes les photos de la route irlandaise sont ici!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!