Aventure précédentePrevious adventure:
L'Arctique part1Arctic part1
Aventure suivanteNext adventure:
Suède: le NordSweden part1
Contes Photos
Tromsø
Belle vue depuis le haut de Tromsø
Ancien Kinematograf
Statue de pêcheur à Tromsø devant les montagnes
Le port de Tromsø
Une hache? Ca peut toujours servir...
Belle vue depuis notre auberge
Des trolls à Tromsø
Une église de Tromsø
Explorateur polaire et son bateau
Costumes traditionnels norvégiens
Mosaïque de la ville de Tromsø
Une autre église de Tromsø
La bibliothèque de Tromsø
Mosaïques de la ville de Tromsø
Kiosque à Tromsø
Un peu de pêche
Thomas, kiné, notre sauveur
Balade à vélo autour de Tromsø
Balade à vélo autour de Tromsø
Gâteau au Dulce De Leche avec nos amis Argentins
Aurores boréales
Coucher de soleil...
...en attendant...
...les aurores boréales
Toute première salve d'aurores boréales
Deuxième salve
Troisième et dernière salve, la plus spectaculaire
Les lumières dansaient au dessus de nos têtes
Et maintenant, les photos de notre guide
Les montagnes au sud
Vue vers le nord
La première salve
Notre première aurore boréale!
Les yeux rivés au ciel toute la soirée
Entre deux aurores, on s'amuse un peu
On mange des chamallows grillés
Un deuxième pour la photo?!
Je prépare mon appareil photo
La deuxième salve arrive!
Et pourtant, c'est la pleine lune!
Elle fait une bande, tel un arc-en-ciel, de part de d'autre de l'horizon
Les chasseurs d'aurores boréales
Juste au dessus de nos têtes
Danses
Explosion silencieuse de couleurs
Du vert au rose
Le bouquet final
Comblés
Fjellheisen
Le port de Tromsø
Vue du pont
Fjellheisen: 421m d'altitude
L'ascension commence par un chemin
Départ des escaliers Sherpatrappa: 1200 marches!
Montagnes au nord
En contrebas, le pont par lequel je suis arrivée
Montagnes au sud
Sommet enneigé au loin
Panorama: photo n°1
Panorama: photo n°2
Panorama: photo n°3
Sherpatrappa et vue sur Tromsø
Une éclaircie
Panorama
Panorama, suite
Au sommet
Au sommet
Au sommet
Au sommet
Retour par un petit chemin de montagne
Au milieu de la forêt
Le funiculaire
L'entrée du funiculaire de Fjellheisen
Vers Torneträsk
Entre Tromsø et Narvik
Notre bus Tromsø-Narvik
Entre Norvège et Suède
Couleurs d'automne
Cascade et roches
Montagnes colorées
Mélanges de couleurs... en bus ça va trop vite pour les photos!
Couleurs d'automne et d'hiver
Pasage de la frontière Norvège-Suède
Abisko
Après Abisko
Entre Abisko et Torneträsk
Vers Kiruna
Notre camping sauvage en Suède
Camping au milieu de la montagne
Gare de Torneträsk
Couleurs d'automne et léger arc-en-ciel
Lac de montagne
Nous longeons la voie ferrée
Voie ferrée
Mine de Kiruna
Le renne des neiges (merci Laurent!)
Vers Lappeasuando
Nouveau compagnon de route: une peluche d'élan
Présence d'igloo!
Les paysages sont encore plus beau à vélo!
Longue et unique route de la région
On ne se lasse pas des couleurs d'automne
Saucisson de renne fumé!
Notre cabane suédoise
La chambre avec un lit double (pour une fois!)
Le salon
Le camping de Lappeasuando
Le pont de Lappeasuando
Coucher de soleil
Vers Gällivare
Arrivée à Gällivare
Vers Vuollerim
Au loin une nouvelle mine
Rencontre avec des rennes
Renne blanc
Renne brun
Renne-caméléon!
Pause au bord d'un lac
Lac agité par le vent fort
Sur un pont
Quelles couleurs!
Joli paysage
Petit moulin et cabane en bois
Le cercle polaire
Le soleil s'invite en fin de journée
Bientôt le coucher de soleil
Le soleil bas illumine les arbres jaunes
Arrivée à Vuollerim
Des huskies au camping

Tout au Nord de l'Europe

Tromsø
Week-end prolongé

Du 27 au 30 août 2020

Statue de pêcheur à Tromsø devant les belles montagnes

Nous avions prévu trois jours de repos à Tromsø, la ville la plus septentrionnale du monde. Cette petite pause avait trois objectifs. Premièrement un peu de repos et de tourisme, ça c'est la partie facile (du moins c'est ce qu'on croyait). Ensuite, nous venons d'apprendre que la Finlande a fermé ses frontières, donc il va nous falloir improviser un plan B et planifier la route pour les jours suivants. En dernier lieu, nous sommes un peu en avance sur nos compères cyclistes qui font un chemin similaire au nôtre et ce petit arrêt permettra que l'on puisse se croiser de nouveau. Voilà quelles étaient les idées de départ.
Nous avons fait appel une nouvelle fois à Warmshowers et nous nous sommes ainsi fait héberger par Karin, une Suédoise qui vit en ce moment en Norvège à Tromsø. Elle a eu la gentillesse de nous accueillir deux nuits dans sa maison perchée dans les hauteurs de la ville. Les deux nuits suivantes étaient prévues dans une guesthouse en bordure du centre-ville. La guesthouse est une maison traditionnelle norvégienne donc énorme qui a été aménagée en maison d'hôtes très spacieuse et bien tenue. Ça s'appelle AMI Hotel et c'est bon marché.

Trolls à Tromsø

Objectif n° 1 rempli: faire du tourisme

Nous avons passé un après-midi à visiter la ville. Le centre n'est pas très grand mais c'est plutôt joli. De plus, la ville est ancrée au milieu des montagnes et les vues sont donc magnifiques. En cette fin août, il neige fréquemment sur les sommets alentours à environ 1000m d'altitude.

Objectif n° 2 rempli: préparer l'itinéraire des jours à venir

Depuis Tromsø, il n'y a pas beaucoup de solutions: soit continuer 500km jusqu'au Cap Nord, soit redescendre vers la Finlande, ou la Suède, ou la Norvège. Le cap Nord ne nous intéresse pas vraiment, c'est juste une route très touristique parce que c'est la route la plus au Nord de l'union Européenne mais rien de fantastique. La Finlande était notre idée initiale mais il faudrait soit qu'on fasse une quatorzaine à notre arrivée à la frontière, soit qu'on arrive à y entrer en fraudant. Cependant il n'y a qu'un point frontière routier sinon c'est dans les montagnes, ça rend le passage clandestin difficile. Nous venons de traverser la Norvège donc nous préférerions changer de pays. La Suède est intéressante mais quasiment aucun pays n'accepte de personne en provenance de la Suède (sans faire une quatorzaine) donc ça risque de nous embêter pour la suite.
Après pas mal de réflexion, nous avons choisi de passer par la Suède. Il faudra propablement pour en sortir au mois d'Octobre que nous fassions une quarantaine dans un des pays Baltes où nous pensons continuer le voyage.

Port de plaisance de Tromsø

Objectif n° 3 rempli: croiser nos compères cyclistes

Nous avons revu Aurélia, Renaud, Rosie et Judith une dernière fois avant que nos chemins ne prennent des directions assez différentes: ils partent pour l'Allemagne dans un premier temps et peut-être Istambul ensuite. Nous reverrons-nous? Allez savoir!
Ainsi, on pourrait croire que tout se passe comme prévu sauf que non, pas du tout. Voilà pourquoi...
La majorité de notre temps a été passée dans la chambre pour une raison pragmatique: François s'est fait une légère déchirure musculaire aux cuisses et il est incapable de marcher! La fatigue (et les années) s'accumule(nt) et le corps sait réclamer ce qu'il veut. Nous avons donc décidé de prendre une journée de plus et tenté de repartir lundi 31... Le verdict est tombé très rapidement lundi matin, après quelques 2km environ, la douleur l'empêchait de pédaler. Les mauvaises langues diront que je devrais sans doute pédaler pour deux, pour une fois! Mais à choisir, on a préféré s'arrêter et demander l'avis d'un médecin: il lui faut du repos, du Voltaren et de l'Ibuprofène, voir même des séances de sauna. Heureusement donc, rien de bien grave, on nous force juste à prendre des vacances! Ouf! Nous avons donc remisé notre tandem pour quelques jours dans une auberge de jeunesse de la ville. Tromsø est un bon endroit pour s'arrêter un peu: il y a des supermarchés, restaurants et cafés, des sorties en bateau pour voir des baleines, d'autres pour voir des aurores boréales, etc. Nous allons donc rester ici au moins dix jourrs en tout!

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

Sandy
Le 02/10/2020 à 20h25min

Elles vont beaucoup mieux! Grâce à son kiné français et un kiné norvégien, tout est rentré dans l'ordre!

sophietifi
Le 28/09/2020 à 19h13min

Comment vont les jolies cuisses de François ? ;)

superwanchan
Le 03/09/2020 à 20h22min

Eh oui, du repos, du repos, du repos... Je me sens vieux là

zezette
Le 03/09/2020 à 15h57min

Soigne toi bien fiston ,
Quelques jours de repos pour mieux repartir ....
Gros bisous à vous 2
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Nos photos en Arctique: part2

À la chasse...
aux aurores boréales

Jeudi 3 Septembre 2020

Coucher de soleil

Nous logeons pour quelques jours dans une auberge de jeunesse de Tromsø: Tromsø Activities Hostel. En plus d'avoir une guitare au salon pour occuper les longues journées de François, un chien adorable qui ne demande qu'à être papouillé (!), l'auberge propose des activités en fonction des saisons. Et septembre c'est le début de la saison des aurores boréales, qui s'étend jusqu'en mars/avril. Nous avons tenté l'expérience avec Jess, notre guide photographe d'un soir.

Feu de camp et chamallows!

À 21h, nous sommes partis avec Jess dans un mini-van vers le nord en croisant les doigts pour que nous puissions voir des aurores boréales pendant notre excursion. Le soleil allait bientôt se coucher et nous avons commencé par faire de jolies photos de coucher de soleil sur les fjords. Pour voir des aurores boréales, il n'y a pas de recette magique, il faut d'abord qu'il fasse suffisament nuit. C'est pour cette raison qu'on n'en voit pas de mai à août, étant donné que le soleil ne se couche presque pas à cette saison. En ce moment, début septembre, il fait à peu noir entre 23h et 2h du matin. Ensuite il faut que le ciel soit bien dégagé. La météo annonce une soirée sans nuage, ce n'est pas souvent. Enfin, il faut avoir de la chance. Car il est difficile de prévoir les aurores boréales qui sont le résultat d'émissions solaires, de champs électromagnétiques, de présence de divers gaz, etc.

Notre première aurore boréale

Jess nous a conduits vers une jolie plage entourée de montagnes abruptes. Soleil couchant, feu de camp, boissons chaudes, habits chauds, appareils photos, nous étions prêts! Rejoints par nos voisins de l'auberge venus avec leur propre voiture, vers 23h, nous avons eu la chance de voir pour la première fois une aurore boréale. Il y a eu trois salves, allant crescendo: d'abord des lumières douces où le vert se laissait à peine deviner, ensuite des couleurs plus vives mais diffuses, et enfin une explosion de couleurs allant du vert au rose dansant dans le ciel au dessus de nos têtes. Même la pleine lune n'a pas réussi à gâcher le spectacle, au contraire. Les interludes entre deux phénomènes lumineux nous ont permis d'observer les étoiles et les planètes Mars et Vénus, de faire griller des chamallows sur le feu, etc... Jess nous a également aidé à régler notre appareil photo pour immortaliser les aurores boréales. Fiers du résultat, nous sommes malgré tout bien contents que Jess nous ait envoyé ses propres photos!

CommentairesComments

superwanchan
Le 07/09/2020 à 16h28min

Oui c'était le top!

zezette
Le 05/09/2020 à 09h40min

Quel spectacle !!!
Alors en plus avec des shamallows grillés....génial ...
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Fjellheisen
Les escaliers des Sherpas

Mercredi 9 Septembre 2020

Sherpatrappa

Depuis le centre-ville de Tromsø il ne faut qu'une petite demi-heure à pied pour rejoindre le pied de la montagne et son périphérique Fjellheisen. De là, part un escalier de pierres appelé "Sherpatrappa", construit par des Sherpas Népalais, constitué de 1203 marches. Pour arriver au sommet se situant à 421m, il faut au choix 4 minutes en téléphérique (et 15€ pour l'aller simple) ou 45 minutes à pied. François étant blessé, je fais l'ascension toute seule, à pied. La vue est à couper le souffle (enfin les escaliers aussi!).

Sherpatrappa

Pour redescendre j'ai (mal!) choisi un sentier à flanc de colline, glissant et très pentu. Il m'aura fallu autant de temps pour descendre que pour monter finalement. Mais c'était faisable malgré tout, avec une bonne paire de chaussures. Au final, c'était une belle balade, facilement accessible à pied depuis l'hostel.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Ha det Tromsø!
Prêts pour le départ

Mardi 15 Septembre 2020

Une des églises de Tromsø

La ville de Tromsø est jolie et agréable à vivre. Elle possède plusieurs églises aux architectures insolites. Dans son centre on croise souvent des petits kiosques en bois colorés, certains offrant encore des cafés, d'autres fermés. La bibliothèque, aux allures modernes, dont une façade transparente a vue sur la montagne, nous a fourni plusieurs livres en norvégien, nous permettant ainsi de progresser encore un peu plus. Il y a des étudiants, des touristes, des étrangers mais aussi des locaux en costume traditionnel! Bref c'est une ville qui vit. Nous avons apprécié notre séjour prolongé dans cette ville.

La bibliothèque de Tromsø

Après avoir vu un médecin généraliste et deux kinés, après avoir appelé son ancien kiné, François va mieux. Ce sera jeudi 17 septembre, après 3 semaines passées à Tromsø, que nous reprendrons la route. Nous avons profité de cette pause pour faire un petit nettoyage des chaînes du vélo, pour remplacer les tampons du frein à disque, régler les freins à patins. Nous avons acheté une nappe en plastique de 3 mètres pour couvrir le vélo entièrement lorsqu'il passe la nuit dehors. Cette nappe remplacera le rideau de douche qu'on mettait sur notre panier avant lorsqu'on roule sous la pluie. Il commençait à avoir des trous, pas génial quand il pleut!

L'homme qui nous a sauvé le voyage

Enfin voici la photo de l'homme sans qui nous serions sans doute rester ici tout l'hiver: il s'agit de Thomas, mon kiné attitré qui en deux séances (plus une de confirmation) a réussi à comprendre mon problème, mes besoins et à tout remettre d'aplomb. La tâche n'était pas forcément aisée, car d'abord un médecin, puis ensuite un premier kiné n'ont pas réussi à trouver le fond de mon problème. J'explique subrepticement pour ceux que ça intéresse. En gros, du jour au lendemain, après deux mois de vélo, j'ai souffert d'intenses douleurs musculaires qui m'empêchaient de marcher (principalement en descente). Là où les autres se sont focalisés sur ce symptôme, Thomas a su aller plus loin et identifier un déplacement de mon bassin qui était à l'origine du problème et en deux jours c'était réglé! Félicitations également à Julien, un kiné phénoménal qui avait trouvé également la solution quand je l'ai eu au téléphone. Julien fait probablement parti des 3 meilleurs kiné du monde (avec Thomas donc et ma tante Chamsia) et il m'a aidé à surmonté bien des blessures mais il ne travaille qu'autour de Berck donc ça fait loin depuis Tromsø.

CommentairesComments

superwanchan
Le 18/09/2020 à 22h18min

Vu le nombre de séances de kiné que je fais à l'année, je suis franchement étonné que personne ne m'ait jamais proposé la prothèse!

SupaGloy
Le 18/09/2020 à 16h56min

Prochain coup, une petite prothèse et fini les emmerdes ! :D

zezette
Le 16/09/2020 à 16h59min

Super
Je suis trop contente que tu ailles mieux mon François
Bonne reprise de la route et gros gros bisous à vous 2
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Tromsø - Torneträsk
Sixième frontière
Et un nouveau départ

Jeudi 17 septembre 2020

Entre Tromsø et Narvik

Ça fait tout juste trois semaines que nous sommes arrivés à Tromsø et nous comptions seulement y rester trois jours... Mon bassin en a décidé autrement et dans notre malheur, nous avons eu la chance de rencontrer des gens extraordinaires (Tami, Bastien, Federico, Blue, Rani,...) et de vivre des choses géniales (voire paragraphes précédents). Cependant, nous sommes plus que super heureux de pouvoir enfin repartir.
Aujourd'hui, ce sera un peu spécial, une fois n'est pas coutume, nous allons faire... du bus. Il y a plusieurs raisons à celà. Premièrement, nous avions réservé deux hébergements en Suède. Nous avons pu les décaler d'une semaine puis d'une autre semaine mais il n'y a plus de disponibilités pour décaler d'une troisième semaine... Donc le bus va nous permettre de rattraper une semaine de retard.
Ce n'est pas du luxe car les températures commencent sérieusement à baisser, il neige presque tous les jours sur les sommets et les jours vont devenir très courts rapidement. Nous sommes toujours en Arctique et dans un mois à Tromsø, il n'y aura plus que 6h de jours puis dans deux mois c'est la nuit polaire... Donc pour rouler de jour sans avoir trop froid, on va gratter quelques centaines de kilomètres.

Troisième raison, médicale celle-ci. Je suis encore en convalescence et mon kiné norvégien me conseille de reprendre le vélo tranquillement: petites étapes et pas trop de difficultés. Or, la sortie de Tromsø et la sortie de la Norvège sont des étapes de montagnes que nous avions prévues assez longues. Alors qu'une fois arrivés en Suède, ce sera beaucoup mois montagneux. Donc d'après Thomas, mon kiné, soit il faut attendre plus longtemps ici, soit il faut prendre le bus.
Attendre, ça veut dire, se ruiner en hébergement à Tromsø, tourner en rond pendant des semaines et repartir quand il fait froid et nuit donc à contre-coeur nous avons choisi le bus.
Il y a beaucoup de bus intercités en Norvège, et on peut facilement les prendre avec un vélo. Dans notre cas, il faudra quand même démonter le tandem pour le faire rentrer dans la soute mais ça nous savons faire. Personne ne porte le masque dans les cars mais il faut rentrer par l'arrière.
Nous prendrons deux cars: le premier nous amènera de Tromsø à Narvik et le second de Narvik à Torneträsk.

Abisko en Suède

Tromsø est la grande ville la plus au Nord du Monde mais elle est située en plein dans le gulfstream, de fait elle bénéficie d'un climat plus clément qu'alentours. Alors qu'il faisait environ 10°C ces derniers jours, dès que l'on sort de la ville, la plus grande partie des paysages est déjà recouverte de neige. C'est très joli. Nous croiserons même un troupeau de rennes.
Narvik se situe à une dizaine de kilomètres de la frontière Suédoise, nous y patienterons environ deux heures. Il y a un petit centre commercial à côté du terminal de bus. Nous pourrons nous y réchauffer, y utiliser les toilettes et dépenser nos dernières couronnes norvégiennes. Je me suis acheté un petit t-shirt manches longues en mérinos (sèche rapidement et anti-odeur: idéal pour voyager et porter sous les habits de pluie) et nous avons également trouvé un cadeau pour l'anniversaire de mon petit frère. Impossible de dire ce que c'est tant qu'il ne l'a pas reçu!
Ensuite nous prenons notre deuxième car de la journée qui nous amène donc en Suède le passage de la frontière se fait par le parc naturel d'Abisko. Et entre les montagnes enneigées tout autour, les arbres rouges orangés aux couleurs d'automne, les lacs, les maisons traditionnelles, etc... ce sont vraiment des paysages sublimes que nous pouvons apprécier derrière notre fenêtre. La frontière est située à environ 500m d'altitude. Et nous ressentons tout de même une grande frustration de ne pas effectuer ce chemin sur notre tandem.
Après la frontière, il y a l'énorme lac de Torneträsk, nous longeons ces cinquante kilomètres et descendons enfin du bus. Ce soir nous allons dormir près du lac dans un parking à caravanes. Le bivouac est autorisé à peu près partout en Suède et il y a beaucoup de sites à caravanes qui présente l'intérêt d'avoir des toilettes. Et à cette saison, ces sites ne sont pas trop remplis.
Nous arrivons vers 19h, il commence déjà à faire nuit et il faut se dépêcher de trouver un endroit plat et lisse dans la forêt environnante. Nous ne trouverons pas l'endroit parfait mais ça ira bien pour la nuit. Enfin nous pouvons replanter notre tente dans la nature de l'Arctique.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Torneträsk - Kiruna
Retour en selle!

Vendredi 18 septembre 2020

Notre camping dans les montagnes suèdoises

Cette nuit, le thermomètre est descendu à 0°C, il a plu-neigé et le vent est monté. Heureusement, nous ne sommes pas pressés et nous pouvons attendre jusque 10h30 que la pluie cesse et que le soleil vienne timidement sécher la tente et réchauffer l'ambiance. Le vent polaire pique quand même un peu mais il a l'avantage de faire sécher la tente et ça c'est un luxe quand il fait si froid.
Nous avons légèrement perdu nos automatismes mais ils reviennent très vite et nous pouvons monter en selle vers midi. Pour notre journée de reprise, nous faisons léger: 55km. Même si nous sommes en montagne et que ce sont 55km de montée jusque Kiruna, la pente est douce et ne dépasse que rarement le pourcent.

La voie ferrée menant à Kiruna

Le vent est très fort mais il nous pousse la plupart du temps et recommencer sous le soleil est un luxe. Côté température: 8°C sera le maximum aujourd'hui. Il n'y a qu'une seule route qui joint les deux pays tout au Nord et c'est une grosse nationale mais il n'y a presque personne dessus. Sur 50km nous croiserons peut-être 10 camions, 10 caravannes et quelques dizaines de voitures. Donc nous roulerons tranquillement entre les lacs, les montagnes et les arbres aux couleurs d'automne, le tout au soleil. Ce sera donc un énorme plaisir.
Côté santé, nous avons tous les deux des petites douleurs articulaires légères dues à l'arrêt quasi total des efforts pendant trois semaines mais rien d'inquiétant. Tous les symptômes de mes gros problèmes de bassin ont disparu et les muscles sont frais et dispos!
Nous allons continuer de surveiller ça de près mais une chose est sûre: c'est reparti et il était plus que temps!
Pour fêter ça, ce soir nous dormirons dans un petit airBnB, bien au chaud pas loin du petit centre-ville de Kiruna.

Le renne des neiges (Merci Laurent!)

Arrivés à Kiruna à 15h30, nous prenons le temps de visiter cette petite ville. Nous avons vu de loin la fameuse mine de Kiruna. Sur notre route, nous avions d'ailleurs été doublés tranquillement par un train de la mine, long d'environ 500m. Cette mine de fer est la plus grande du monde. Mais son exploitation a mis en danger la ville: le terrain risque de s'affaisser et la ville de s'effondrer. Alors en 2009 les autorités ont décidé de déplacer une partie de la ville d'environ 5km. La mairie, les maisons, les infrastructures, tout a été détruit et reconstruit un peu plus loin. C'est un drôle de spectacle.
Pendant notre après-midi à Kiruna, nous avons aussi acheté de la viande de renne que nous goûterons lors d'une pause à vélo. La différence de prix entre la Norvège et la Suède est flagrante... et appréciée! Les panneaux en ville annoncent un menu hamburger frites à 8.50€ (au lieu de 17€ en Norvège), on mange une assiette de kebab pour 10€ (alors qu'un kebab à emporter coûtait 16€ à Tromsø) et les tablettes de chocolat aux noisettes et aux raisins sont à 2€ (au lieu de 4€ minimum dans les supermarchés norvégiens...). Bref, on comprend pourquoi certains norvégiens viennent faire leurs courses à la frontière...

CommentairesComments

superwanchan
Le 22/09/2020 à 18h30min

Et malheureusement, c'est plus pareil. Mais le déménagement n'est pas terminé. Peut-être dans 80 ans ça reviendra

SupaGloy
Le 22/09/2020 à 15h37min

Dans mon souvenir, le resto du camping de Kiruna était une tuerie... Mais c'était avant le déménagement de 5 km :)
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Kiruna - Lappeasuando
La petite maison dans la prairie

Samedi 19 septembre 2020

Évidemment dormir dans un petit appartement très chauffé facilite le passage du matin. D'autant que comme nous avons encore une petite journée devant nous (65km), nous ne sommes pas pressés. Nous profitons donc de ces quatres murs pour remplir ces pages, faire des étirements, des échauffements et apprendre le suédois.
Nous prenons la route un peu avant midi et il fait 6°C, c'est le plus chaud de la journée. Heureusement, il y a encore beaucoup de soleil et nous profitons autant que nous le pouvons de ses rayons. Comme hier, le vent est assez élevé mais il nous pousse globalement dans la même direction.

Notre camping à Lappeasuando

Nous sommes encore tout au nord de la Suède et le réseau routier est vraiment très simpliste: deux nationales et pas de routes parallèles. Il faudra encore parcourir une centaine de kilomètres avant d'avoir des alternatives plus favorables à la pratique du vélo. Cependant, le trafic n'est vraiment pas très fort et nous trouvons les conditions assez agréables dans l'ensemble. Sachant qu'il y a une semaine encore, j'étais allité toute la journée, de toutes façons, j'aurais accueilli n'importe quelles conditions avec bonheur!
Nous avons des petites pentes qui tournent autour du pourcent mais aujourd'hui, nous descendons donc nous avons une moyenne de 21km/h sur la journée. Ça roule bien, mais pas trop vite pour ne pas avoir froid. Nous ne ferons qu'une petite pause et le vent glacial nous pousse à remonter vite en selle avant de geler.
Nous arrivons à notre point de chute un peu avant 15h, c'est un petit camping qui propose des cabanes en bois pour 35€, nous en avons réservé une mais la gérante nous a complètement oubliés! Nous l'avons appelée à notre arrivée, elle n'était pas sur place et était occupée ailleurs. Elle nous informera qu'elle ne pourrait pas venir nous accueillir avant une heure et demi!!! Heureusement, il y a un petit salon chauffé dans lequel nous pouvons patienter mais quand même, ça fait chier...
En tout cas, nous profiterons de notre petite cabane pour l'après-midi et pour la nuit car pour les prochains arrêts, nous retournerons sous la tente.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Lappeasuando - Gällivare
La force tranquille

Dimanche 20 septembre 2020

Arrivée à Gällivare

Si j'ai utilisé ce vieux slogan mitterandien, ce n'est pas par prosélytisme (vous savez bien que je n'ai jamais digéré qu'il profite de ma naissance pour faire diversion et trahir toute ma famille politique. Qu'il trahisse certes c'est mal mais ça ne nous surprend plus, mais profiter de ma naissance...) mais pour expliciter l'antogonisme de la journée. Cette étape s'avérait bel et bien tranquille, 57km en montagne mais principalement sur un plateau donc peu de dénivelé et le tout sous le soleil agrémenté de 10°C. Sur le papier, c'était donc tranquille mais le vent a tourné légèrement et notre orientation également, et on se retrouve avec un vent polaire très très insistant en plein dans nos chicots!
Eh ben, on en a chié et on a bien dû faire preuve de force dans les cuissots. Bon, ça va, c'est pas ça qui manque mais c'est toujours frustrant de pousser et stagner à 12km/h sur du plat.
Côté paysage, nous sommes en haut de la chaîne de montagne transfrontalière donc nous n'avons pas vu grand chose d'autre que des arbres aux couleurs d'automne (qui commencent à être bien dégarnis avec le vent qu'il y a) et quelques petits lacs par-ci par là. C'est toujours mignon et c'est assez calme même si la circulation commence à s'intensifier. Heureusement dès demain nous sortons des gros axes, nous serons enfin arrivés suffisament au Sud pour qu'il y ait des axes secondaires.
Comme peu de kilomètres étaient prévus, nous avons quand même profité pour faire une grasse matinée et ensuite, comme le tandem était dans notre cabine, on a un peu bricolé des petits détails que nous voulions faire depuis quelques temps: mieux fixer l'aimant du compte-tours, repositionner les poignées de Sandrine, resserrer les portes-gourdes, etc...
Puis départ à 12h15 et nous pensions arriver entre 15h et 15h30. Finalement c'est à 16h30 que nous arrivons au camping de Gällivare après être passés au petit Coop du coin qui est ouvert le dimanche (encore une petite différence avec la Norvège, les magasins sont ouverts le dimanche toute la journée. C'est des conditions de travail plus pourries qu'à côté mais pour les gens qui n'ont pas de frigo comme nous, c'est un poil plus pratique).
Après avoir posé la tente et pris la douche, nous sommes retournés en ville pour acheter des pizzas. À 9€ la pizza dans une pizzeria, nous sommes beaucoup moins motivés pour faire à manger avec toutes les complications que ça impliquait...
Ensuite nous avons profité de la petite salle de repos du camping pour recharger les téléphones, lire et écrire et toujours apprendre le suédois.

CommentairesComments

superwanchan
Le 22/09/2020 à 18h28min

On a eu une grosse journée à TROMSØ à 18°.Il a fallu qu'on pense à enlever les doudounes!

Douze
Le 21/09/2020 à 17h38min

et sinon , la canicule c'est supportable ?
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Gällivare - Vuollerim
La tempête

Lundi 21 septembre 2020

C'est officiellement un petit épisode de tempête qui s'abat sur la Suède et la Finlande (et probablement la Norvège). Il devrait durer trois jours et le point culminant est cet après-midi. C'est d'abord un gros avantage: dormant sous la tente avec des températures de 5-6°C, le vent permet d'évacuer l'humidité de la nuit et nous pouvons remballer la tente quasiment sèche au petit matin. Et ça c'est inespéré.
Aujourd'hui ce sera aussi un gros désavantage: nous avons tout de même 115km à parcourir et nous aurons la tempête de face toute la journée! Heureusement que j'ai un bon masque pour me protéger les yeux surtout que 60km se feront sur une vieille piste non goudronnée et poussiéreuse. Mais nous avons dû littéralement redoubler d'effort pour faire ce parcours qui, dans des conditions plus sereines, aurait été très simple.
Pas de rapport avec le vent, mais nous aurons la chance de croiser plusieurs troupeaux de rennes aujourd'hui (on n'a pas encore vu le père Noël par contre).

Joli paysage d'automne

Nous sommes enfin arrivés suffisamment au Sud de la Suède pour qu'il y ait un peu plus de routes et nous empruntons le réseau secondaire. Même si, à notre surprise, il n'est pas goudronné, le revêtement est relativement lisse et c'est bien le vent qui nous fait perdre de la vitesse et pas la surface de la route.
En contrepartie, il n'y a vraiment presque personne sur ces routes et nous pouvons profiter pleinement du calme (même si le vent est assourdissant, il y a une forme de calme).
Côté paysage, c'est des dizaines et des dizaines de kilomètres de forêts et si nous ne cherchions pas des rennes et des élans, on pourrait facilement s'assoupir.

17h le soleil est déjà bas sur le Hedavan

Sauf dans les quelques derniers kilomètres avant Vuollerim où nous descendons enfin de la chaîne de montagnes transfrontalière. La descente est l'occasion d'une jolie vue sur la vallée et son fleuve Hedavan.
Nous poserons la tente au camping de Vuollerim assez tard (nous avons roulé de 10h à 18h) et profiterons de son énorme salon chauffé. La tente est posée derrière un rideau de buissons pour protéger un peu du vent mais un peu éloigné des arbres des fois qu'il y en ait un qui tombe (ça a pas l'air d'être une tempête de folie mais sait-on jamais).
Une dernière petite particularité de la journée, nous sommes repassés au Sud du cercle polaire Arctique.
Les photos sont désormais disponibles en cliquant sur l'îcone "photo" en bas à gauche de l'écran.
Vous pouvez également nous suivre d'aventures en aventures grâce aux flèches latérales.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!