Aventure précédentePrevious adventure:
Norvège part3Norway part3
Aventure suivanteNext adventure:
L'Arctique part2Arctic part2
Contes Photos
Vers Furøy
Le chat nous explique clairement qu'il aimerait rentrer...
La salle de bain du AirBnB
Le salon du AirBnB
Le salon du AirBnB
La cuisine du AirBnB
Sur la route
Sur la route
Sur la route
Le cercle polaire!
Cascade
Vers Nygårdsjøen
Vue du camping de Furøy
Vue du camping de Furøy
Zoom sur le glacier juste en face
Le petit port du camping
De l'autre côté du camping
Après la montée, belle vue sur les montagnes environnantes
Dans la descente, vue sur la mer et les montagnes
Point de vue dans la descente
Point de vue dans la descente
Montagne pointue
Un joli petit port
Cernés de montagnes
Vers Bodø
Sur la route de Bodø
Sur la route de Bodø
Sur la route de Bodø
Sur la route de Bodø
Sur la route de Bodø
Leknes
L'achat du jour: une canne à pêche!
Vue de notre auberge
Au Musée Viking
Au Musée Viking: casques et boucliers
Au Musée Viking: le dieu Odin
Au Musée Viking: la maison du chef du village
Au Musée Viking: lancer de haches
Au Musée Viking: 2 haches plantées sur 3!
Au Musée Viking: lancer de haches
Au Musée Viking: 2 assomés!
Au Musée Viking: drakkar en vue!
Au Musée Viking: drakkar en vue!
Au Musée Viking: les Vikings ça fait peur!
Au Musée Viking
Près de Haukland: coup d'oeil à gauche
Près de Haukland: coup d'oeil au centre
Près de Haukland: coup d'oeil à droite
A Haukland les vaches ont vue sur la mer
Haukland
La plage de Haukland
Le pêcheur fait du repérage
Prêts pour la pêche
C'est parti!
Plage de sable blanc à Haukland
Haukland
Vers Kabelvåg
Départ de l'auberge
Sur la route
On fait tout le tour pour aller là-bas!
L'eau est turquoise
Eau turquoise
Chapelet d'îles et d'ilots
Au bout des îles, ce terrain de foot!
Henningsvær
Rencontre sur la route: un lion de mer
Comme d'habitude ils sont assez curieux
Bon nageur!
L'archipel près de Henningsvær
L'archipel près de Henningsvær
L'archipel près de Henningsvær
Encore de l'eau turquoise
Vers Stokmarknes
Un élan avec des bois!
Zoom sur l'élan
Vers Risøyhamn
Départ du camping
Un des nombreux ponts sur notre route
Drôle de lumière au milieu des nuages
Arrêt cueillette de framboises!
Le nuage à gauche mime la montagne...
Le pont qui nous attend est particulièrement bombé
Face au pont
Notre récolte du jour
Nos premiers lancers
Une touche?!
Nos profs de pêche du jour!
Arc en ciel après l'averse
Vers Andenes
Du fromage en tube!
Une auberge rien que pour nous
Accueillis par un troll...
Sur la route
Sur la route
Pause près d'un joli petit phare
Vue depuis le phare
Sur le côté du phare
Sur le côté du phare
Rencontre avec un local
Des toilettes pas communs!
Vue depuis le phare
Sur notre route
Plage de sable blanc
4000km!
Route bordée de montagnes
Un petit air d'Amérique, non?!
Montagnes abruptes au bord de notre route
Vers Sommarøy
Lac, neige et cascade au sommet de la journée (400m)
Sur la route entre deux tunnels
On se retourne: une cascade et de la neige!
Sur la route
Passerelle pour une vue à couper le souffle
Vue panoramique
Vers Tromsø
Camping à Sommarøy
Sortie de Sommarøy
Atterrissage à Tromsø!

Superwanchan en Arctique!!!

Utskander - Furøy
La traversée du cercle polaire

Samedi 15 août 2020

Sur la route

C'est à grand regret que nous quittons notre petite maison de bois ce matin à 9h30 (principalement parce q'il pleut). Le thème de la matinée pluie et brouillard, nuages très très bas, vent et tunnels. Le vent est assez fort et comme nous tournons autour des Fjords, nous l'avons de face les trois-quarts du temps. Ça n'aide pas à avancer à une allure raisonnable, ce qui n'est généralement pas trop gênant sauf que aujourd'hui, nous avons deux ferry à prendre qui s'enchaînent tout juste et après le deuxième, il y a le seul magasin alimentaire de la journée. Petites clauses supplémentaires: si l'on rate un des deux bateaux, le magasin sera fermé quand nous arriverons et comme demain c'est dimanche, ça voudrait dire: jeûner pendant deux jours. Bien que ce soit tout à fait envisageable, nous préférions quand même avoir à manger!

Nous croisons le cercle polaire

Le premier ferry est à 62km du départ, il nous faut donc environ quatre heures pour y accéder au vue des dénivelés à franchir (aujourd'hui 900m environ). Nous sommes partis avec une demi-heure de marge. La marge est vite mangée entre le vent qui nous ralentit l'arrêt pipi obligatoire le matin et les arrêts pour mettre puis pour enlever les masques et les frontales dans les deux tunnels de 3km que nous devons franchir. Cependant quatre heures c'est long et petit à petit nous arrivons à gratter quelques minutes jusqu'à rattraper un peu toutes les pauses et nous arrivons 20mn avant le départ du ferry.
Ce ferry dure une heure, il n'est pas très rempli mais il a une petite boutique où Sandrine prendra un chocolat chaud tandis que j'opterai pour la glace. Une heure de traversée, ça nous permet de sécher un peu les imperméables et travailler notre Norvégien. Petite particularité de ce Sferry: il franchit le cercle polaire. Nous voici donc: Superwanchan en Arctique! Ça, quand même, c'est la classe!
Mais la journée n'est pas finie. À la descente du ferry, nous croisons de nouveau Aurélia et Renaud (toujours avec Rosie et Judith bien sûr), les cyclistes français que nous avons rencontrés hier, avec qui nous discutons un peu. Mais nous repartons très vite car nous disposons de deux heures pour effectuer la trentaine de kilomètres jusqu'au second ferry. Donc c'est toujours la course. Cet après-midi, la pluie a cessé (les nuages sont toujours menaçants). Nous sommes sur une route uniquement accessible par bateau et comme il y a un bateau toutes les deux heures, nous ne croiserons personne. Nous roulons donc dans les paysages grandioses de l'Arctique avec des cascades dans tous les sens, seuls sur des routes désertes. C'est une sensation assez extraordinaire et ça nous donne des ailes, à tel point que nous arrivons encore avec vingt minutes d'avance au terminal de ferry.
Nous arriverons donc à Forøy où nous irons faire les courses juste avant la fermeture avant de nous diriger vers le camping de Furøy où nous planterons la tente au-delà du cercle polaire pour la première fois. Nous passerons la soirée avec la petite famille de cyclistes français qui campent également au camping de Furøy ce soir.

superwanchan






Inscrivez-vousSign-up
Mot de passe oubliéForgot your password

Tu souhaites:

  • Un affichage personnalisé?
    (caractères japonais, images de fond)
  • Participer aux jeux-concours?
  • Réagir à nos articles?
  • Recevoir notre newsletter?

Alors inscris-toi!

Would you like:

  • To customize the display?
    (japanese letters, backgrounds)
  • To play our quizz?
  • To comment our texts?
  • To receive our newsletter?

Then sign up!

CommentairesComments

superwanchan
Le 19/08/2020 à 19h44min

Merci! Et on continue à monter

la fonctionnaire
Le 17/08/2020 à 21h50min

Eh oui, ils l'ont fait !!!Félicitations !

zezette
Le 16/08/2020 à 19h04min

Super !!!!
Voilà nos champions de l’aure côté du cercle polaire .....
Chapeau bas !!!!!
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Nos photos en Arctique: part1

Furøy - Nygårdsjøen
Tapis au coin du feu

Dimanche 16 août 2020

_

C'est une longue journée qui nous attend. En terme de vélo, ce n'est pas très compliqué: 90km et 900m de dénivelé. La difficulté réside dans le ferry à prendre. Aujourd'hui il n'y en a qu'un... et c'est bien le problème: nous avons un bateau à prendre et il n'en passe qu'un le dimanche. Il est à 30km de notre camping de Furøy et il passe à 14h15. L'avantage, c'est qu'on peut partir vers 11h-11h15 et rouler sans se presser. Le désavantage c'est qu'il nous reste ensuite 60km à faire et qu'on va arriver vers 19h, ce qui fait un peu tard parce qu'ensuite il faut monter la tente, prendre les douches, faire à manger, remplir ce site et si possible faire du norvégien, lire un peu, préparer la route pour demain, etc...
Mais de toutes façons, nous n'avons pas vraiment le choix, les options de logements sont très limitées.
Il a plu dans la nuit et le vent était soutenu, la pluie a cessé au matin mais pas le vent donc la tente est sèche très vite. C'est plus pratique. Nous parcourons les premiers trente kilomètres tranquillement en profitant des nouveaux paysages qui nous sont proposés. C'est globalement du même acabit que ces dernières semaines mais les nappes de neige sont de plus en plus proches et il y a désormais des glaciers!
Nous arrivons au port de Vassdalsvik vers 13h30, bien en avance et nous retrouvons Aurélia, Renaud, Rosie et Judith qui prennent le même ferry. Les températures ont bien descendu, il doit faire 12°C et le vent est assez glacial. Nous sommes donc bien heureux de profiter du salon du bateau pour se réchauffer quelques moments.
Après la traversée, nous repartons pour notre deuxième partie de journée qui se passe très bien même si le trafic commence à s'intensifier car nous nous approchons de Bodø, la grosse ville du coin. Sur la route, une voiture s'arrête et nous fait de grands signes: c'est un couple de Norvégiens rencontrés il y a deux jours. Nous avions bien discuté ensemble, d'autant plus qu'ils voyagent en voiture avec leur petit chien gris foncé Kaos, mi-Russel Terrier mi-Caniche, trop mignon. Ils nous offrent des bonbons avant de repartir eux aussi vers Bodø. On devrait donc se recroiser bientôt...

_

Comme prévu nous arrivons au Kjellingstraumen Fjordcamp de Nygårdsjøen vers 19h. Alors que nous avons échappé à la pluie toute la journée malgré des nuages gris, denses et bas, elle nous a rattrapé la dernière demi-heure et ne nous laissera tranquillles qu'au petit matin. Heureusement nous sommes désormais rodés et pouvons monter la tente sous la pluie sans mouiller l'intérieur et en plus il y a dans ce camping une salle de repos bien chauffée dans laquelle nous pouvons faire sécher les sacs (ils sont parfaitement étanches mais s'ils sont mouillés à l'extérieur, ça trempe la tente). Le gérant du camping, Ali, est super accueillant et il nous propose dès notre arrivée de venir partager un repas avec lui et ses amis. Nous acceptons volontiers et après la douche nous les rejoignons dans une petite hutte équipée d'une cheminée/barbecue. Nous passerons la soirée au coin du feu avec Ali, Bruce, le copain américain et sa femme norvégienne qui voyagent en Harley, et une famille d'Allemands voyageant en camping-car, venus passer leur nuit au camping également. Au menu, riz pilaf, salade, poulet et cabillaud pêché dans l'après-midi. Viendront ensuite les chamallows grillés, les cookies, etc... On a passé plusieurs heures à papoter: on nous a expliqué comment un homme a été mordu par un requin... mort, comment les truites de Louisiane ont de longs crocs, etc. Entre deux, la fille allemande de 10ans est allée piquer un plongeon dans la mer vers 21h! Il faut avoir du courage, nous on était bien mieux au coin du feu... Bref, une soirée imprévue et géniale.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Nygårdsjøen - Bodø
Enfin le week-end

Lundi 17 août 2020

_

Il a plu presque toute la nuit et le vent a cessé, nous abandonnons donc l'idée de remballer la tente sèche. Nous savons aussi nous organiser comme ça. Aujourd'hui nous n'avons que 62km à faire avec un petit 800m de dénivelé donc nous partons vers 11h, le temps de passer dire au revoir à tous nos amis de la veille. On rencontre aussi un militant anti-pétrole qui revient de manifestations à Lofoten. Bref, on La route est très vallonnée et nous commençons à ressentir un peu de fatigue mais ça ne nous ralentit pas. Le temps est sec est frais, 12-13°C et vent frais.
Comme souvent pour l'arrivée dans les grands centres urbains la circulation est dense et les gens sont pressés, c'est donc moins agréable sur les routes. Heureusement, les 20 derniers kilomètres sont pourvus de pistes cyclables séparées des voitures.

_

Nous arrivons à Bodø vers 16h. Nous y passerons deux nuits dans un AirBnB très sympa. C'est donc enfin un jour de repos qui nous attend et ce n'est pas du luxe. Nous avons parcouru près de 900km et 11000m de dénivelé depuis notre dernière pause!
Nous profiterons d'un centre commercial pour faire quelques achats plus ou moins essentiels: un manomètre pour les pneus du tandem, un t-shirt manche longue pour mettre sous la cape de pluie (et arrêter de tremper la cape avec ma transpiration), de la crème pour les irritations dues aux frottements des selles, un nouveau cycliste et des gants d'hiver (si il y a bien un endroit au monde où les gants doivent être chauds, ça pourrait bien être l'Arctique), du gel douche et des gâteaux pour les jours à venir.
Pendant notre shopping, nous croisons à nouveau le couple de Norvégiens avec leur petit chien! Décidément, la Norvège est peut-être un grand pays mais on commence à s'y sentir comme à la maison! Après s'être échangé des conseils, nous nous quittons encore une fois, en espérant se recroiser dans quelques jours à Lofoten.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Bodø - Leknes
Si on y voyait quelque chose, ça serait magnifique...

Mercredi 19 août 2020

Les plus attentifs d'entre vous auront remarqué que nous avons sauté une journée. En effet, hier, c'était repos et nous sommes resté dans la ville de Bodø pour préparer la suite du voyage. Nous avons aussi fait de l'entretien sur le vélo, nous avons fait sécher la tente et nous avons acheté une nouvelle pompe à vélo. Maintenant, nous en avons deux et nous sommes rassurés. Sandrine a tenté en vain de trouver une canne à pêche à prix raisonnable, avec un gabarit qui permet de s'embarquer sur le vélo et résistante pour pêcher en Mer. Nous avons également marché dans le centre de Bodø, c'est assez petit mais c'est toujours agréable de se balader tranquillement.
Aujourd'hui nous n'avions pas prévu de faire de vélo non plus. Le plan était de prendre un bateau au port de Bodø jusqu'à Moskenes dans l'archipel des îles Lofoten. Nous avions appelé la compagnie de ferry à plusieurs reprises et ils nous avaient fait un peu peur. En gros, la capacité des ferrys est divisée par deux à cause du Covid et les vélos ne peuvent pas réserver donc il n'y a aucune garantie que l'on puisse monter dans le bateau. Et ils nous conseillaient de faire la queue devant le quai 90mn avant le départ et de là, s'inscrire sur la liste des passagers et si on avait de la chance, on pourrait embarque..
Nous sommes disciplinés et nous l'avons fait et c'était du foin. On a poireauté comme des cons et quand le bateau est arrivé, tous les cyclistes et piétons sont montés sans aucune inscription, sans rien payer et tout s'est bien passé. C'est mieux comme ça.

L'achat du jour: une canne à pêche

Et du coup, trois heures plus tard, nous débarquons sous la pluie à Moskenes, tout au sud de l'archipel des Lofoten. Comme il y avait pas mal d'incertitudes sur le ferry, nous avions prévu de dormir au camping de Moskenes et peut-être faire une petite randonnée pour passer l'après-midi. Mais finalement, comme il pleut, que les nuages sont si bas qu'on ne voit rien et qu'on est arrivés tôt, au débotté, nous avons changé de plan: annulée la randonnée et nous décidons de faire les 65km jusqu'à notre logement du lendemain. Cela nous fera arriver vers 18h30, c'est encore raisonnable et nous y passerons deux nuits. Comme nous souhaitons visiter un musée Viking pas loin, ce sera même plus pratique pour nous.
Nous ferons donc quatre heures de vélo sous la pluie dans des paysages probablement magnifiques mais aujourd'hui, nous ne verrons presque rien tant les nuages sont bas et épais. Mais au moins nous arriverons à l'auberge de jeunesse un peu avant sept heures. En plus, sur la route, Sandrine trouvera même une canne à pêche (est-ce qu'on attrapera quelque chose? les paris sont ouverts). Nous pourrons faire sécher toutes nos affaires et finalement vers 20h30 le soleil fera son apparition. La seule photo de la journée, pluie oblige, est celle de notre canne à pêche!

CommentairesComments

superwanchan
Le 21/08/2020 à 16h08min

Euh c'est pas encore gagné

la fonctionnaire
Le 20/08/2020 à 21h23min

A quand une petite friture ? :)
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Une journée chez les Vikings

Jeudi 20 Août 2020

Drakkar en vue!

La Norvège, dans nos imaginaires, c'est le pays des Vikings et leurs Drakkars, le pays de Thor et son marteau. Aujourd'hui on a plongé dans cet univers en se rendant au musée Viking à Borg à une dizaine de kilomètres de notre auberge. La visite commence par une exposition archéologique sur les origines du site, enchaîne sur un court film romancé sur une famille Viking. La suite se passe en extérieur: il y a d'abord la visite de la très longue maison du chef de village avec présentation d'artisanat de l'époque. Plus loin, nous nous sommes essayés à quelques activités comme le lancer de haches, le tir à l'arc et le lancer de fers à cheval. On ne peut pas tout révéler mais disons seulement qu'au combat, si on se retrouvait avec des fers à cheval, on serait mal barrés... Enfin, au bord du lac on a pu voir plusieurs drakkars.

La maison du chef de village Viking

Nous avons terminé la visite vers 14h30 et nous avons repris le tandem pour aller à Haukland, à une douzaine de kilomètres de là, connue pour sa plage de sable blanc. Le soleil est timide mais bien là, la mer est cristalline, le paysage est magnifique.
C'est décidé, nous allons testé notre canne à pêche ici! Il y a quelques rochers sur le côté, la mer est plus profonde, de quoi peut-être abriter quelques poissons? Nous avons assemblé pour la première fois la canne à pêche achetée la veille. Étant novices à 100% l'un comme l'autre, nous commençons par emmêler notre ligne autour du moulinet... Après avoir démêlé la ligne, replacé le leurre, le leurre est bel et bien lancé. Sauf qu'il est surtout coincé dans les rochers. Coincé une fois: on tire, il revient. Coincé une deuxième fois: on tire... mais là, impossible de le récupérer, la canne s'arrondit dangereusement mais rien n'y fait. On va devoir couper le fil car il n'est pas question de se jeter dans l'eau froide pour essayer de récupérer le leurre...

Plage de sable blanc de Haukland

Nous rentrons bredouilles mais contents quand même. Nous acheterons des leurres dans un magasin sur notre route. Et nous essaierons à nouveau! Enfin peut-être pas dans les rochers... Et pour dîner, il y a un restaurant thaï pas loin donc nous dormirons bien avec l'estomac plein ce soir, tout va bien! De retour à l'auberge vers 18h30, l'ambiance est très différente de la veille. Hier le parking était plein, tout comme les locaux. La petite cuisine était vite surchargée. Mais ce soir nous sommes les seuls à dormir là il semblerait. La soirée sera calme.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Leknes - Kabelvåg
Touristes et otaries

Vendredi 21 août 2020

Départ de l'auberge

Nous avons planifié des journées très raisonnables pour cette semaine et aujourd'hui nous aurions pu ne faire qu'une soixantaine de kilomètres. Comme c'était peu, nous avons décidé de prendre un grand détour (20km) pour aller voir des paysages et des lagons (et aussi beaucoup de touristes et des lions de mer).
La journée commence vers 9h30 (voire un peu plus tard car nous avons un peu manqué de rigueur ce matin), nous reprenons la route et sortons de Leknes. Nous ne sommes plus sur la route principale, le trafic est donc très faible et c'est d'autant plus appréciable de longer ces côtes et ces montagnes sans respirer des gaz d'échappement et sans être assourdis toutes les dix secondes. Sur toute la côte Ouest Norvégienne et plus principalement à Lofoten, il n'y a que deux routes: celle qui longe la côte par l'Est et celle qui longe par l'Ouest. Au milieu, ce sont des massifs montagneux tellement escarpés que même à pied, c'est compliqué.
Ce matin, il fait beau et doux (une quinzaine de degré) et, même si nous aurons un peu de vent en milieu de journée, il tombera dans l'après-midi et nous pourrons même rester un peu dehors au soleil quelques temps (même si nous sommes vite envahis par les midges (de tous petits moustiques, très nombreux), comme en Écosse).

Chapelet d'îles et d'ilots

Depuis quelques temps, il y a de plus en plus de fond sableux blancs et dès qu'il y a un rayon de soleil, la Mer est bleue comme aux Caraïbes. La comparaison s'arrête à la couleur car la température de l'eau est très basse, on est en Arctique quand même. Mais c'est très beau. Aujourd'hui nous verrons même à plusieurs reprises des lions de mer nager le long des routes comme si ils étaient curieux de ces vagues incessantes d'humains. Oui car, si la Norvège a la densité de population la plus faible de la communauté européenne, l'archipel des Lofoten s'est imposée comme "la" destination touristique en Norvège et même si la saison est finie, des flots de touristes engorgent encore les infrastructures qui ne sont pas faites pour autant de gens. C'est le même problème qu'en Écosse ou qu'en Islande et dans de plus en plus d'endroits: trop de monde, les infrastructures qui ne suivent pas et donc des touristes qui font n'importe quoi et des locaux qui sont désabusés (voire hostiles bien que voulant palper la monnaie). Bref, même si cet endroit est très joli et apporte son lot de surprises, nous préférions largement rouler ailleurs dans les Fjords où les paysages étaient fantastiques aussi et l'accueil humain. Par ailleurs, les prix (qui sont déjà fort élevés en Norvège) sont réhaussés par ici, nous plantons donc la tente pour trente euros dans un camping simple, sans piscine, sans sauna, sans salle de repos, juste de la pelouse, des douches et des toilettes.
Notre détour nous amènera jusque Henningsvær, c'est un cul-de-sac de dix kilomètres. Une route a été construite qui lie des dizaines d'îles toutes plus petites les unes que les autres jusqu'à la dernière, à peine plus grande qu'un stade de foot, sur laquelle a été construit un phare et... un stade de foot. La route s'arrête au stade après c'est le phare et l'océan. Tout autour de ces îles, c'est du sable blanc et la Mer est donc turquoise et transparente. Comme c'est un cul-de-sac, il faut faire dix kilomètres pour y aller et encore dix pour en revenir sur une toute petite route pleine de voitures et de camping-cars mais c'est vraiment mignon et comme aujourd'hui le soleil est de la partie, ça en valait la peine.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Kabelvåg - Stokmarknes
Un peu plus de pluie

Samedi 22 août 2020

Comme promis la nuit et la journée furent particulièrement pluvieuses. Nous avons rangé la tente sous la pluie vers 9h puis avons pris la route sous la pluie. Il fait particulièrement doux: 17°C dès le matin mais la pluie est forte et tenace. Par conséquent, comme souvent dans ces cas-là, pas de photos de la journée. Nous avons suivi de nouveaux Fjords à travers de beaux paysages semblables à ceux des jours précédents mais nous n'avons jamais vu le haut des montagnes. Il y avait tout de même beaucoup de neige avant même les sommets. Les cascades sont donc également de retour.
Nous avons suivi la grande route touristique sur une vingtaine de kilomètres avant de bifurquer sur une toute petite voie très tranquille et agréable. Nous avons même eu droit à une petite heure d'accalmie.

Rencontre avec un élan

Nous avions un ferry à prendre à 14h40. Nous arrivons vers 14h au port et nous profitons de la petite salle d'attente pour faire sécher une partie de la tente. Ensuite une demi-heure de ferry et nous débarquons dans la petite ville de Melbu où nous ferons les courses pour ce soir (et pour demain car ce sera dimanche). Puis il nous reste 16km jusqu'au camping de Stokmarknes que nous avons choisi aujourd'hui. Sur la route, il arrêtera de pleuvoir et nous croiserons un élan tout seul dans une pâture. Il nous regardera tout le temps que durera notre pause photo sans bouger. En fait de camping, il y a un terrain avec des toilettes, des douches et des cabanes. Aucune salle de repos ou même une cuisine où nous pourrions faire sécher des sacs ou des imperméables et s'asseoir avant de se coucher. Du coup, nous optons pour une petite cabane avec eau chaude et chauffage, ça nous permettra de faire sécher bien des choses.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Stokmarknes - Risøyhamn
Pêche et cueillette:
Un dimanche en Norvège

Dimanche 23 Août 2020

Un des nombreux ponts du jour

La pluie a cessé. Nous partons vers 9h30 avec le soleil et quelques nuages. Il fait bon: une bonne quinzaine de degrés. Pour le cercle polaire, c'est sans doute une belle journée d'été! Sur notre route, pas de ferry ni de tunnel, mais des ponts. Certains sont longs avec une forme bien bombée. Ce sera d'ailleurs les seuls "sommets" que nous gravirons au cours de ces 80km. Le relief plat nous donne des ailes et notre moyenne est de 18km/h (au lieu de 15-16km/h habituellement). Nous avons donc le temps de faire une pause cueillette de framboises, nombreuses sur le bord de notre route. Génial!

Une touche?!

Arrivés à 15h au AirBnB que nous avons réservé, nous avons évité la pluie pendant tout le trajet. Quelques gouttes tombent lorsque nous ressortons, armés de notre canne à pêche et nos nouveaux leurres. Nous avons repéré un ponton sur lequel pêchent déjà 4 personnes. Au sol, les prises sont nombreuses: des poissons d'une bonne quarantaine de cm, ce sont des maquereaux. Avant même de nous installer, nous demandons aux autres si c'est possible et on leur glisse que c'est notre première fois. Pas besoin de le dire, je pense qu'ils l'auraient deviné en regardant faire... Bref, ils nous ont aidé à faire le noeud autour du leurre, nous ont expliqué comment lancer la canne, nous ont aidé à décoincer l'hameçon à deux reprises. J'ai même eu le droit d'essayer de remonter la prise de notre voisin, mais je n'ai pas réussi, le poisson s'est fait la malle deux fois... Nous avons eu quelques touches, nous avons même attrapé un poisson, trop petit, que nous avons relâché et qui est bel et bien reparti. Ouf, on avait un peu peur d'avoir tué une pauvre bête pour rien.

Nos profs de pêche du jour!

Après une bonne heure d'apprentissage, alors que l'averse, la vraie, se faisait de plus en plus menaçante, nous avons remballé nos gaules et pris vite fait une photo avec nos professeurs de pêche du jour, certains ne parlant ni anglais ni norvégien. On voit d'ailleurs sur la photo derrière nous que les nuages sont déjà sur nous... Le retour s'est fait sous une drache colossale. Heureusement ce soir nous dormons au sec. Nous sommes les seuls clients de cette auberge. Hier aussi nous étions les seuls clients du camping. Cette région est moins touristique qu'ailleurs on dirait. De plus, les Norvégiens ont repris l'école, eux...!

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Risøyhamn - Andenes
Le froid fait ralentir les organismes

Lundi 24 août 2020

4000km!

Contrairement au titre, nous sommes de plus en plus rapides sur notre tandem. Il faut dire que si les paysages restent très similaires (fjords, lacs, montagnes escarpées, neiges éternelles, chutes d'eau), les routes sont miraculeusement plates. Les altitudes maximales ne dépassent rarement 50m sur la route. Comme il n'y a pas trop de vent nous avons des moyennes un peu plus respectables, aujourd'hui de l'ordre de 19km/h. En dépit de ça, nous choisissons (des fois les choix s'imposent d'eux même) de faire des journées assez courtes (entre 60 et 80km). Nous en profitons pour aller pêcher, faire un peu de marche, de tourisme ou tout simplement se reposer lorsque nous avons un endroit sec et protégé.
Aujourd'hui, le choix s'est imposé de lui-même: à 60km de Risøyhamn, notre point de départ, il y a un ferry à prendre. Il ne passe qu'à 8h45 ou à 17h et il dure deux heures. Nous pourrions donc le prendre à 17h mais nous arriverions de l'autre côté à 19h et il n'y a pas de camping avant 40km, on arriverait donc aux alentours de 22h. On pourrait aussi faire du camping sauvage. L'autre solution est de camper à Andenes 4km avant le port et viser le ferry de 8h45. Ça implique de se lever un peu avant 7h et donc d'avoir la tente complètement trempée à remballer mais au moins nous avons des douches et une salle chauffée au bord de la mer pour passer la soirée. C'est donc l'option que nous retenons.

Des toilettes panoramiques!

La température est un peu redescendue et il doit faire 12°C au plus chaud de la journée. Cependant nous longeons la côte côté océan et le vent qui arrive du large est très frais. Vers 11h, nous faisons une petite pause au lieu-dit Bukkekjerka où nous marchons sur une presqu'île jusqu'au phare de Børhella, entourés de moutons en liberté. C'est une toute petite balade de vingt minutes où les paysages sont très jolis (autant que le reste mais il s'agit d'une "attraction" touristique). Les toilettes sont très curieuses: elles sont équipées d'une grande baie vitrée et l'on peut faire sa petite affaire en admirant des paysages splendides. Même si ça donne un peu l'impression de faire ça devant tous les passants, c'est assez sympathique.
Vers 13h nous aurons effectué 4000km (pas si mal pour un début). Et puis vers 13h30, nous arrivons déjà au camping. C'est ça de faire des petites journées. Nous plantons la tente et allons faire des courses un peu plus loin. Si le camping dispose d'un chouette salon, la cuisine n'a aucun ustensile. Nous n'en avons pas non plus et depuis le départ quand nous faisons à manger c'est en utilisant les casseroles à disposition dans les cuisines communes. Du coup, nous demandons à une petite dame néerlandaise qui fait la même route que nous en camping-car et que nous croisons souvent depuis pas mal de jours. Gentiment, elle nous prête une casserole et nous pourrons faire des fajitas et manger chaud ce soir.

CommentairesComments

la fonctionnaire
Le 24/08/2020 à 21h15min

Ah oui, effectivement, très curieuses ces toilettes !
Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Andenes - Sommarøy
6h30 - 140km

Mardi 25 août 2020

Arrivés au sommet à 400m: lac, cascades et neige!

Comme promis le réveil sonne à 6h30 et bien qu'il fasse jour depuis plusieurs heures, en Arctique en août, 6h30: il fait froid. D'autant que même si le vent a baissé pendant la nuit, depuis quelques heures il pleut. C'est donc à peu près le pire lever que l'on peut avoir en tente. Mais, c'est comme ça, nous sommes des professionnels et nous nous levons et replions et rangeons tout le matériel en une heure et vingt minutes (en général c'est 1h30) et nous prenons la route pour notre premier ferry de la journée, le fameux, celui qui part à 8h45. Comme tous les ferrys jusqu'à présent il est parfaitement à l'heure. Par contre, pour la première fois depuis notre arrivée en Norvège, on nous demande de payer. Et pas petit: 440NOK soit environ 42€ (sans compter les frais de banque car on ne peut pas payer en cash!). Ça pique un peu, mais en fait quoi qu'il faille payer en Norvège, ça pique toujours.
Il y a une dizaine de camping-cars et voitures dans le bateau et trois cyclistes en voyage: un très rapide et peu chargé et deux beaucoup plus lents qu'on ne reverra pas.
La traversée d'Andenes à Gryllfjord dure deux heures et est très mouvementée. La petite nuit et la montée de la nausée nous donnent l'idée de piquer un roupillon et le voyage est vite passé. Sur cette traversée, on peut fréquemment voir des baleines mais pas aujourd'hui semble-t-il. De l'autre côté, c'est l'île de Senja: un espace encore plus sauvage que jusque là avec de la neige à foison, des cascades et des falaises à tous les virages et des routes dans un état lamentable. Toute la journée, nous essuierons des averses de pluie fine jusque tard dans l'après-midi, mais comme il fait franchement froid (moins de 10°C et toujours ce petit vent polaire) nous ne sommes pas mécontents de porter les vêtements de pluie qui nous réchauffent un peu. Sauf bien sûr quand on passe un col à 400m à 8%, là ça chauffe un peu trop!
À part ça, beaucoup de longs tunnels sous des montagnes aujourd'hui, nous avons un peu l'impression d'être des taupes par moment mais au moins il ne pleut pas sous les montagnes et il fait 13°C donc on y gagne.

Vue panoramique

Nous devons parcourir 79km entre les deux bateaux du jour, et pour ce faire nous disposons de 5h. Avec les montagnes au milieu, c'est un beau challenge et ça ne nous laisse pas beaucoup de temps pour faire une pause. Cependant nous relèverons le challenge et arriverons avec 20mn d'avance sur le bateau. Nous devons de nouveau payer, ce coup-ci 200NOK, ça commence à faire cher en transport. Ce dernier ferry dure 45mn et nous n'avons plus que 8km à parcourir pour arriver sur la minuscule île de Sommarøy où nous attend un camping sommaire où nous passerons la nuit.
Sandrine tentera d'attraper un poisson en vain. Mais nous ne désespérons de réussir un jour. En attendant ce soir, nous mangeons des burritos froids et c'est très bien.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!

Sommarøy - Tromsø
La douce sensation de l'objectif accompli

Mercredi 26 août

Notre camping à Sommarøy

Cette nuit, il a encore plu pas mal et au réveil vers 8h, nous attendons tranquillement que la pluie cesse avant de sortir. Nous n'avons pas de bateau à prendre aujourd'hui et seulement 60km à parcourir donc nous patientons un peu. Heureusement, vers 9h les précipitations cessent et nous aurons même un peu de soleil avant 10h. Comme il y a encore un petit vent polaire assez prononcé, la tente sèche très rapidement. Nous profitons qu'il y ait une petite épicerie à 500m pour aller y acquérir un petit déjeuner. Quand le repas est terminé les trois parties de la tente sont sèches et nous pouvons tout remballer proprement.
Nous continuons la route le long des Fjords de plus en plus au Nord. La route est relativement plate, la température n'atteint plus les 10°C et le vent polaire nous force à nous couvrir même pendant que nous pédalons. Nous pédalons toujours en sandales et Sandrine a déjà sorti les chaussettes et nous avons tous les deux les gants pour commencer la journée.
Vers la moitié de la route, nous devons grimper un petit col à 300m. La pente est douce et la montée facile et les montagnes environnantes sont pleines de neige, c'est beau et impressionnant.

Sortie de Sommarøy

Pour le reste de la route, nous commençons à approcher de Tromsø, la ville la plus au Nord de Norvège (il y a encore un paquet de villages plus au Nord mais c'est la dernière grosse agglomération). Comme pour toutes les grandes villes, il y a une piste cyclable qui permet d'arriver s'en se mêler au flux de trafic routier.
À l'entrée de la ville, nous profitons d'un centre commercial pour nous réchauffer et pour faire quelques courses. Des courses alimentaires pour ce soir et nous achèterons également une gamelle pliante et une paire de couverts pour pouvoir se faire à manger dans les campings. Jusque récemment les campings proposaient toujours une cuisine équipée avec pleins d'ustensiles mais avec le coronavirus qui s'intensifie en Norvège, les ustensiles ne sont plus à disposition et ça nous complique la tâche. Nous allons devoir porter des trucs en plus dans nos sacoches.
Ensuite nous nous rendons chez Karin, une Suédoise qui vie en Norvège et qui est membre de Warmshowers. Elle nous accueillera pour deux nuits, car demain c'est notre jour de repos. Nous lui ferons à manger ce soir et nous discuterons comme d'habitude toute la soirée ensemble.
Nous sommes contents d'avoir atteint notre premier gros objectif (la ville la plus septentrionnale d'Europe) dans le timing que nous imaginions et en plus, pour le moment, nous n'avons pas rencontré de gros problèmes techniques. Par contre, nous venons d'apprendre que la Finlande avait fermé ses frontières il y a deux jours et nous sommes donc bien embêtés pour la suite. Nous avons donc décidé de rester trois jours à Tromsø pour trouver un autre moyen de redescendre parce qu'il commence à faire froid et il ne va pas tarder à faire sombre (dans deux mois, le soleil se couchera pour un peu plus de deux mois ici!).
Les photos sont désormais disponibles en cliquant sur l'îcone "photo" en bas à gauche de l'écran.
Vous pouvez également nous suivre d'aventures en aventures grâce aux flèches latérales.

CommentairesComments

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.There's no comment yet for this part



Si tu désires ajouter un commentaire:
Connectes-toi ou Inscris-toi!
If you wish to leave a comment
Sign-in or Sign-up!